S'identifier - S'inscrire - Contact

Annonce

NOUVEAU Bord à Bord - FLUVIAL Changement d'Administrateur
Objectif : Articles appronfondis et argumentés sur la Batellerie tels devoirs de mémoire (histoire) ou Actualités
Souhait : Complémentarité avec les bonnes informations, mais succintes sur les groupes batellerie de Facebook, et celles pointues des sites incontournables spécialisés.

Le Gamin du PICARDIE (5)

L' enfance et la scolarité

Par MME • Premiers pas sur l'eau • Mardi 07/11/2017 • 8 commentaires  • Lu 1838 fois • Version imprimable

  • Currently 5/5

Note : 5/5 (1 note)

Suite des articles précédents : 

http://bab.viabloga.com/news/le-gamin-du-picardie-1

http://bab.viabloga.com/news/comment-le-picardie-echappa-de-peu-au-nez-coupe

http://bab.viabloga.com/news/le-picardie-mai-1944-de-passage-a-conflans-a-un-mauvais-moment

http://bab.viabloga.com/news/le-gamin-du-picardie-2

http://bab.viabloga.com/news/le-gamin-du-picardie-3

http://bab.viabloga.com/news/le-gamin-du-picardie-4



Le gamin du PICARDIE
parle de son enfance

Enfant de marinier il m'arrive souvent de penser à mes années de scolarité. Lorsque je les évoque en famille, entre enfants, petits enfants ou entre amis, mes interlocuteurs adoptent un air intrigué, parfois même attristé. Je devine leurs pensées : «pauvre enfant», à tel point que je me suis promis d'essayer d'y voir plus clair.

 

Certes, ce n'est une découverte pour personne, la scolarité a toujours représenté un cas de conscience chez les mariniers. mère n'était pas d'origine batelière. Elle maîtrisait lecture, écriture et calcul. Pour père, né en 1900, descendant d'une famille batelière de la vallée de l' depuis plus d'un siècle, c'était une autre histoire. Je l'ai souvent entendu dire qu'il n'avait totalisé que 18 mois de scolarité, buissonnière comprise... Gêné durant sa vie d'une carence au niveau de l'écriture, père s'était fixé comme objectif de mettre légalement ses enfants à l', c'est à dire dès l'âge de six ans, coûte que coûte, tant financièrement que sentimentalement.

 

Nous étions quatre enfants, nous avons suivi la même règle avec la même rigueur. Dernier né, mon tour vint. En octobre 46, je rejoins ma sœur qui était en pension chez une tante à Cambrai, ville du Nord située dans la vallée de l'. Puis-je me souvenir de mes pensées d'alors ? Pleurs, frustrations, angoisses, je n'ai pas de souvenirs précis. Sans doute que la présence de ma sœur et le fait de se trouver dans un milieu familial sont venus atténuer une frustration affective. Ce n'était pas à proprement parler un régime de pension mais nous étions parfois plus d'un mois sans voir nos parents.

Lorsque le Picardie approchait de Cambrai par le de Saint Quentin, c'était un événement qui nous faisait plaisir, celui de revoir nos parents et de retrouver le court moment d'une fin de journée, le bateau et son mode de vie bien différent. Alors avec empressement nous descendions au vers l' de Cantinpré où nous demandions à l'éclusier si le Picardie était annoncé. Nous partions à sa rencontre. Une fois, en fin de journée, nous étions avec les parents d'un copain. Le dîner s'improvisa sur l'herbe à côté du chemin de . La nuit tombée, allongés sur le sol, père équipé d'une lampe de poche nous fit observer une bande de goujons immobiles sur un fond de sable. Retrouvailles chaleureuses, fugitives puis de nouveau l' habituelle séparation avec sans doute quelques larmes sur les joues de mère.

En 1951, changement de décor. Le Picardie abandonne la navigation du Nord pour un trafic régulier entre Rouen, Paris ou Reims. Il n'est plus question de rester à Cambrai et je rentre en avril comme au pensionnat Jean Baptiste de la Salle de Rouen. Là je découvre la vraie vie de pensionnaire et de plus je suis le seul fils de marinier dans l'établissement qui compte près de 800 élèves. Je suis considéré comme un cas à part. En début d'année scolaire dans la nouvelle classe, nous devions nous présenter debout, à tour de rôle et décliner nom, prénom, âge, habitation ainsi que le métier des parents. Dans les premiers temps j'éprouvais une certaine gêne quand j'annonçais   « marinier ». Quelques chuchotements d'interrogation fusaient autour de moi : « c'est quoi ? Qu'est ce qu'il a dit ? ».

Au pensionnat les sorties des jeudis et dimanches n'étaient pas obligatoires. De plus, pour y prétendre il fallait des résultats scolaires satisfaisants sinon nous étions collés. C'est ainsi que le samedi à je voyais la plupart des pensionnaires quitter les lieux sans toutefois que j'éprouve un regret car il y avait la bande de copains, toujours les mêmes, que leurs parents ne venaient pas chercher. Je n'en connaissais pas la raison mais je savais que les miens ne viendraient pas car ils naviguaient. En contrepartie j'allais apprécier le relâchement de la discipline, une ambiance plus chaleureuse avec les copains, davantage de  : baby foot, ping-pong, la lecture de certaines BD comme les albums de Tintin et bien d'autres.

Aurai-je eu ces distractions en rejoignant le bateau l'espace d'un court dimanche ? Parfois le Picardie se situait à l'autre bout du de Rouen, chargeant en transbord sur un navire ou pire encore, bloqué par la ou les glaces sur la dans un lieu inaccessible.

Heureusement il y avaient les vacances de , de Pâques et les grandes qui à cette époque duraient 3 mois. Résultats bons ou mauvais, ces sorties étaient obligatoires. Parfois il fallait rejoindre le bateau dans un lieu inconnu et le voyage s'effectuait avec quelque angoisse. Une anecdote reste ancrée dans ma mémoire. Le Picardie revenait de Reims non par sa route habituelle car l'Aisne en n'était pas navigable. Il empruntait alors le de l'Oise à l'Aisne et je devais descendre à la gare de Anizy et Pinon. C'était une petite station de campagne comme tant d'autres, mal éclairée le soir venu et j'entendais à chaque halte un chef de gare qui bredouillait des mots incompréhensibles qui se perdaient dans les nuages de fumée crachés par la locomotive. Plusieurs fois, je demandai aux voyageurs toujours présents dans le train « encore combien de stations pour Anizy Pinon » ? Quand arrivé au lieu du rendez vous, apercevant mon père sur le , j'éprouvai un grand soulagement.

 

Ces vacances me replongeaient dans le monde batelier avec tout son inconfort, l'exiguïté des logements, le bruit continu du moteur, l' hiver la froidure au ras de l'eau, l'été la chaleur sur la tôle brûlante et le soir les nuées de moustiques. Bien que grandes ces vacances avaient une fin. Quelques jours avant la rentrée ma mère consultait le Chaix, cet annuaire des horaires des chemins de fer de l'Ouest. Je redoutais ce temps de pré rentrée. Adieu paysages sauvages et majestueux de la entre Vernon et les Andelys. Adieu les biefs de parcourus à pied jusqu'à la prochaine pour aider à la manœuvre. Adieu ces parties de pêche où le gardon était mordeur. Puis venait le temps de la rupture pour retrouver avec plaisir la veille de la rentrée la bande de copains.

 

Il faut croire qu'il fallait être programmé à la naissance pour accepter, sans trop de difficulté, cette condition très particulière d'être fils de marinier sur le chemin de l'. Sans avoir de regrets amers je pense que j'aurais préféré une scolarité plus calme mais par rapport à d'autres enfants de mariniers n'ai-je pas été très favorisé ?Né fin 1940, je repense souvent à mon début de vie passée à bord jusqu'en 1957, date à laquelle mes parents ont débarqué.

Pour les gens " d' à terre " il est difficile d'imaginer certains instants de la vie familiale des mariniers de cette époque. Bien souvent l'enfant naît à bord. Ce fut mon cas, au cours d'un voyage. Ma mère avait une expérience des accouchements car j'étais le quatrième enfant. Sentant l'accouchement très proche, mon père décida d'arrêter le bateau pour le soir à Péruwelz, vallée de l', à la frontière belge. Il se mit à la d'une sage-femme qui accepta de bien venir à bord pour pratiquer l'accouchement. C'était une première pour elle, un accouchement dans un bateau. Mon père demanda le prix de la prestation. La sage-femme répondit que son intervention était gratuite selon la législation en Belgique à cette époque.
Mon père lui offrit une bouteille de champagne... en décembre 1940, ça ne se refusait pas. Un tel épisode est difficile à imaginer de nos jours. Le lendemain mon père partit à la Mairie de Péruwelz pour me déclarer. Il y a deux années, de passage dans cette région, je suis allé dans cette même mairie et j'y ai demandé mon acte de naissance. J'ai pensé que mon père avait franchi ce même perron 70 ans auparavant et j'ai appris que j'étais né " en son bateau, stationné au du Français"

La première enfance se passe dans l'étroitesse du logement, souvent mal éclairé, surchauffé l'hiver par la cuisinière à charbon et aussi très chaud l'été quand le soleil tape sur le roof et les veules en ferraille. Quand l'enfant grandit, il vient séjourner le plus souvent dans la et découvre alors un univers très changeant selon les activités. Les situations géographiques des lieux lui échappent mais il se rend compte que le bateau est en chargement. Il regarde la marchandise qui arrive dans la cale et le bateau qui, au fur et à mesure du  chargement, s'enfonce dans l'eau. Si c'est du blé, il est content car il pourra aller jouer dedans, en machonner dans sa bouche pour en faire une sorte de chewing gum. Si c'est du charbon, c'est moins réjouissant. Quelle sera l'itinéraire pour le lieu de livraison ? 


------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
.Et pour l'histoire du PICARDIE voir :

http://bab.viabloga.com/news/hplm-porteur-picardie

http://bab.viabloga.com/news/les-4-porteurs-hplm-avec-devises-provinciales



Commentaires

par kikicmr le Dimanche 03/08/2014 à 10:40

kikicmr merci pour ce début de récit !!! Vivement la suite !!!


Re: par Citerna 12 le Lundi 04/08/2014 à 13:44

 Effectivement, attendons la suite.
 Pour moi, le plus dur, ce n'a pas été de naitre sur un bateau (ou presque). Au contraire, les six premières années à voyager sur le Rhône, la Saône, vers Sète ou Marseille,dans le cocon familial, sur les CITERNA 4 et 18 ont plutôt été agréables (pour ce dont je me souviens). Avec en bonus aller chercher l'arrière du 18 à Paris, en descendant jusqu'à Arles par les différents canaux.
 Le plus dur, c'est de quitter le bateau pour être scolarisé ; soit avec la maman sans le papa, ou en pension chez un tiers, ou en internat,
 de rejoindre la famille pour les vacances, et surtout de la quitter, à la fin de ces vacances. 


Re: par Choteau le Lundi 04/08/2014 à 22:14

 Effectivement, le problème de ce métier est la scolarisation des enfants. D'ailleurs, ce sujet est peu abordé, voire tabou. Une façon d'oublier cette période douloureuse, néanmoins c'est grâce à l'école que nous avons pu  "trouver une place" parmi les sédentaires. heureusement, ce mode de vie nous a donné de grandes capacités d'adaptation et de la débrouillardise. On pourrait presque dire que l'école a été un mal nécessaire. Difficile de parler de ce sujet.


Re: par gaetan le Mardi 05/08/2014 à 09:22

 très beau réci qui fait remonté bien des souvenirs, et je vous rejoint sur le problême de la scolarité j'avais dix ans quand mes parents on trouvé une place dans un internat, cela laisse des lacune pour écrire une phrase sans fautes mais nous avons apris a travailler très jeune. 


par Anonyme le Mercredi 06/08/2014 à 08:47

Bravo pour ce récit très interessant.
La batellerie a connu une évolution phénoménale au cours du 20 ième siècle.
Votre témoignage est très instructif instructif. 
Merci.


Re: par Citerna 12 le Jeudi 07/08/2014 à 12:56

 Un exemple de retrouvailles, in-extrémis.
 ".....en début des vacances scolaires de fin d'année (1956). le lundi 24 décembre , le citerna 12, où sont mes parents et mes deux soeurs; charge à La Mède et arrive à Martigues vers 19h. De mon côté, à bord du citerna 17, avec William, Marie, André et Claude Kanon, qui m'avaient récupéré deux jours plutôt,  en passant au Pouzin (où j'étais en pension chez la "mémé" Tchesnokoff), je rejoins mes parents vers 21h, juste à temps pour recevoir le Père Noël..."


Re: par Citerna 12 le Mercredi 08/11/2017 à 09:35

 Je ne sais pas pourquoi le sujet est relancé mais profitons-en pour relater une autre rentrée spéciale : le bateau-stop
" ...début 1955, bateau-stop à partir d'Arles pour rejoindre Le Pouzin (où j'étais en pension chez une grand-mère qui gardait plusieurs enfants de mariniers dont ses petits-enfants) avec le CITERNA 6 et Pierrot Quillici. Lui montait alors que le CITERNA 18 (notre bateau alors) était retenu par plusieurs voyages dans "le bas" (du Rhône). Je me rappelle clairement que nous avons couché à  Beaucaire, mangé au restaurant et vu un film avec Amédéo Nazzari, "Le fils de personne". Désolé, j'ai oublié le menu !.."


La scolarité des enfants de mariniers par lougabier le Jeudi 09/11/2017 à 18:11


L'article parle bien du sujet et que l'on soit du Nord ou du Midi, on s'y retrouve.
On pourrait faire un livre rien qu'avec les départs et arrivées du bord...

Il n'y avait pas de téléphone portable et même chez les "terriens" le fixe était rare à part pour les commerçants.

On connaissait bien la route des bateaux et le courrier, qui était trié dans les wagons postaux, fonctionnait bien. Par exemple, une lettre postée avant 22h00 à la gare de Toulouse était distribuée le lendemain matin à Sète, à Bordeaux. ou La Nouvelle.



Identification

Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Identifiez les nouveaux articles et commentaires, signez les, et plus !

S'inscrire

Achat/Vente


Dernières publications en images

Le Bassin des Magasins Généraux de Pantin en 2017

350 ans du CANAL du MIDI : pose 1ère pierre

Départ du VERCORS de Sète

Photographies fluviales à Bainville-aux-Miroirs

PK0 - ce JEUDI 16 NOVEMBRE 2017

Le Gamin du PICARDIE (5)

Le remorqueur PREVOYANCE

DECHARGEMENT D'UN TRANSFORMATEUR (2)

DECES D'AIME MIR

DECHARGEMENT D'UN TRANSFORMATEUR (1)

SAUVONS LE CANAL de ROANNE - Déjà en 1978

REPAS APRES MIDI GUINGUETTE (avec les Anciens et Amis de la Batellerie de Poses)

"LE PATRIMOINE" SPECIAL CANAL DU MIDI

IRENE S'EN EST ALLEE

CONVOI EXCEPTIONNEL POUR LE MIDI


Sites Transports Fluviaux


CNBA
 

Recherche par tableau


Sites Incontournables

    
 




Rubrique courante