S'identifier - S'inscrire - Ecrire un article

Annonce

NOUVEAU Bord à Bord - FLUVIAL Changement d'Administrateur
Objectif : Articles appronfondis et argumentés sur la Batellerie tels devoirs de mémoire (histoire) ou Actualités
Souhait : Complémentarité avec les bonnes informations, mais succintes sur les groupes batellerie de Facebook, et celles pointues des sites incontournables spécialisés.

L'histoire de la devise LA BELLE PAULE

Par escaut • BaB 2 mers • Lundi 13/12/2021 • 14 commentaires  • Lu 4590 fois • Version imprimable

  • Currently 5/5

Note : 5/5 (1 note)

Mots-clés :

 

COMMENCONS PAR UN PEU D’HISTOIRE


 

Paule de Viguier (1518-1610) était une dame toulousaine du XVIe siècle connue pour sa beauté. En 1533, elle fut choisie pour remettre les clés de la ville à François 1er lors de sa venue dans la capitale occitane. La jeune fille plut tellement à François 1er qu'il la surnomma LA BELLE PAULE.


 

LA CONTRUCTION


 

LA BELLE PAULE est un bateau citerne en acier soudé. Elle fut construite en 1952/1953 à la demande de la Société L’EPARGNE, par les Ateliers et Chantiers de Bordeaux, SA d’exploitation des anciens Etablissements Exshaw, quai de Brienne à Bègles (33). Mise à l’eau en février 1953, elle fut immatriculée à Bordeaux BX1447F le 10 avril de la même année.

 

   
Chantiers Exshaw à Bègles (33) (1) (2)



LA FICHE TECHNIQUE


 

Durant toute son exploitation marchande, elle ne transporta qu’un seul type de fret : du VIN d’où le nom donné à ce type de bateau : « un pinardier ».

 

Avec des dimensions de 29 m 00 par 5 m 37, LA BELLE PAULE est un bateau atypique possédant :

- un pont plat où seules l’entrée des cuves dépassent,

- une faible hauteur de coque qui donne l’impression qu’elle navigue au ras de l’eau et

- un faible tirant d’air permettant, sans avoir à démonter la timonerie, le franchissement des ouvrages d’art du canal du midi.

 

Elle était équipée de six citernes de 265 hectolitres et une de 107 hectolitres qui servait également de ballast lorsqu’elle était à vide.

 

Initialement motorisée par un Baudouin DB6 de 72 cv, elle fut équipée en 1970 d’un Baudouin DK6 d’occasion de 150 cv provenant d’un chalutier de Sète (34).


Ecluse de Montgiscard (31) (3)


 

L’EXPLOITATION


 

Propriété de la Société L’EPARGNE de 1953 à 1963, LA BELLE PAULE reliait les ports de Sète (34), d’Aigues-Mortes (30), Carcassonne (11), Bram (11), Homps (11) … jusqu’aux chais de la Société L’EPARGNE à Toulouse.

   

Chargements aux ports de Sète (34) (4) et de Bram (11) (5)


Déchargement à Toulouse (6)

En 1963, suite à une restructuration de la Société L’EPARGNE, Jean-Marie COUCIERE est devenu le propriétaire de LA BELLE PAULE. Elle continua son activité successivement pour les Sociétés L’EPARGNE, CASINO et le Groupe CASTEL Frères, actuel numéro 1 du vin en France. LA BELLE PAULE assura pour ce groupe des rotations entre Sallèles d’Aude (11) et Bordeaux.
Fait anecdotique, LA BELLE PAULE vidait sa cargaison dans les alvéoles de la base sous-marine de Bordeaux qui accueillaient les sous-marins U-Boot de la Kriegsmarine lors la seconde guerre mondiale.


  
Base sous-marine - Bassins à flots à Bordeaux (7) - U-Boot de le Kriegsmarine (8)


 

LA BELLE PAULE ET DES HOMMES


 

Le nom de Jean-Marie COUCIERE est indissociable de LA BELLE PAULE qu’il mena pendant 23 ans (1953-1976).

Né à Ayguesvives (31) en 1914, Jean-Marie était un homme de caractère et un bon vivant, haut en couleur avec un fort accent toulousain. Il a la particularité de n’avoir mené que des « pinardiers » en commençant par la SAINTE GERMAINE, une barque pontée en bois.


La Sainte Germaine (9)


En 1976, atteint par l’âge de la retraite, Jean-Marie COUCIERE vendit LA BELLE PAULE et se retira sur ses terres, à Toulouse, à quelques mètres du canal du midi.

 

(10)
(11)

 


CHANGEMENTS DE PROPRIETAIRE


 

Par la suite, plusieurs personnes continuèrent à exploiter dans le même registre LA BELLE PAULE, à savoir : Jean GARBAY, Louis GILIBERT et Marie PINQUET/Jean LAHURE.

 

   
Sur le Garonne (12) (13)


Janvier 1981 sonna la fin de son exploitation sur le canal. LA BELLE PAULE se dirigea vers l’étang de Thau (34) où elle fut vendue à Hervé BASTIDE et changea radicalement d’activité. Fini le transport du vin, LA BELLE PAULE se destinait, à présent, à l’entretien et à la pose de rails de chemin de fer des tables conchylicoles.

Nous pouvons la voir à quai au port Conchylicole du "Mourre Blanc" à Mèze (34).


(14)

(15) (16)

Son séjour dans l'étang de Thau lui fut fatal. L'agressivité de l'eau salée eut raison de cette carcasse d'acier et, en 2009, après 17 ans dans ce milieu hostile, LA BELLE PAULE fut déchirée, accompagnée dans sa triste fin par le BACCHUS.


(17)


(18) (19)


Je souhaite terminer cet article par une simple image qui résume,
à elle seule, la vision que je garde de LA BELLE PAULE.



(20)


Je tiens particulièrement à remercier Alain Marie, encyclopédie vivante du canal du midi, pour ses conseils et son aide à la rédaction de cet article.


Signature : Jean-Charles CANEL, petit-fils de Jean-Marie COUCIERE

 
Crédit photo :


(01) Archives Quartier Bacalan - Bordeaux

(02) remonterletemps.ign.fr
(03) Archives Arc-en-Ciel

(04) (05) (11) (20) Archives familiales Escaut

(07) Archives municipales de Toulouse

(08) C. Charpiat 2007

(09) bassins-lumieres.com

(10) La Dépêche 1976 - Archives Arc-en-Ciel

(13) Jean-Marc Pallares

(14) (17) (18) (19) Josyan Almuzara

(15) (16) Miette BaB



Commentaires

par mati le Mardi 14/12/2021 à 12:33

 Merci Jean-Charles Canel pour ce beau reportage...historique tout à fait dans l'esprit de BaBFluvial.

Ai apprecié l'article du journal où l'on voit Bernard Olivares (alias BO), et la citaion des familles du canal (dont Miquel)

Je rajoute une carte postale du bassin de Castelnaudary:

                               


Guy BaBFluvial




LA BELLE PAULE par Alain Marie le Mardi 14/12/2021 à 18:24

Bonsoir.
Voici le bateau en navigation.

Louis


Re: LA BELLE PAULE par Citerna 12 le Mercredi 15/12/2021 à 13:56

 Rebelote !
J'ai des questions :
* les cuves etaient-elles rapportées ?
* Je crois me souvenir que les pinardiers que nous remorquions parfois de Beaucaire à Lyon voire Chalon-su-Saône (on faisait le plein !..) avaient des cuves émaillées? 
* et pour "galléger" un peu, LA BELLE POULE était -elle considérée comme un cul de poule ?
Jean-Bart


Re: LA BELLE PAULE par lougabier le Mercredi 15/12/2021 à 16:26

 Citerna 13,
Bon, c'est ton côté arlésien qui ressort ! !

La Belle-Paule était une citerne, elle n'avait pas de cuves rapportées. Elle avait été construite à Bègles (33) "chez Exshaws", le même chantier qui avait construit avant la 2ème guerre mondiale, des Citerna du Midi dites "Malles" (Aneto, Marboré, Canigou *, Vignemale). C'était un bateau étudié 100% pour le Canal du Midi, ce n'était pas un bateau fait pour les eaux vives (étang de Thau, Garonne, estuaire de la Gironde.)
2 autres Citernes "pinardières" ont été construites à la fin des années 50 / début soixante : le Bacchus et le Dyonisos (chantier Bendel, Sarralbe) et enfin un luxomotor le Mont-Saint Clair qui appartenait à un négociant sétois.

Tous les autres pinardiers étaient des "divers" munies de cuves alimentaires émaillées. Ces bateaux pouvaient être en bois ou en acier. Les propriétaires des pinardiers n'étaient pas forcément propriétaires des cuves, elles étaient alors louées "à la part" (20 % du fret environ). Ainsi, il y a eu un jeu de "cuves musicales" ! Les mêmes cuves ont fait plusieurs bateaux que ce soit bois ou acier au gré des accords entres patrons de cuves et patrons de bateaux. Quand les marchandises générales "marchaient" bien, des cuves pouvaient être délaissées...
Laisser 20% du fret à un gars "qui se la coule douce" pendant que tu trimes, c'est un peu dérangeant !
A une époque, beaucoup de pinardiers chargeaient à Marseille, Marignane, St Louis,,.. La CFM (groupe HPLM) avait des Atlas qui "faisaient" le vin. Ils devaient "se faire remonter" par des HPLM.

Citerna avait un Penhouêt fait au départ pour les marchandises générales, le Rhune. Il avait des cuves rapportées pour le transport du pétrole. Les autres sisters-ships de l'Armement COURET, possédaient des cuves mais pour le vin... Bon, "faut pas se mélanger dans les tuyaux !"

* Canigou*, petite précision : Le premier Canigou d'Exshaws a été réquisitionné par les Allemands et n'a jamais été retrouvé. Il y a eu un autre Citerna "dommage de guerre" qui a porté ce nom. Ceux qui sont nés "après-guerre" n'ont connu que ce dernier.


Re: LA BELLE PAULE par Citerna 12 le Jeudi 16/12/2021 à 11:47

 Et rebelote.
Oui, ces devises me parlent.
Nous remorquâmes aussi le TRAMONTANE, l'ASPIN, le RONCEVAUX, entre autres.
Et le DYONISOS est en première de couverture d'un livre sur le Canal.
Il me semble aussi que des pinardiers chargeaient aussi à Sète des vins d'Algérie : Mascara et Sidi-Brahim.
Bono fin d'anado.
JB, l'arlésien, le furtif !..


Re: LA BELLE PAULE par lougabier le Samedi 18/12/2021 à 12:32

 Précisions sur les 30m remontés :

- L'Aspin et le Roncevaux étaient 2 Citerna de la même série.
- La Tramontane était un divers appartenant à un artisssan-marinier de Sète. Il devait remonter avec de la pâte à papier de St Louis ou du sel des l'Esquineau.





Re: LA BELLE PAULE par josyan le Samedi 18/12/2021 à 16:45

                                                       Bonjour a vous
           Juste une petite rectification
           Pour l'Aspin et le Ronceveaux ----d'accord
           pour le Tramontane surement pas car il montait tout seul jusqu'a Lyon charger.
           Bonne journée    @+    Josyan




Re: LA BELLE PAULE par Citerna 12 le Dimanche 19/12/2021 à 09:50

 Pour le remorquage duTRAMONTANE, j'ai relevé l'information dans un livre de bord du CITERNA 4, c'était le 12 février 1947. Ce n'est pas de mémoire car je n'étais pas né ! ..
Après les fêtes, je reprendrai cet agenda pour voir s' il y a des précisions. Hypothèses : peut être une changement de moteur après cette date, ou panne ou eaux grosses ?
Jean-Bart


Re: LA BELLE PAULE par josyan le Dimanche 19/12/2021 à 10:54

                                                              Bonjour a vous
               Effectivement moi non plus je n'ai pas connu ce bateau car je suis
               ne en 1946!!  mais jusque la je n'avais pas entendu parlerd' un autre
               bateau avec cette devise!!!
               peut etre que Lucien en saura davantage
                Bonne journée a vous                                     Josyan


Re: LA BELLE PAULE par lougabier le Lundi 20/12/2021 à 12:27

 
La Tramontane que l'on a connue est un luxomotor qui est arrivée dans le midi vers 1961. Elle était équipée, d'après un relevé des Ponts & Chaussées, d'un moteur Willème de 130 CV. Après il a eu un DK6. Ses formes effilées en faisaient un bateau de rivière.

La Tramontane dont parle Citerna 12 n'est vraisemblablement pas le même bateau. En regardant les immatriculations BX, on ne le trouve pas.

Comme certains bateaux du Midi étaient immatriculés LY (même des Barques), j'ai regardé dans les immatriculations LY et je n'ai rien trouvé.

Sur la liste des bateaux du midi éditée par l'ATFM en 1950, la Tramontane n'y figure pas.

Sur des registres de passages de bateaux aux écluses que je possède, j'ai regardé l'écluse de Villedubert de tout 1936, (la plus proche en date et en lieux de Sète) : pas vu de Tramontane.

La personne qui pourrait nous renseigner sur cette Tramontane est peut-être "Pierrot l'ancien".


Re: LA BELLE PAULE par mati le Lundi 20/12/2021 à 13:29

  Jean-Bart ne précise pas la categorie du TRAMONTANE remonté en 1947..et si 30 ou 38m (peut etre marqué sur le petit carnet?)

La seule hypothese que je peux emettre est qu'en 1939 et en 1955 il a existé un 38m citerne pétroleTRAMONTANE à Citerna, 
un Tamise de 1932, P11312F; avec un moteur Sulzer de 80cv..

Pas de photo et pas revu ou lu apres 1955!

Peut etre sur le RHONE un moment....

Guy





Re: LA BELLE PAULE par Citerna 12 le Mardi 21/12/2021 à 09:19

 C'est probablement celui-là. 
À l'époque, CITERNA avait des bateaux "dans le vent".
Dans la série, il y avait l'HARMATTAN, l'AQUILON, le BORA, etc....
Ce dernier est un Temse de 1933, P11377F, donc NI proche du TRAMONTANE.
Mais nous n'avons pas la longueur.
Jean-Bart


Re: LA BELLE PAULE par josyan le Mardi 21/12/2021 à 12:46

                                               Bonjour
              En effet je me souviens tres bien de l'Harmattan de l'avoir vu a Frontignan
              Je devais avoir 10 ou 11 ans avec toute cette flotte de petroliers.
               tout cela a disparu!!!!il ne reste que des souvenirs-------Nostalgie
               Bonne journée          JOSYAN


LA BELLE PAULE par Alain Marie le Dimanche 16/01/2022 à 06:40

Bonjour.
Voici le bateau dans l'écluse Bayard à Toulouse.
                                        
Louis



Identification

Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Identifiez les nouveaux articles et commentaires, signez les, et plus !

S'inscrire

Dernières publications en images

ADIEU A ROBERT MORNET DE LA BARQUE DE POSTE

Les BATEAUX du CONFLUENT à ANDRESY

CAPITAINERIE DU PORT ST SAUVEUR TOULOUSE

Le chaland REIMS à 3 époques

L'ARIEGE à Paris

L'histoire de la devise LA BELLE PAULE

L'histoire de la devise ESCAUT - 3ème partie et FIN

L'histoire de la devise ESCAUT - 2ème partie

L'histoire de la devise ESCAUT - 1ère partie

Une peinture/Une devinette

EXPOSITION à CAZERES

ENCORE UN TRANSPORT EXCEPTIONNEL !

MOTUS ex TOOLHOUSE ex MOTUS ex ARTISAN

3 RIEN PERDU, pour 2 RIEN TROUVÉ

QUAND LES PETROLIERS SILLONNAIENT LA LOIRE

DRAGAGE AU CANAL DU MIDI


Sites Incontournables

    
 



Rubrique courante