S'identifier - S'inscrire - Ecrire un article - Contact

Annonce

NOUVEAU Bord à Bord - FLUVIAL Changement d'Administrateur
Objectif : Articles appronfondis et argumentés sur la Batellerie tels devoirs de mémoire (histoire) ou Actualités
Souhait : Complémentarité avec les bonnes informations, mais succintes sur les groupes batellerie de Facebook, et celles pointues des sites incontournables spécialisés.

Le Gamin du PICARDIE (6)

Par MME • Premiers pas sur l'eau • Mardi 06/02/2018 • 6 commentaires  • Lu 804 fois • Version imprimable

  • Currently 0/5

Note : 0/5 (0 note)

Suite des articles précédents : 

http://bab.viabloga.com/news/le-gamin-du-picardie-1

http://bab.viabloga.com/news/comment-le-picardie-echappa-de-peu-au-nez-coupe

http://bab.viabloga.com/news/le-picardie-mai-1944-de-passage-a-conflans-a-un-mauvais-moment

http://bab.viabloga.com/news/le-gamin-du-picardie-2

http://bab.viabloga.com/news/le-gamin-du-picardie-3

http://bab.viabloga.com/news/le-gamin-du-picardie-4

http://bab.viabloga.com/news/le-gamin-du-picardie-5


                                          

Quand le présent rejoint le passé -

J'habite la Seine Maritime et lorsque des amis venus d'ailleurs viennent me voir, je les emmène visiter quelques paysages de Seine entre Poses et Les Andelys.

Il y a quelques jours, nous sommes allés à Poses. Il faisait très beau et les promeneurs étaient nombreux sur le chemin de berge du côté musée de la batellerie. Nous avons dirigé nos pas vers la grande passerelle qui surplombe le barrage et les écluses. La chute est d'environ 4 mètres et le bruit de l'immense masse d'eau qui dévale est assourdissant à en avoir presque peur. D'ailleurs, certains visiteurs ne s'attardent pas et s'éloignent comme fuyant un danger inconnu mais imminent.

Au contraire, du côté des écluses, les visiteurs s'attardent surtout s'ils peuvent assister à une éclusée. Ce fut d'ailleurs le cas car, en aval, un bateau croisière s'apprêtait à entrer dans la grande. Les touristes, caméras ou appareils photo en main, ne perdaient pas un instant de l’événement. Tout comme le bateau montait dans le sas, une foule de souvenirs me revint à l'esprit.

 

Dans la grande, réservée aux remorqueurs, on devait bien pouvoir mettre près d'une douzaine de

38 mètres. Le plus spectaculaire, c'était d'assister à la manœuvre d'un train de péniches. Derrière le remorqueur, venaient se ranger lentement les bateaux un peu comme des sardines dans une boite, chacun à la place imposée.

La petite écluse était réservée aux automoteurs et l'éclusée s'exécutait plus rapidement. Parfois, il était nécessaire d'aller faire quelques courses à la boutique de l'écluse. Je me souviens que monter à l'échelle, le nez collé à l'odeur saumâtre des parois, ne me plaisait pas car les barreaux, mouillés et vaseux à cause de leur séjour dans l'eau, vous glissaient dans les mains. Arrivé sur le haut, on pouvait s'essuyer avec soulagement.

A l'éclusier, selon les vives et nombreuses recommandations de mon père, il était d'usage de dire bonjour et de décliner au passage : « Picardie, P 5564 F ». Il fallait se dépêcher pour faire les quelques courses à la boutique de l'écluse. A l'époque, les frigidaires n'existaient pas encore et les marinières devaient s'approvisionner aux écluses sur la route pour nourrir la famille. Ces boutiques étaient du genre bazar, on y trouvait un peu de tout, de la nourriture bien sûr : pain, boisson, viande, charcuterie, mais aussi des produits de nettoyage, de la peinture voire des vêtements et des sabots sans oublier les journaux.

A la sortie du chenal de Poses, commençait pour moi le plus beau bief de Seine. Nul marinier ayant pratiqué la basse Seine ne peut oublier le site des Andelys. Après la falaise de la Roquette, à l'approche des Andelys, quand le temps le permettait, je m'isolais loin du bruit du moteur. Assis à l'avant du bateau sur le capot du logement, j'ouvrais grands les yeux pour admirer le château fort qui domine le fleuve. J'avais aussi un regard curieux vers le restaurant la « Chaîne d'or » situé en bordure du rivage, où des convives installés regardaient passer les bateaux. On se regardait en agitant les bras, chacun avec des idées différentes dans la tête. Dans la mienne, il y avait comme le regret de n'être pas assis à leur table et d'appartenir ainsi à un monde à part .

 

Il y a quelques temps, déjeunant aux Andelys, j'ai inversé les situations . Installé à la terrasse de la « Chaine d'or », avec nostalgie, j'ai contemplé le fleuve mais pas de Picardie...

MME
















Commentaires

Témoignage très intéressant par lougabier le Jeudi 08/02/2018 à 00:57

Merci de nous faires partager vos souvenirs.
Plus de 60 ans après, ils sont intacts.

C'est vrai que lorsque l'on montait aux échelles, on avait le nez contre les bajoyers ou les quais et qu'il se dégageait une odeur que je ressens encore. Parfois, des herbes s'accrochaient aux barreaux ou d'autres éléments plus rebutants !!
Arrivé, en haut, on se frottait les mains au pantalon.... au désespoir de la mère !!!



Re: SOUVENIRS " actualisés.".......... par p boum le Jeudi 08/02/2018 à 11:30

 

Odeurs, Aspects,   >>  plus bas même un "limiteur de naissance"............

  les  Ressentis:   itou     qu' il y   60  ans



Equipement  >>  plus  récent  dans la mémoire.....

Décembre  2017  /  Ecluse de VOGELGRUN    

Slts:   p boum





Re: SOUVENIRS " actualisés.".......... par ledoux le Jeudi 08/02/2018 à 19:13

 Et arrivé en haut de l'échelle ,des fois il n'y avait plus de barre de fer pour se cramponner ,plein d'eau gelé.. voir arraché ...frayeur pour se rétablir sur le quai assuré


Re: SOUVENIRS " actualisés.".......... par p boum le Vendredi 09/02/2018 à 18:20

 Souvenirs: pendant vacances-scolaires ( pensionnat )  " montant " fallait monter a la Première-échelle  pour > fermer la porte - aval.

Si pas de " prise " > continuation a 4 pattes en poussant du Pied sur le barreau du haut.............

Autre " usager " du  Canal




PATER:  apprenait l' usage de la    22    a l' occasion.



> cela évitera   >>     un  " renard "   ...une motivation  facile  !!!. 



slts   p  boum


par Citerna 12 le Jeudi 08/02/2018 à 10:11

 Quel que soit le bassin, Seine, Midi ou Rhône, nos souvenirs d'enfants de marinier nous poursuivent. Mais plus encore que ceux de la petite enfance, les plus marquants, en ce qui me concerne, datent de mes périodes actives où l'on vit vraiment la vie du "bateau". Il n'est pas rare que pour m'endormir, je me raconte une "décize", qui m'emmène plus ou moins loin de Lyon : Valence, Le Pouzin, et plus rarement ...Avignon.


Re: par p boum le Jeudi 08/02/2018 à 15:04



D é cize:  naviguer a la " descente " sur le Rhône  a la  " nage "   =  a la rame ( pas a la " remontée ").

javascript:void(0);/*1518108704850*/



Dans les Souvenirs:  nous naviguons Chacun dans son Vécu et les situations liées................... plaisirs et " avatars ".......


slts   p boum





Identification

Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Identifiez les nouveaux articles et commentaires, signez les, et plus !

S'inscrire

Achat/Vente


Dernières publications en images

LES 3 ECLUSES DE CASTETS-EN-DORTHE

Barrage de Champagne-sur-Seine

Recherche historique Ecluse n° 53 entre canal latéral et Garonne

LE LIBRON BLOQUE LE CANAL !

Evacuation des Bateaux sur le LOING

Les BERRICHONS : Chapitre 1 - EN FER

PK0 - CE JEUDI 12 AVRIL 2018

ESCALE FLUVIALE ET MARITIME A SETE 2018

Peinture Batelière avec un cheval

Peinture de péniche

DECONSTRUCTION DU BARRAGE DE LACHAUX

Le Gamin du PICARDIE (6)

DECES DE FERNAND BICAN

La plaisance sur la Basse Seine

Port de DOMPIERRE-sur-BESBRE vu sous 3 angles

PK0 - ce MARDI 12 DECEMBRE 2017


Sites Transports Fluviaux


CNBA
 

Recherche par tableau


Sites Incontournables

    
 






Rubrique courante