S'identifier - S'inscrire - Contact

Annonce

NOUVEAU Bord à Bord - FLUVIAL Changement d'Administrateur
Objectif : Articles appronfondis et argumentés sur la Batellerie tels devoirs de mémoire (histoire) ou Actualités
Souhait : Complémentarité avec les bonnes informations, mais succintes sur les groupes batellerie de Facebook, et celles pointues des sites incontournables spécialisés.

Le Gamin du PICARDIE (4)

Chargement au Havre en 1945 ou 46

Par MME • Les archives • Lundi 25/11/2013 • 8 commentaires  • Lu 2459 fois • Version imprimable

  • Currently 3/5

Note : 3/5 (1 note)

Bonjour
A la fin de la guerre, la ville du Havre et ses installations portuaires étaient anéanties. Les navires ne pouvant plus accoster à restaient en mer sur l'ancre. Leurs déchargements s'effectuaient donc en transbord dans les bateaux amarrés en couple. Selon l'expression de l'époque que j'ai retenue : " on allait charger au bassin de marées ". J'étais gosse, 6 ans, je ne réalisais pas la découverte qui m'attendait.
Le Picardie affretté devait rejoindre en mer, à je ne sais exactement quelle distance du rivage,  un navire , le Zélandia.
Le Picardie n'était pas seul dans ce cas et c'est derrière un remorqueur avec deux ou trois autres bateaux, qu'il partît rejoindre le navire.
Toujours présent à la manoeuvre, bien debout sur mon banc de quart, je regardais avec beaucoup de curiosité et sans une certaine inquiétude. Durant les voyages, j'étais habitué à voir le bateau évoluer entre des berges mais là, les berges étaient absentes. La mer était calme mais le bateau, à vide, tanguait. Mon père était au macaron et ma mère, anxieuse, à côté. 
Le Zélandia était chargé de légumes secs en sacs, pois, haricots, fèves, lentilles. Quelques sacs crevés par maladresse laissaient échapper leurs précieux contenus très convoités en ce temps de privations. Là haut sur le navire, un contrôleur des douanes, veillait. Les sacs étaient comptés à chaque palanquée.
Les mariniers étaient prévenus que des soldats américains, pouvaient surgir soudainement sur une voiture amphibie, pour venir saisir quelques sacs et les revendre ensuite sur les quais. C'était une pratique courante et les autorités fermaient les yeux. Nos libérateurs avaient tous les droits.
Mon père n'était pas homme à se laisser ainsi traiter. C'est révolver au poing qu'il accueillit les pirates, leur interdisant de monter à bord. Devant la menace, ils repartirent sans leur butin.
Je ne sais ce mon père aurait fait si les intrus avaient persité...


Commentaires

par mebo2 le Lundi 25/11/2013 à 18:04

 Bonjour....
Ce que vous dites est vrai,je me souviens que ma grand mere m'a racontè,qu'un jour où,elle revenait des champs,le long du canal,elle vit une jeep de l'armèe Americaine,pres d'une peniche,il y avait 4 individus,qui voulaient s'accaparer,des sacs de blè,seulement,le batelier,avait un fusil,et,a commencè à defendre son fret,ça canardait,de partout,puis,la jeep,avec les 4 militaires se sont sauvès.Le brave batelier a deposè une plainte,mais ,les gendarmes ont fait la sourde oreille,en lui disant que ce n'etait grave!!!!En ces temps là,on se demandait ,à qui se fier.Je me souviens que ma grand mere ,en Polonais disait que c'etait honteux,et ,que mème les Allemands ne se comportaient pas ainsi,mème en tant qu'envahisseur.
Hè,oui,nos "liberateurs "etaient loin d'etre des enfants de choeur....Ceci dit ,etant gamin,j'ai entendu des histoires pas propres,au sujet des "liberateurs",ce qui m'a fait douter du"reve Americain"....


Re: par gaetan le Mardi 26/11/2013 à 09:52

je n'avais jamais entendu parler de c'est fait, intéressant


par Citerna 12 le Mardi 26/11/2013 à 09:28

  Toujours très intéressant, sur le fond, et sur la forme. On en redemande. Persistez !.. Et mis bout à bout, faites-en un recueil, avant que cela ne tombe dans l'oubli.


par munster le Mardi 26/11/2013 à 12:51

Mes grands parents faisaient cela avec l'ORIENT a la libération , ils appelaient cela "faire les allèges"


par Anonyme le Vendredi 29/11/2013 à 16:39

    
     Bonjour
 a cette époque les petits bateaux aller au large
 Maintenant les bateaux sont plus gros ressemble a des  CABOTEURS?
 ils faut des papiers de formalité qui empêche les Mariniers de travailler
 


par marite le Jeudi 10/09/2015 à 20:40

marite

 
 
 
 
 
 


Re: ALLEGES... Navire > Péniche par p boum le Vendredi 11/09/2015 à 06:23

  DELCAMPE 
CHARS  militaire
Le " miroir " de l'Eau = pas en Mer./  Transbordement par les Grues du Navire.
Vu le haubanage de Grue: corde-blanche / manille "maous"

Remarque: 1 char = la Cale (longueur)  Frecynet > ? ! . > cabine-arriere = hollandais......

Navire: "dégaine" des matafs  = U S

Le Marinier "défendait" le Chargement CAR en était Comptable a l'Arrivée.
 (marchandises diverses: > facilement "commercialisables")

Les "Libérateurs " Américains étaient en Territoire "Conquis" TOUT était prevu en ce sens.

slts   p boum


Re: en transbord par MME le Samedi 12/09/2015 à 15:09

bel exemple de transbord, c'est exactement le souvenir que j'ai gardé. Dans mon récit, ce n'était pas du matériel militaire mais des denrées alimentaires très convoitées à l'époque pour une vente frauduleuse sur les quais du Havre par des militaires alliés sans scrupule.
La faim ne justifie t elle pas les moyens ?



Identification

Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Identifiez les nouveaux articles et commentaires, signez les, et plus !

S'inscrire

Achat/Vente


Dernières publications en images

Le Bassin des Magasins Généraux de Pantin en 2017

350 ans du CANAL du MIDI : pose 1ère pierre

Départ du VERCORS de Sète

Photographies fluviales à Bainville-aux-Miroirs

PK0 - ce JEUDI 16 NOVEMBRE 2017

Le Gamin du PICARDIE (5)

Le remorqueur PREVOYANCE

DECHARGEMENT D'UN TRANSFORMATEUR (2)

DECES D'AIME MIR

DECHARGEMENT D'UN TRANSFORMATEUR (1)

SAUVONS LE CANAL de ROANNE - Déjà en 1978

REPAS APRES MIDI GUINGUETTE (avec les Anciens et Amis de la Batellerie de Poses)

"LE PATRIMOINE" SPECIAL CANAL DU MIDI

IRENE S'EN EST ALLEE

CONVOI EXCEPTIONNEL POUR LE MIDI


Sites Transports Fluviaux


CNBA
 

Recherche par tableau


Sites Incontournables

    
 




Rubrique courante