S'identifier - S'inscrire - Ecrire un article - Contact

Annonce

NOUVEAU Bord à Bord - FLUVIAL Changement d'Administrateur
Objectif : Articles appronfondis et argumentés sur la Batellerie tels devoirs de mémoire (histoire) ou Actualités
Souhait : Complémentarité avec les bonnes informations, mais succintes sur les groupes batellerie de Facebook, et celles pointues des sites incontournables spécialisés.

Fleur de Paris... 10

Les amants du 36

Par marc debeer •  • Jeudi 11/09/2008 • 14 commentaires  • Lu 4207 fois • Version imprimable

Ce pourrait être un film, ce ne l'est pas, pour les amants du Neuf l'heure de la séparation a sonné, la fin d'une cavale, quelques lignes dans la colonne des chiens écrasés, un entrefilet dans Détective, l'escalier qui colle le vertige, les interrogatoires, le dépôt, le juge face à un assassin, un tribunal, condamnation pour elle et ascenseur pour l'échafaud pour lui...
Dans le couloir sous les combles, une odeur de tabac à pipe froide flotte, une affaire de plus, des PV d'auditions tapés à deux doigts sur une Remington fatiguée, des dossiers... Profession commissaire au 36... La routine, rien que la routine... pour lui, pour moi un article de plus.
 
 

 
Le neuf, la PJ, la préfecture de police et Dame, le Metamorphosis
 
La statue Sainte Geneviève et le restaurant de la Tour d'Argent
 
le bateau des Restos du Coeur
 
 des ponts, des passants, des bus Paris au quotidien...
 
la police fluviale
 
la Chine et le d'Austerlitz
il flotte comme un parfum de mort, c'est aussi cela Fleur de Paris
 fin du film, mais pas fin de la série.

crédit : Maryse & Marc debeer - MF Lille

Mais bon sang c'est bien sûr !
"La pipe c'est le symbole des gens évolués et qui savent bien se maîtriser"
George Simenon


Articles qui contiennent des mots-clés similaires


Commentaires

Requiem pour un plouc par Jimidi le Jeudi 11/09/2008 à 11:10

Ah bah voyons ! La fine fleur de Paris peut dormir tranquille !

Quand le bourgeois fait reluire son blason ou sa moitié, les perdreaux du 36 veillent au grain. C'est à l'heure de ronfler pour le pécore que les loulous vont pointer,  c'est le crépuscule des cloportes. La nuit tous les chats sont gris et le "black and white" ça c'est l'univers du peau-rouge, l'heure du "flambe" et des "filles de joie", le tout en noir et blanc que j'vous dis, façon "ciné-club".

Mais quand c'est le Yalta des voyous, qu'il y a du ménage chez les truands, c'est pas sous l'tapis qu'on planque les "macab's", c'est dans la Seine ! Celle-là, si on pouvait la mettre au chômage, ça f'rait désordre ! Elle tiendrait plus du Père Lachaise que du long fleuve tranquille !

Seulement là, quand les bénéfices se divisent, la réclusion s'additionne ! Y en un paquet qu'ont pas moufté en passant quai des orfèvres : le commissaire leur a filé le "traczir", les sueurs froides, et tout ! Y en a plus d'un qu'ont fini raccourci après leur passage… y a de quoi en perdre la tête…

Y fait pas assez gaffe le malfaisant, croire en les honnêtes gens est le seul vrai risque des professions aventureuses.

Car voilà, le grand manitou à la pipe du 36, pique sa p'tite colère depuis qu'un vieux collègue s'est fait repasser. Même si c'était pas du "blanc-bleu" et qu'il fréquentait trop Pigalle, c'était tout de même un collègue ! Et le commissaire, il en a jusque là du mitant : ça fait 40 ans que le truand le chagne. Il l'a digéré à toutes les sauces et à toutes les modes, en costard bien taillé et en blouson noir. Ça tue, ça viole mais ça fait rêver le bourgeois et reluire les bonnes femmes ! Elles trouvent peut-être ça romantique mais lui pas. Alors il a pris une décision : les peaux-rouges, y vas plus les envoyer devant les jurés de la Seine : comme ça il n'y aura plus de non-lieu ni de remise de peine ! Il a décidé d'organiser la St Barthélémy du mitant. Ils vont entendre chanter les anges, les gugusses de la rue de Clichy : il va les renvoyer tout droit à la maison mère, au terminus des prétentieux !

- "Les parents ont croqué les raisins verts et les dents des enfants ont été agacées... La violence engendre la violence..."

A la veille de la r'traite, y va pas se gêner, le "cador" du quai des orfèvres. Dans un an, au revoir M'sieurs-Dames... il sera à l'échelon sept, les mômes sont élevés, il a sa cabane en Dordogne et la retraite faut la prendre jeune. Mais faut surtout la prendre vivant et c'est pas dans les moyens de tout le monde !

Pensez, sa longue carrière lui aura donné au moins une certitude : celle que dans les situations critiques, quand on parle avec un calibre bien en pogne, personne ne conteste plus ! Y'a des statistiques là-dessus !

 

Voilà. Quand on plante le décor : Quai des orfèvres, Seine, péniches et noir et blancs, il n'y a jamais loin de Simenon et Audiard, de Gabin et des "vilains" (au choix, Michel Constantin, André Pousse, Bernard Blier et tant d'autre…)

Alors j'ai craqué, j'ai glissé chef ! J'me suis fait un p'tit film, une impro…

 

Jean-Michel Docus, dit "Jimidi", dit "Requiem des emmerdeurs", dit "la Praline pour le cancre", dit "Belle Châtaigne pour le mal-appris"…


Re: Requiem pour un plouc par marc debeer le Jeudi 11/09/2008 à 13:55

Ah mais il à le Larousse en délire et le p'tit Robert en cavale, l'apache, v'la ti pas qui pointe sa gapette de dessus des fortifs pour chercher noize aux seigneurs du fleuve... Va falloir sortir la sulfateuse, astiquer le 45, faire reluire les bastos, le cric va pas seulement servir à soulever la caisse, il va aussi servir d'aspirine au demi sel.
Ce gus je le me le farcir haché menu, lui réserver une table à perpèt auprès de Saint Pierre, lui faire bouffer de la pierre tombale, avec en guise de hors d'oeuvre une salade de chicot sauce chataîgne et au désert un écrase roubignole de maquereau.
Son costar va resembler à un linceul mitté, une loque façon suaire du pauvre, je vait lui transformer la traction en gruyère, lui rendre poussif le moteur et partir avec sa gagneuse à ce minable, histoire de lui aprendre les bonnes manières et la façon de respecter les anciens...

Evoquer André Pousse, Alban et les autres c'est me mettre du bâume au coeur, la nostalgie au soleil et le borsalino de travers.

Merçi "La praline"

Marc Debeer dit "l'embaûmeur", dit "marco la catagne", dit "jojo des écluses" dit "la belle-descente-qui-fait-monter-les-dames" et "le-séminariste-des-gagneuses-détrousse-puceaux"


Borsalino et gros calibres par Jimidi le Jeudi 11/09/2008 à 15:16

Mais il a la nostalgie des guinguettes le fanfaron, il jouerai d'l'accordéon qu'ça s'rait pas pour nous étonner ! Il peut sortir le borsalino : il aura plus la tronche du rameur à gonzesses que celle du fort des halles ! Bon ! J'dis pas qu'y fréquente pas un peu du côté des poules de la rue d'Amsterdam… Mais là-bas, on connaît pas  son blase !

- "Moi j'l'vois plutôt hébété, vautré sur sa litière, ensuqué par le stupre...Oh il n'fera surface qu'avec le coucher du soleil, façon oiseau de nuit..."

- "Enfin écoutez Mme Pauline, faut tout de même voir les choses en face ! La chambre des glaces, le boudoir chinois, les fillettes au salon...dans ma jeunesse ça s'appelait un bordel !"

On va se l'travailler aux surin ou au bouillon douteux ? Moi je suggère un truc de bonne femme, genre tisane, vous savez, la mauvaise santé par les plantes...

Après, vu qu'il affectionne les rivières, on pourrait l'chausser avec des "péniches" en plomb et l'jeter dans la Marne. Là, c'est plus aux zoziaux qu'y va donner à becqueter, mais aux gardons !

Eusebio Cafarelli :

- "Pourquoi ne pas tempérer provisoirement... certains réflexes... Pourquoi ne pas poursuivre cette idée de trève évoquée un peu sommairement hier soir... et qui rendrait se séjour harmonieux ?"

J'dis pas non ! Faut voir… P't'être que j'm'emporte ? Après tout, il a p't'être besoin d'causer, de s'confier… Il aurait besoin d'un confident mais pas d'un prêtre. C't'homme là, c'qu'il a besoin, c'est au fond d'la paix au bord de l'eau ? Un p'tit havre avec des dentelles aux fenêtres, une canne à pêche, qui sait ?

En fait, j'disais ça pour rire, pour détendre les nerfs :

- Excusez-moi, mon colonel, mais, vous savez, une brute, ça rit d'un rien hein, un missile qui passe, un champignon qui monte dans le ciel, le temple d'Angkor qui passe au-dessus de Billancourt... J'me marre de tout, j'ai des goûts simples !

 

Bon, encore un peu et je sens qu'il va me pousser les épaules à Lino : si je continue, j'vais pouvoir porter les costards comme un sénateur !

Allez ! Un p'tit coup d'blanc avec Nénesse ! Et Marcel chauffe ton piano à bretelles, fait pleuvoir les triolets d'la java ! Y a des drôlesses qui s'ennuient sur le bord d'la piste et m'est avis qu'elles nous r'luquent la trombine… Faut qu'on assure, qu'on s'bouge les miches. Musique !

Jean-Michel Docus, dit "Jimidi", dit "Le jazz et la java", dit "Beau gosse le tueur d'apéro"…


par lysandra le Jeudi 11/09/2008 à 16:42

tien encore un  fumeur de pipe


Re: par marc debeer le Jeudi 11/09/2008 à 16:58

 Toi cause pas de ce que tu connait pas.... 


Re: par lysandra le Jeudi 11/09/2008 à 18:37

Monsieur Marc Debeer dit "l'embaûmeur", dit "marco la catagne", dit "jojo des écluses" dit "la belle-descente-qui-fait-monter-les-dames" et "le-séminariste-des-gagneuses-détrousse-puceaux" je cause si je veux 


Gorges Simenon par lysandra le Jeudi 11/09/2008 à 18:42

 

 

Simenon, dont on célèbre en 2003 le centenaire de la naissance, est né à Liège (Belgique) le 12 février 1903 et mort à Lausanne (Suisse) le 4 septembre 1989. D'abord journaliste, auteur sous différents pseudonymes de romans populaires, il créa en 1931 le personnage de Maigret qui le rendit universellement célèbre. Il publia sous son nom plus de 200 romans, 155 nouvelles et 25 textes autobiographiques.

 


à propos de Simenon par lysandra le Jeudi 11/09/2008 à 18:45

«Quel opéra qu’une cervelle d’homme.»
Citons Balzac, le romancier du XIXe siècle, pour parler de Simenon, qui fut celui du XXe.
Tous deux ont intrigué les générations successives par l’immensité de leur oeuvre, leur énergie, leur passion de vivre et d’écrire leur époque.
Tant de livres parus, d’interviews, de colloques - et le mystère demeure au seuil de ce centenaire.
Connaissez-vous Simenon ? L’homme enseveli sous la gloire et les chiffres, le nombre de ses romans, de ses femmes, de ses personnages, de ses maisons, de ses voyages, de ses traductions, des films tirés de ses oeuvres...
Avez-vous lu Simenon, cet inconnu, père d’une œuvre universelle, âpre et profonde, au-delà des enquêtes du commissaire Maigret ?
Au seuil du XXIe siècle, le temps est venu d’approcher autrement celui qui sut plus que d’autres entendre palpiter et frémir les tragédies de « l’homme de la rue », de « l’homme tout seul », de ce premier homme de la modernité
.
 
  Dominique Vincent, Directrice d’Omnibus


Re: par marc debeer le Jeudi 11/09/2008 à 18:53

Dit la Bourgeoise, tu va pas la ramener, non mais c'est pas des façons ça ! Mon pote et moi ont cause peinard affalé totalement polchtronné sur le zing de notre troquet favoris et Madâmme vient s'incinérée dans nos dissertations sur le monde, je vais te lui coller ma paluche sur la trogne et un coups de tatane en prime sur les fesses histoire de lui imprimer le numéro d'SOS Femmes battue dans le grenier au savoir...

Marc dit "la-tendresse d'une châtaigne"...  


les amants du pont neuf par lysandra le Jeudi 11/09/2008 à 18:54

Alex, saltimbanque vivant sur le pont rencontre Michèle artiste peintre qui vient chercher refuge sur le pont neuf. Michèle a un œil malade et perd de plus en plus la vue. Michèle et Alex vont être séduits l’un par l’autre. Un jour des affiches informent que la vue de Michèle peut être sauvée. Alex, ayant peur de perdre Michèle pour toujours brûle toutes les affiches et tue par accident le colleur d’affiche. Mais Michèle l’apprend par la radio et se sauve dans la nuit pour sauver ses yeux. Alex sera envoyé en prison car un témoin l’aura vu brûler les affiches et du coup tuer un homme. Michèle après avoir retrouvé la vue, ira rendre visite à Alex en prison et les deux amants se retrouveront le jour de la sortie de prison d’Alex (trois ans après) sur le pont neuf pour une nouvelle vie.


Re: par lysandra le Jeudi 11/09/2008 à 18:59

dit "jojo des écluses" c'est pas à une capitaine (depuis 40ans) que tu vas fermer le clapé et encore moins lui coller ta paluche sur la trogne non puis quoi encore
et ton coup de tatanne tu peu te le mettre au....


par lysandra le Jeudi 11/09/2008 à 19:00



par lysandra le Jeudi 11/09/2008 à 19:00



Re: les amants du pont neuf par mati le Jeudi 11/09/2008 à 19:39

Lysandra,

je sais que je vais jouer les rabats-joie, mais éviter d'envoyer des rafales de réponse à la suite!

C'est aussi simple de grouper tout ce que vous voulez dire....
et pensez aux amateurs de la batellerie qui souhaitent s'y retrouver et avoir une vue synthétique des derniers messages envoyés.....

Guy BaB IdF  



Identification

Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Identifiez les nouveaux articles et commentaires, signez les, et plus !

S'inscrire

Dernières publications en images

HOMMAGE A MONSIEUR MICHEL SERRES

L'histoire du bâtard ASTER

Un nouveau livre : Photos de Charles Fiquet dit "radar"

L'hiver 1929 a été froid (3e partie)

L'hiver 1929 a été froid (2e partie)

L'hiver 1929 a été froid (1re partie)

Barragiste sur la Petite-Saône, dans les années 30

RENOVATION DU PONT-CANAL DU CACOR

Mystère à bord

Un lundi de janvier 2019 à Varennes-sur-Seine

REPARATION DU PONT CANAL DE L'ORBIEL A TREBES

SEINE ET YONNE

MEMORIAL DES MARINIERS DU MIDI DE GARDOUCH (31)

LE CANAL DU MIDI ET L'AEROPOSTALE

LA BELLE DE CHAMPAGNE, nouvelle arrivée au port de Mareuil-sur-Ay

15 OCTOBRE 2018 : INONDATIONS DANS L'AUDE (3 et fin)


Sites Transports Fluviaux


CNBA
 

Rubrique courante


Recherche