S'identifier - S'inscrire - Contact

Annonce

NOUVEAU Bord à Bord - FLUVIAL Changement d'Administrateur
Objectif : Articles appronfondis et argumentés sur la Batellerie tels devoirs de mémoire (histoire) ou Actualités
Souhait : Complémentarité avec les bonnes informations, mais succintes sur les groupes batellerie de Facebook, et celles pointues des sites incontournables spécialisés.

Comment le PICARDIE échappa de peu au nez coupé

Par MME • Les archives • Vendredi 30/11/2012 • 7 commentaires  • Lu 1666 fois • Version imprimable

  • Currently 5/5

Note : 5/5 (1 note)

J'avais 3 ou 4 mois à l'époque, donc beaucoup trop jeune pour me souvenir. En revanche, j'ai souvent entendu mon père raconter cette histoire.
Début 41, le Picardie ( ex porteur à vapeur HPLM ), navigue sur les canaux du Nord de la France. Un matin, une délégation de militaires allemands vient signifier aux mariniers, bloqués sur le , que leur matériel est réquisitionné par la Kriegsmarine et qu'ils doivent rapîdement débarquer et aller chercher refuge ailleurs... Mes parents, comme tous les autres mariniers obtempèrent et trouvent refuge dans une ferme voisine. 
Les bateaux ainsi réquisitionnés sont destinés à l' OPERATION  SEELOWE, en vue d'un débarquement par les troupes allemandes sur les côtes anglaises. Pour les transformer en péniches de débarquement, genre LCT des alliés en 1944, il est nécessaire de couper l'avant du Freycinet sur environ 6 mètres et ensuite de venir adapter un vantail abattant.
La ferme où se sont réfugiés mes parents est à proximité du . Chaque matin mon père vient jeter un coup d'oeil autour de son bateau histoire de voir la suite des évènements. Une fois, il est abordé par un sous officier allemand accompagné d'un interprète.
Il s'ensuit un dialogue du genre : " C'est vous le capitaine de ce bateau... Il ne nous intéresse pas car trop pointu, vous pouvez rembarquer. "
Mes parents reprennent possession du bateau et s'apprêtent à filer rapidement quand arrivent un autre allemand avec le même interprête.
Autre dialogue : " Vous et votre bateau êtes réquisitionnés par l' armée allemande.  Considérez vous comme un prisonnier civil. Deux soldats seront chargés de veiller sur vous et séjourneront à bord. "
Les protestations de mon père : le picardie est un petit porteur, le gazogène est un goufre à charbon... Autrement dit, ce bateau n'est vraiment pas fait pour vous... Réplique de l'allemand : " vos accompagnateurs disposeront d'un laissez passer permanent ; ils pourront s'adresser dans chaque Kommandantur et la quantité de charbon souhaitée pour le gazogène sera livrée. "


Les deux soldats allemands désignés montent à bord avec " armes et bagages ". L'un des deux parle un peu le Français. Pour eux commencent les meilleurs moments de leur vie sous l'uniforme. Ils logent dans le logement à l'avant du Picardie. Loin des contraintes des soldats en campagne, ils vont naviguer avec une sensation  de liberté leur faisant presque oublier la guerre.
La coexistence sur le 38m est plutôt pacifique. Au Picardie, il y a un poste TSF. On peur y écouter la propagande allemande ou la BBC.
L'année 1941, c'est celle de l'Allemagne victorieuse et de la France soumise. Aux victoires qui font sourire les uns succèdent les premières défaites sur le front Russe qui font sourire les autres. L'ambiance sur le Picardie est bonne. A leurs retours de permissions, les soldats rapportent des cadeaux : une chope à bière pour le capitaine, une lessiveuse miniature pour la petite fille. Ils font part des bombardements sur les villes allemandes et de leur crainte de se trouver appelés un jour sur le front russe.
La vie continue sur le Picardie, chacun acceptant, bon gré mal gré, les vicissitudes du moment. L'un des deux est charcutier de métier ; son talent est mis à profit pour tuer le cochon et ensuite le découper pour le conserver salé dans un grand pot en grès. Au départ de leur permission, les sacs sont chargés de victuailles car outre les restrictions sont nombreuses.
Combien de temps dura cette cohabitation forcée ? Je ne sais pas.
Quel type de voyages effectuait le Picardie ? Je ne sais pas.
Ce que je sais : l'un des deux allemands habitait Rothenburg o. Tauber. J'avais retrouvé dans le logement avant du Picardie une lettre avec l' adresse de son commerce : marchand de fruits et légumes. J'ai par la suite effectué des recherches auprès de la ville de Rothenburg. Elles s'avérèrent négatives.
Si ce type d'histoire vous intéresse, je peux vous raconter le Picardie en mai 44 à Conflans sainte Honorine.


Commentaires

Comment Picardie échappa de peu au nez coupé par René59 le Vendredi 30/11/2012 à 15:32

 Merci pour cette histoire ,on attend la suite !René


par kikicmr le Vendredi 30/11/2012 à 19:16

kikicmr oh que oui, ça nous intéresse !!! 


Re: V é c u par p boum le Vendredi 30/11/2012 à 19:51

Du  "vécu"  vrai la suite  SVP. Nombreux cas certainement existants.  Cette interressante évocation  peut'etre révélatrice ....

slts  p. boum


Re: V é c u par marite le Samedi 01/12/2012 à 06:07

marite très beau récit
qui nous fais comprendre que la vie na pas été facile 
pour nos parents
merci


"Le Nez" par mati le Samedi 01/12/2012 à 13:41

                                         

Guy BaB IdF


Re: "Le Nez" par kikicmr le Samedi 01/12/2012 à 21:31

kikicmr Et comme le dit Pascal dans ses "Pensées" : s'il eût été plus court, toute la face de la terre aurait changé ...

bon, il ne parlait à vrai dire pas du PICARDIE, mais n'empêche ! Joli nez ce bateau !


par mothscoff le Samedi 01/12/2012 à 15:35

mothscoff GENIAL!!!! merci beaucoup pour ces aventures si bien racontées!!!! je suis sous le charme.
encore.....
Sophie



Identification

Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Identifiez les nouveaux articles et commentaires, signez les, et plus !

S'inscrire

Achat/Vente


Dernières publications en images

Le Bassin des Magasins Généraux de Pantin en 2017

350 ans du CANAL du MIDI : pose 1ère pierre

Départ du VERCORS de Sète

Photographies fluviales à Bainville-aux-Miroirs

PK0 - ce JEUDI 16 NOVEMBRE 2017

Le Gamin du PICARDIE (5)

Le remorqueur PREVOYANCE

DECHARGEMENT D'UN TRANSFORMATEUR (2)

DECES D'AIME MIR

DECHARGEMENT D'UN TRANSFORMATEUR (1)

SAUVONS LE CANAL de ROANNE - Déjà en 1978

REPAS APRES MIDI GUINGUETTE (avec les Anciens et Amis de la Batellerie de Poses)

"LE PATRIMOINE" SPECIAL CANAL DU MIDI

IRENE S'EN EST ALLEE

CONVOI EXCEPTIONNEL POUR LE MIDI


Sites Transports Fluviaux


CNBA
 

Recherche par tableau


Sites Incontournables

    
 




Rubrique courante