S'identifier - S'inscrire - Ecrire un article - Contact

Annonce

NOUVEAU Bord à Bord - FLUVIAL Changement d'Administrateur
Objectif : Articles appronfondis et argumentés sur la Batellerie tels devoirs de mémoire (histoire) ou Actualités
Souhait : Complémentarité avec les bonnes informations, mais succintes sur les groupes batellerie de Facebook, et celles pointues des sites incontournables spécialisés.

Navigation rhénane, ch. 2 : Ecluses de Niffer

le début de quelque chose...

Par kikicmr • BaB NordEst.fr • Dimanche 05/10/2008 • 8 commentaires  • Lu 11729 fois • Version imprimable

  • Currently 0/5

Note : 0/5 (0 note)

      Je vous le dis aujourd'hui, mes amis, bien que nous devions faire face aux difficultés d'aujourd'hui et de demain, j'ai tout de même un rêve. C'est un rêve profondément enraciné dans le monde fluvial.

     Je fais le rêve qu'un jour, cette nation se lève et vive sous le véritable sens de son Grenelle de l'Environnement: “Nous considérons ces vérités comme évidentes, que tous les fleuves peuvent être reliés avec intelligence pour porter bateaux.”

     Je fais le rêve qu'un jour, sur les collines vertes du Doubs, les fils des mariniers et les fils des éclusiers puissent s'asseoir ensemble sur la berge d'un grand , maillon entre la Mer du Nord et la Méditerranée.

     Je fais le rêve que tous les vivront un jour sur un continent où ils ne seront pas limités par leur gabarit, ni pour le contenu de leur cale. Je fais ce rêve aujourd'hui !

    
Je fais le rêve qu'un jour chaque vallée soit glorifiée, que chaque colline et chaque montagne soit aplanie, que les endroits rudes soient transformées en plaines, que les rivières tortueuses soient redressées, que la puissance de la navigation fluviale soit révélée et que tous les vivants le voient tous ensemble.

Martin Luther King, 1963, revu et corrigé par G. Kiffer (ça a de la gueule, hein?)


     Ah oui j'ai fait un beau rêve... le réveil a été très brutal. Ce rêve, c'est celui d'une liaison fluviale à grand gabarit entre deux grands fleuves, et le et le , qui permettrait aux bateaux de forts tonnages de relier les ports de la Mer du Nord à ceux de la Méditerranée par l'intérieur des terres...

     C'était un rêve très avancé, en bonne voie de devenir réalité... Y avait même une Déclaration d'Utilité Publique et une loi d'aménagement du territoire qui en prévoyait la réalisation. Puis le réveil a été brutal, au lendemain des législatives de 1997... C'en était fini de -.

     Les arguments des pseudo-écologistes pour mettre fin à ce projet ne résistent pas à quelque analyse un peu pointue que nous ne pouvons développer ici. En effet, ils sont juste destinés à masquer la véritable raison de l'abandon de la modernisation de cette liaison : la peur des invasions! Je vous dit que si on l'avait appelé "-" ça ferait belle lurette qu'il serait construit...

     En fait, ce rêve a commencé à se réaliser. Un petit tronçon de ce rêve. On peut même dire que c'était bien parti, le grand gabarit arrive déjà à Mulhouse (pour être un peu plus précis, à Illzach, de l'île Napoléon), par un embranchement de 13,067km qui aboutit au kilomètre 11,437 du Grand d'Alsace, à hauteur des villages de Kembs et de Niffer(68).
Pour ce faire, on a construit entre 1960 et 1962 une au gabarit de 1350 tonnes (85m de long et 12m de large). Et c'est le célèbre architecte helvético-français Charles-Edouard Jeanneret-Gris (encore plus célèbre sous son nom de scène : le Corbusier, 1887-1965) qui a dessiné les plans de la cabine de commande de l' et du bâtiment administratif situé juste à côté (avec sa fameuse toiture paraboloïde hyperbolique). Ces constructions font partie des rares commandes publiques de l'architecte en France.

Voici quelques de l' :



 

Le raccordement au Grand d'Alsace et le du RD468 (à droite Bâle, à gauche Strasbourg et la Mer du Nord) :


    Comme 1350 tonnes (classe IV), ça fait peu pour une liaison entre deux fleuves de classe V et VI, on a construit vers le milieu des années 1990 une nouvelle , de 190m x 12m, soit l'équivalent des écluses du et du petit sas des écluses du .

     On en a profité aussi pour recalibrer le en amont (profondeur portée à 5,70m et largeur du plan d'eau à 55m), avec des préoccupations environnementales qui n'avaient pas cours dans les années 60.
Ce bief a bénéficié d'un nouveau concept d'intégration et de valorisation écologiques ; sur l'ensemble du linéaire, on compte 4 étangs (bras secondaires du ), une vingtaine d'unités écologiques de faibles dimensions jouant le rôle de frayères et de roselières (séparés du chenal navigable par des merlons en enrochements) et plusieurs kilomètres de berges pourvues de fossés-roselières. La végétation terrestre et aquatique abondante a permis une recolonisation du , devenu un milieu plus riche que le des années 60 (exemple pour l'aménagement complet de la liaison -?).


Aménagement écologique du
à grand gabarit.

     Pour vous présenter la nouvelle  (appelée aujourd'hui " principale" par le Service de la Navigation, et l' le Corbusier est devenue " secondaire"), je ne peux faire plus complet que la description donnée dans "Le  - : le dossier", de J. Bernot, J. Rocca Serra et M. Schreiber, parut aux éditions Economica en 1998 : 

"La nouvelle
a une longueur utile de sas de 190 mètres. La longueur des ouvrages en béton, y compris les ouvrages de guidage, est de près de 400m. De l'amont vers l'aval, on trouve : 

- le garage amont qui comprend :

  • six dispositifs d'accostage et d'amarrage constitués de ducs d'Albe en caissons de palplanches. Un dispositif sur deux est équipé d'une passerelle d'accès à terre
  • un mur-guide de 85m de long dans le prolongement du sas et un mur-glissière incliné à 1/3 de 50m de long, ces deux murs étant destinés à l'entrée des bateaux et convois dans l'

- la tête amont comprenant le dispositif d'alimentation en eau de l'. Ce dispositif consiste en deux aqueducs contournant la porte amont de part et d'autre du sas. Le départ des aqueducs se trouve au pied d'une fosse d'alimentation. Chaque aqueduc est muni d'une vanne d'alimentation encadrée de deux batardeaux permettant l'entretien et/ou la réparation. Ainsi, l' peut continuer à fonctionner même en cas d'indisponibilité d'une des deux vannes.

Les dispositifs d'alimentation et de vidange ont été arrêtés d'après une étude sur modèle réduit au laboratoire d'essais de la Compagnie Nationale du . Cette étude avait comme autres objectifs : 
      - la détermination de la durée du cycle
      - les vitesses de manoeuvre des vannes
      - les vitesses de montée et de descente du plan d'eau dans le sas
      - la détermination des efforts dans les amarres des convois lors des opérations de remplissage et de vidange
      - la vérification de la non-cavitation sous les vannes et la non-formation de vortex

La porte amont est constituée de deux vantaux en ossature métallique manoeuvrés par des vérins hydrauliques en partie haute, alimentés par deux centrales hydrauliques.

A l'amont de la tête amont, un dispositif de batardement permet la coupure rapide, en charge, du débit qui s'établirait en cas d'avarie sur la porte amont, évitant ainsi la vidange de la totalité du bief (événement inacceptable).

- le sas est constitué de 11 plots de 16m de longueur. La section transversale est celle d'un U en béton armé. Le radier (fond de l') présente une épaisseur uniforme de deux mètres et les bajoyers une épaisseur de 2m à la base pour 1m au sommet.

Les plots impairs du sas sont munis d'échelles et de bollards flottants (charge de rupture 45 tonnes).

- la tête aval comprend le dispositif de vidange, constitué comme pour la tête amont d'aqueducs contournant la porte aval de part et d'autre du sas. Chaque aqueduc est muni d'une vanne de vidange encadrée par deux batardeaux.

La porte aval est constituée de deux vantaux en ossature métallique manoeuvrés par des vérins hydrauliques en partie haute, alimentés par deux centrales hydrauliques.

A l'amont de la porte aval, et pour la protéger des chocs des bateaux et convois, un dispositif pare-chocs est disposé en travers du sas. Il est capable d'absorber une énergie de 3,75 MégaJoules et est relevé en fin de vidange, avant l'ouverture de la porte, afin de dégager le tirant d'air.

- le garage aval comprend les mêmes dispositions et dispositifs que le garage amont.

- à l'aval de l' et en rive droite se situe le bâtiment de commande et d'exploitation. La conception de ce bâtiment, en forme de navire, est due au cabinet d'architectes Bouquot-Doyelle Paysagement, lauréat du concours d'architecte organisé par la CNR, et dont le jury était composé en partie d'élus locaux et de personnalités de l'architecture.

Les ouvrages sont fondés dans les alluvions graveleuses de la vallée du . Le substratum constitué de marnes compactées se situe entre 4 et 5m sous le niveau de fondation général.

Les plans d'eau à l'amont, dans le sas et à l'aval sont supérieurs au niveau de la nappe phréatique, ce qui conduit à la réalisation d'une étanchéité des canaux ainsi qu'à une étanchéité entre plots par des joints de caoutchouc.

On notera, pour finir, que la particularité des ouvrages de Niffer est leur implantation dans une zone sismique IIb, ce qui constitue le maximum pour la France métropolitaine. Bien que, pour l', le cas de charge exceptionnelle "séisme" ne conduise pas aux sollicitations maximales, l'application des dispositions constructives du nouveau règlement parasismique a conduit à une augmentation sensible de la densité du ferraillage."

Désolé si ce passage est un peu laborieux à lire, mais pour moi qui ai fait des études de génie civil, c'est de la poésie.

Enfin, voici les :

   
 
 


 

Pour terminer, voici une présentation du site sur une vue aérienne : (cliquez pour agrandir, ça vaut le coup )



______________________________________________________________________________

Pour des infos sur le fonctionnement de l', rendez-vous sur le site du journal "l'Alsace" : http://www.lepays.net/jdj/00/08/30/MU/1/article_1.html ; pour plus de , et des renseignements sur la liaison -, rendez vous sur le blog Niffer et l'Alsace : http://blog.doctissimo.fr/Niffer/index.php///rub/27122 ; vous pouvez aussi consulter un rapport sur l'aménagement écologique du bief de Niffer, que j'ai repris en partie pour un passage de cet article : http://www.cetmef.equipement.gouv.fr/publications/jt/jt2001_a8.pdf .


Découvrez une autre réalisation de le Corbusier dans le monde fluvial : la péniche de l'armée du Salut à Paris, à travers un article de ami Mati : http://bab.viabloga.com/news/l-ex-peniche-de-l-armee-du-salut


Prochaine étape de descente du Grand d'Alsace : Ottmarsheim. 

     __________________________________________________________________________________________

Retrouvez tous les articles de la série (le suivant est en vert) :

Articles qui contiennent des mots-clés similaires


Commentaires

Magnifique .... comme d'habitude par Bat07 le Dimanche 05/10/2008 à 21:23

Bat07 Bravo Guillaume ..... Ton article est très complet et les photos sont superbes.
Je souscris à 100% à ton rêve. Je rajouterai simplement, pour que les mauvaises actions ne s'oublient pas, que le Ministre de l'Environnement qui enterra le projet de liaison Rhin-Rhône à l'époque s'appelait: Dominique VOYNET.

PS
. Je n'oublie pas les articles que je t'ai promis de publier sur ton antenne, mais, en ce moment, je suis un peu débordé .......

Jean Louis


Re: Magnifique .... comme d'habitude par kikicmr le Dimanche 05/10/2008 à 21:36

kikicmr

Merci Jean-Louis... Pour les photos, c'est dommage qu'il n'y avait pas de bateaux quand je les ai prises.

Pour notre chère ex-ministre, je n'avais pas voulu mettre son nom... je préfère l'oublier. Mais tu as raison : il faut le rappeler, au cas où elle se représenterait à une élection nationale...

J'attends tes articles (quand tu pourras...).

Guillaume


par mati le Lundi 06/10/2008 à 19:08

Merci pour le plan vue de hauteur!



J'ai eu une révélation et des regrets :

nous avons monté par la  petite écluse  en 91  (pas de photo, c'était tard et on était trop content de se sortir avec notre petit 11M du grand canal et son courant) MAIS pas pensé que c'était celle de LE CORBUSIER à l'époque je la voyais plus en amont!


et nous avons descendu la grande en 2005; (pas de photo, il pleuvait tellement que le Rhin a été arrété à la navigation le jour même)

Guy BaB IdF







précisions... par Jimidi le Mardi 07/10/2008 à 10:06

Bravo et merci une fois de plus pour ce reportage qui, entre autre, me fait voyager...
Ces axes majeurs doivent nous rappeler non seulement leurs intérêts économiques communs, mais également culturels :
Ils traversent des régions à l'identité forte comme au patrimoine intense. Et côté patrimoine, l'industriel n'est pas en reste !
Toutefois, ce n'est pas mon penchant polémiste qui désire s'exprimer, mais pour ce qui est des "invasions", non seulement les écolos sont plutôt connus pour leur attachement volontiers franco-allemand, mais les invasions redoutées sont purement celles des espèces animales et végétales dites invasives !
Alors certes, l'on pourrait rétorquer qu'il est déjà trop tard :
Il n'y a pas qu'en mer où le problème s'est déclaré, les eaux de ballastage ont fait leurs oeuvres. On ne peut sérieusement pas décrire ces êtres vivants comme animés d'un désir ardent à l'immigration (tout au plus sont elles opportunistes). C'est le plus souvent malgré elles qu'elles se retrouvent en migration "charter" (sans papiers) et qu'ils perturbent ensuite les indigènes de nos milieux. Il n'est plus possible d'ignorer (ou de le feindre) que notre chère planète a grand besoin de soins.
Les arguments écologiques en faveur du transport fluvial sont indéniables mais ils revêtent, comme tout argumentaire, des points positifs et d'autres négatifs. Il nous faut toujours concevoir des compromis, les souhaitant les plus justes possibles.
Gageons que chez tous les décideurs ce soit la sagesse et l'intérêt du grand nombre dans le long terme qui primera, que l'on ne focalisera pas seulement sur le rail dans le couloir rhodanien (déjà saturé !) et que l'on se souviendra que ce fleuve porte volontiers une flotte efficace...
Alors oui ! Il y a, il doit y avoir de la place pour les beaux rêves et dans l'absolu, leurs mariages d'avec la raison.
Cordialement, Jean-Michel Docus dit "Jimidi"


Re: précisions... par kikicmr le Mardi 07/10/2008 à 18:38

kikicmr Bonjour Jean-Michel,

C'est vrai que j'ai utilisé quelques formules dans cet article que je ne partage pas. C'était plutôt pour "provoquer", tout du moins relancer le "débat"... D'ailleurs, tu en parle...
Effectivement, le projet ne pourra voir le jour qu'à travers des compromis.

Et je me doute bien que Daniel Cohn-Bendit n'a pas peur de voir arriver des Allemands en France. Lui et ses comparses rêvent sûrement d'importer sur la scène politique française un parti écologiste qui aurait la puissance de "Die Grüne"...

Sinon, t'as vu? Je me suis mis aux photos aérienne dans mes articles. Pour celui-là j'ai même trouvé comment incliner la carte pour un effet "vue d'avion"...

Guillaume


Ecluse de Kembs par touzelet le Vendredi 10/10/2008 à 18:39

Bonjour à toi
Je m'appelle Joanny Touzelet , marinier puis reconverti dans les transport de passagers , tu peut voir mes articles sur BAB " la vie de l'Exocet " cela pour me présenter
Si je te contact c'est pour te dire que dans ma collection de livre sur la batellerie j'ai eu l'occasion de trouver dans une brocante d'Epinal un bouquin qui pourrai t'intéresser
L'USINE HYDROELECTRIQUE DE KEMBS
PREMIER ECHELON DU GRANG CANAL D'ALSACE
Edité par Braun et Cie , Mulhouse Dornach pour l'énergie électrique du Rhin et datant de 1932 !!!!
Tout y est expliqué le l'achat des terrains au final et avec des belles photos
contacte moi sur mon site
penicheavivre.canalblog.com
Bien cordialement
J TOUZELET


A Joanny TOUZELET par Félix le Lundi 13/10/2008 à 13:38

Bonjour Joanny !

J'ai lu ton article sur bord à bord, mais c'est surtout ton nom qui m'a interpellé ! En effet, je m'appelle TOUZELET aussi et j'appartiens à la grande famille des mariniers.
Serions-nous des cousins ou simplement, serait-ce une homonymie ?
Moi j'ai surtout navigué sur la Seine, le canal du Loing, l'Yonne, le Rhone et dans le Nord. Notre branche est cousine germaine avec les TOUZELET qui étaient propriétaires des bateaux : FIDES, FIDUS, FIDELIS, DELICAT, MANON .
Merci de me répondre, ça me ferait bien plaisir.
Amicalement,

Willy TOUZELET


re pour l'arbre des touzelet par mac71 le Lundi 13/10/2008 à 22:41

Bonjour;
je suis l'épouse de Patrice Touzelet, frère de Joanny, et je pense vous avoir situé sur l'arbre généalogique.
Votre père ne serait-il pas Félix, votre grand-père Lucien et votre arrière-grand-père Henry ?
Dans ce cas vous pouvez me contacter pr mail à l'adresse suivante :
Il y a fort à parier que votre arrière grand-père et le grand-père de mon mari soient frères.
A plus tard si nous sommes cousins.



Identification

Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Identifiez les nouveaux articles et commentaires, signez les, et plus !

S'inscrire

Dernières publications en images

L'hiver 1929 a été froid (3e partie)

L'hiver 1929 a été froid (2e partie)

L'hiver 1929 a été froid (1re partie)

Barragiste sur la Petite-Saône, dans les années 30

RENOVATION DU PONT-CANAL DU CACOR

Mystère à bord

Un lundi de janvier 2019 à Varennes-sur-Seine

REPARATION DU PONT CANAL DE L'ORBIEL A TREBES

SEINE ET YONNE

MEMORIAL DES MARINIERS DU MIDI DE GARDOUCH (31)

LE CANAL DU MIDI ET L'AEROPOSTALE

LA BELLE DE CHAMPAGNE, nouvelle arrivée au port de Mareuil-sur-Ay

15 OCTOBRE 2018 : INONDATIONS DANS L'AUDE (3 et fin)

Toujours l'écluse de Neuilly-sur-Marne

15 OCTOBRE 2018 : INONDATIONS DANS L'AUDE (2)

15 OCTOBRE 2018 : INONDATIONS DANS L'AUDE (1)


Sites Transports Fluviaux


CNBA
 

Rubrique courante


Recherche