S'identifier - S'inscrire - Contact

Annonce


LES ANCIENS DU MIDI SUR LE SURCOUF

Journée de la Batellerie du midi du 4 juin 2016

Par Lougabier • BaB 2 mers • Lundi 13/06/2016 • 12 commentaires  • Lu 1870 fois • Version imprimable

  • Currently 5/5

Note : 5/5 (1 note)

 
C'est la suite de Josiane : http://bab.viabloga.com/news/amicale-des-anciens-du-midi-3, en réponse à plusieurs demandes,  sur les retrouvailles du quelques 40 ans après la fin du transport de marchandises...

 Le bateau à passagers "affrété" est le Surcouf, bateau 100% du car il a été fait à Sallèles d'Aude par Paul CHAUBET et mû par un DK6 marseillais !! Ci dessous le circuit :


Le rendez-vous est prévu à partir de 09h45, mais à 9h57, le Surcouf peut se dégager car le chargement est déjà terminé, pas de manquant ! Le réflexe de "faire l'heure" le matin est toujours de mise chez les anciens...
Le départ se fait sous l' de Renneville, c'est "un bassin simple".

 

Les souvenirs reviennent : " Té, là j'ai filé un coup de tête au , il est bas..."
"Moi aussi, on montait à vide, je balayais le et je ne l'ai pas vu arriver ! J'ai eu droit à un "engueulot' du patron, il ne faut jamais tourner le dos à la marche et regarder toujours vers l'avant"...

La plaque fixée sur la maison éclusière annonce la prochaine à 2848m, celle d'Encassan. Dans le M, on a toujours utilisé le nom de l' et pratiquement jamais leur N°.

 

En sortant du sas, on aperçoit le débarcadère d'accès à l'. "Tiens ! on n'avait pas ça, ça nous aurait évité d'utiliser la sauterelle ou le sapinou pour préparer le bassin ! "
 
 
L' du Surcouf et l'arrivée à l' d'ENCASSAN : "Tiens, il y a un bateau dans le bassin ! "  "T'as vu, les portes du milieu sont fermées, on ne va pas monter "à bassin plein" ?" 

 

prises dans le sas aval.
L'éclusier nous monte à "bassin vide", c'est moins violent et surtout moins de chance de se faire arroser...


 

Dans le sas amont :
Un coup d'oeil à la maison éclusière, "les habitudes sont conservées, le gamin nous fait bonjour"...

 

EMBOREL est la prochaine , elle n'est qu'à 1360m. "On envoyait les gamins à l'autre à pied ou à vélo pour leur faire dégourdir les jambes". "oui, parfois on avait des fleurs de pissenlits ou des pâquerettes !!"
Merci, M. l'éclusier !  "A l'époque on lui aurait demandé s'il y avait des "descentes" (avalants).


Bon, on passe à l'Assemblée Générale de l'Amicale des Anciens des Canaux du . Le bureau et la pitaine-présidente présentent le bilan et les comptes en route, c'est inédit pour nous !!


 

Tout de suite après, c'est EMBOREL.
"Tiens, il n'y a pas de chambre pour protéger les portes du bas ? " ."Bizarre, je ne m'en souvenais pas !" "Oui, c'est la seule".
"ça y est  !  je m'en souviens, il fallait faire attention de ne pas toucher la manivelle des portes tant que le bateau n'était pas rentré, car en s'appuyant, il pouvait la faire bouger et nous péter un poignet ! "

 

"Et cette lucarne, avec la croix dedans ? C'est la seule qui a ça ". 
"Peut-être un essai de barre d'affiche par Riquet pour le prochain tronçon du Castenaudary-Trèbes ? ".
"Tiens, il met "une garde montante" pour ne pas reculer". " Nous, si on mettait un bout, c'était devant. C'était rare, sauf quand il y avait le Garde (conducteur de ) ou l'ingénieur...". "On en mettait un, en ville car parmi les badauds, on ne savait pas qui il y avait !"

"A voir la  rangée de pierres du haut, plus étroites que les autres, je me demande si le bief n'a pas été surélevé, parfois il a fallu rattraper le niveau..."

 

La prochaine est à 4137m, elle s'appelle l'OCEAN, mais elle est aussi appelée Naurouze. C'est la dernière du versant Atlantique, au dessus c'est le bief de partage.

La présidente de l'Amicale lit une lettre d'un ancien président qui n'a pas pu se joindre à nous et égrène la la liste de nos anciens disparus dans l'année, rappelant ainsi "les disparus en mer" des fêtes maritimes de la St Pierre, mais il n'y aura pas de gerbe jetée au

 

Ensuite c'est le passage devant Lauragais. "ça n'existait pas..., quand ils veulent, ils savent vite faire un chenal, un ...". 
"C'était sans doute pour récupérer de la terre pour remblayer l'Autoroute (A61),"
" Lauragais est une de repos de l'Autoroute, c'est en quelque sorte du multimodal fluvial-route avant l'heure ! ! "



Entrée, côté Aval, puis côté amont.

 

de l'Océan, "c'est la dernière de montée".
"Tu te souviens comment il fallait tourner les "empalements" (vannes) à vide ? Oui, 3 dents côté éclusier à la vanne la plus au large pour plaquer le bateau contre le bajoyer, puis de côté, la deuxième vanne. Après avoir laissé monter l'eau, les 2 autres vannes.".
"maintenant avec l'électrification...."


 

Au dessus, c'est le bief de partage, après on descend vers la Méditerranée...
C'est là ou la Rigole d'Alimentation arrive de la Montagne Noire. Riquet voulait réaliser quelque chose de grandiose : une ville avec un grand miroir (le bassin octogonal), qui s'est rapidement bouché. C'était le lieu de rencontre entre la navigation du  du  et la petite navigation de la Rigole, qui a été vite abandonnée.
 

Après l' de l'Océan, on tourne "sec" pour prendre la longueur de bief qui mène au déversoir. "Là, il fallait faire attention, il y a des pierres, on évitait de se croiser."


"On évite au déversoir : "je n'ai jamais fait ça ". "Moi, non plus, on se contentait de regarder l'échelle pour voir la hauteur du bief". 

 

"Plus haut, dans le prolongement, il y eût une , là où il y a les vannes maintenant ". "Un peu plus haut encore, une autre pour la Rigole, mais je ne l'ai jamais vue..." 


Le demi-tour effectué, c'est l'heure de se mettre à table .. Le Surcouf reste dans l' de l'Océan. "C'est bien la première fois que je mange dans une ! On ne s'y attardait pas, chacun mangeait à tour de rôle et l'heure du repas dépendait du passage des écluses."

 

N'oublions pas ! Nous sommes  en plein Lauragais... Après une salade verte-gésiers de canard, le cassoulet muni "d'une hélice à 4 pales" est servi ...


 

"Tiens, regarde !  il y a la trace d'un emplacement de plaque au-dessus de la porte d'entrée de la maison éclusière" .


Ensuite, c'est le départ pour -Lauragais.
Ceux qui veulent se dégourdir les jambes, l'exposition sur le   les attend.

 

Il y a aussi quelques espaces ludiques où la Pitaine de l'Amicale tient bon la barre !

  

C'est l'heure du départ, il faut repasser EMBOREL, ENCASSAN et RENNEVILLE. Pas besoin de "corner" pour appeler les retardataires, tout le monde est à bord.

Le SURCOUF a gardé son N° d'immatriculation (BX 1598), depuis sa mise à l'eau en décembre 1967.
 

Pendant le retour, c'est le tirage de la loterie aux objets hétéroclites dont le gros lot est le jambon !



Ensuite c'est l'arrivée à bon ....



"Ce n'est qu'un au revoir mes frères ..."

 

Les personnes qui aiment cet article aiment aussi :


Commentaires

par mati le Lundi 13/06/2016 à 10:15

 J'ai bien voyagé...Je m'y croyais..

Le SURCOUF en 1985, déjà plus en commerce, mais pas transformé :

                                        

Guy


Re: par pinquet le Samedi 24/09/2016 à 23:52

 en 1985 , cela faisait peu de temps qu'Antoine avait pris la retraite.


Le SURCOUF par Lougabier le Lundi 13/06/2016 à 23:31

 
Le Surcouf a un sister-ship, c'est le Verors qui sert de Capitainerie pour la plaisance, au Môle St Louis de Sète.
On en parle un peu dans cet article de BaB : http://bab.viabloga.com/news/le-vercors-encore-a-sete




Re: Le SURCOUF par cayor le Mercredi 21/09/2016 à 18:03

cayor  Très beau reportage de  Lougabier.... comme d'habitude. Une question me vient à l'esprit:

Quand eut lieu l'électrification des écluses? Pendant l'occupation ou beaucoup plus tard?


Re: Le SURCOUF par Anonyme le Jeudi 22/09/2016 à 17:36

 VOIR le Texte >>  une "solution"  Electrique

  http://www.shf-lhb.org/articles/lhb/pdf/1934/04/lhb1934012.pdf 


Electrification des écluses du Midi par Lougabier le Jeudi 29/09/2016 à 03:01


Intéressant cette revue..

Il est fait allusion "Au Canal maritime des 2 mers" , traité sur BaB : http://bab.viabloga.com/news/en-exclusivite-le-canal-fluvio-maritime-des-2-mers

Pour la petite histoire, Charles Camichel (directeur de l'Institut") dont le nom apparaît en 2ème ligne du titre du journal, passait le long du canal et regardait durant des heures, travailler les hommes qui charriaient les demi-muids de vin (environ 850kg pleins).


Re: Le SURCOUF par pinquet le Samedi 24/09/2016 à 23:55

ça a commencé à l'alongement des écluses à partir des années 1970.


Re: Le SURCOUF par cayor le Dimanche 25/09/2016 à 08:32

cayor  Ma question porte sur le canal du midi qui était en zone libre pendant l'occupation mais j'ai lu dans le cahier de Lucien Miquel "Les Barquiers du midi" que l'écluse quadruple de St Roch avait été électrifiée quand les Allemands intallèrent la Commandature à Castelnaudary ce qui m'interroge sur les autres écluses du canal.


Re: Le SURCOUF par pinquet le Dimanche 25/09/2016 à 10:43

 La plupart des écluses du Midi viennent à peine d'être électrifiées.


Re: Le SURCOUF par Anonyme le Dimanche 25/09/2016 à 17:36

  année ? ( tampon H - D ) scanner 500 X  =  ?
 Récent ( sans date ) 

Les "cabestans" de Portes sur les 2 Vues. > Bas: = electriques / > Haut: semble pas " manuels"....
Mêmes  silhouette

Canal: TRES sabotable > déja d'autres Soucis:  Stalingrad / Alliés pas loin: > pour les Allemands. arrivés a Mi - 1942.

Péniches ( encore vrai )  liaison Nord - IDF: actes de Guerre finis.
Nota: les Bateliers a cette période > ratage de leur Avenir ( mais c'est une Autre "histoire" ).


Re: Le SURCOUF par cayor le Dimanche 25/09/2016 à 17:49

cayor  Voici un lien fourni par Jean Marc Cassou qui apporte les réponses:

javascript:void(0);/*1474818301384*/


Electrification des écluses du Midi par Lougabier le Jeudi 29/09/2016 à 02:28


D'après les anciens, la première écluse électrifiée dans tout le Midi a été Foncérannes (plusieurs orthographes du lieu).
Seuls les 6 sas que l'on passe ont été électrifiés.C'est pendant l'occupation allemande que ça a été fait. 
En face chaque porte, côté éclusier, il y a un poste de commande. L'éclusier ainsi suit le déplacement du bateau : en été chaud-chaud, parfois sous la pluie, l'hiver, rarement sous la neige, mais trop souvent avec une Tramontane qui glace les os...




Et avant l'électrification comment ça se passait ?
Les anciens disaient que souvent les jeunes ou les matelots des bateaux qui stationnaient au Port-Neuf, allaient "donner la main" aux équipages "vieillissants" qui en retour leur donner la pièce.

Remarque : à cette écluse, il y a eu toujours 2 éclusiers. A l'époque du grand boum, il y avait parfois une vingtaine  de bateaux qui attendaient le matin : pétroliers et pinardiers vides et des Divers chargés.

Ensuite, c'est l'écluse de St Roch, (appelée aussi Castelnaudary) qui a été électrifiée, toujours pendant la guerre 39-45.
Le système des portes est analogue à celui de Foncéranes, seuls ceux des vannes sont légèrement différents.
Autre différence importante : l'éclusier est dans "une tour de contrôle" où toutes les commandes des portes et des vannes sont regroupées.

Le travail du matelot consistait à amarrer et larguer les bouts, ce qui laissait pas mal de temps libre...
 A Castelnaudary, l'éclusier n'était pas en face, et le grand châssis de commande des portes est devant les yeux de celui qui "est à terre". Il n'était pas rare, de graver discrètement le nom du bateau, les initiales voire quelques messages secrets destinés à "une matelote" ...

Effectivement, à quelques KM de là, à l'écluse triple du Vivier, la Commandatur habitait le Château des Cheminières et disposait d'un des plus grands dépôts de munitions du Midi. 


L'électrification en est restée là pendant longtemps malgré des demandes faites pour les écluses triples, notamment celle de Fonfile, dont le 2ème sas avait des vannes particulièrement dures à monter. Ces vannes étaient mêmes devenues un test pour les jeunes : monter les vannes de ce sas à la grande vitesse, étaient devenus le passage initiatique de l'enfance à l'âge adulte...

Au début des années 1970, lors de l'allongement du Canal Latéral à la Garonne, les écluses de ce canal ont été électrifiées et automatisées. Pour le canal du Midi, ça c'est fait plus tard, petit à petit, avec des systèmes différents selon les appels d'offre.

Il est à noter, que le fonctionnement d'une écluse correspond bien à un "automatisme séquentiel" piloté par un "automate programmable". Beaucoup d'écoles ont adopté le principe de l'écluse comme exercice de programmation. 




Identification

Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Identifiez les nouveaux articles et commentaires, signez les, et plus !

S'inscrire

Achat/Vente


Dernières publications en images

GOUACHE D YVES DELFO

VIDANGE DU LAC DE SAINT FERREOL

MAINTENANCE DE L'ECLUSE DE VALLABREGUES

Péniche loft de luxe naviguant TBE A VENDRE

La Pénichette RONFLEUR est à VENDRE

jeudi 23 février 2017 à 20h : " PK 0, Les rendez-vous du Fleuve "

Décès du Père Gosselet

HENRIETTE

OCCITANIA

La Vie Batelière n° 193 est parue

Santa Maria

Les ARDENNAIS de WARCQ

Les ARDENNAIS de CHARLEVILLE-MEZIERES


Annonceurs


Recherche par tableau


batellerie.org


Rubrique courante


Recherche

Recherche sur bordabord.org


Étendre votre recherche sur les Sites Fluviaux Incontournables

Élargissez votre investigation via le MEGAMOTEUR FLUVIAL de "Bord à Bord"


Articles aléatoires


Petites Annonces



www.batellerie.org

RETOUR À L'ACCUEIL