S'identifier - S'inscrire - Ecrire un article - Contact

Annonce

NOUVEAU Bord à Bord - FLUVIAL Changement d'Administrateur
Objectif : Articles appronfondis et argumentés sur la Batellerie tels devoirs de mémoire (histoire) ou Actualités
Souhait : Complémentarité avec les bonnes informations, mais succintes sur les groupes batellerie de Facebook, et celles pointues des sites incontournables spécialisés.

LE TRANSPORT FLUVIOMARITIME SUR LE RHÔNE (Chapitre 4)

MARCHANDISES TRANSPORTÉES ET DESTINATION

Par Bat07 • BaB Val.Rhône • Mardi 29/12/2009 • 0 commentaires  • Lu 6889 fois • Version imprimable

  • Currently 5/5

Note : 5/5 (3 notes)

Mots-clés :

Pour le quatrième épisode, je suis toujours en compagnie de Lionel VANDEVILLE à bord du cargo LAGUEPE amarré au de Salaise. Rappelons que Lionel est pilote de cargos fluviomaritimes et que je poursuis avec lui cette vaste présentation du transport fluviomaritime sur le et la .

                                                                    
                                                                         Lionel accoste LAGUEPE   au petit de l'entreprise GDE

Lionel parle d'abord des destinations des navires fluviomaritimes: "Les destinations import-export des marchandises transportées par les fluviomaritimes correspondent souvent à celles des automoteurs et pousseurs fluviaux. Tout simplement parce que les acteurs sont les mêmes : vendeurs, affréteurs, courtiers, clients. Avec un avantage évident et non négligeable pour le transport par navire fluviomaritime : l'absence de rupture(s) de charge, ce qui augmente la compétitivité.

Les destinations import-export des marchandises, se situent en Méditerranée particulièrement en Italie avec des ports tels que Gênes, Naples, la Sicile, la Sardaigne. En Espagne on citera Barcelone, Tarragone. N’oublions pas la Grèce, la Turquie et de nombreux ports d’Afrique du nord."

                                                                    
                                    TRAMONTANE  avalant sur le à Saint-Vallier, un cargo que Lionel a eu également l'occasion de piloter

Lionel précise ensuite la nature des chargements de ces cargos: "Dans le détail des marchandises à l’importation, on peut citer des matières rentrant dans la composition des fertilisants tels que l’ammonium/nitrates, le DAP(phosphate de diammonium) déchargées à Salaise, Villefranche-sur- ou Chalon-sur-.On trouve également des produits métallurgiques en provenance de Tunisie ou d’Italie (tôles, coîls), du sel (alors que le site de Salin-de-Giraud est tout proche !!!), des glaises, de la bauxite, de l’argile pour des usines de produits nettoyants (Portes-lès-Valence), d’autres matières rentrant dans les amalgames de surfaces routières (perlite). Et, depuis peu, du ciment chargé à Nice pour être déchargé à Lyon (Saint Fons) .... c’est toujours ça de pris au transport routier polluant ou au ferroviaire déficitaire!!"

                                                                      
                                                                      
                                                 Un autre cargo habitué du : WATERWAY montant, à Tournon Sur

Lionel poursuit: "A l’exportation on peut citer un gros volume de céréales. Sur ce point précis on ne peut éviter d’évoquer la concurrence du fluviomaritime avec le transport fluvial classique. Le fluviomaritime a comme seul argument à faire valoir la suppression de la rupture de charge en Arles, -Saint-Louis, Fos sauf qu’il n’accuse qu’un volume de 1400 à 1800 tonnes, comparé aux 3000 à 5000 tonnes, voire plus des convois et automoteurs regroupés et transbordées dans ces zones portuaires." 

                                                                          
                        de Salaise: fin de chargement de maïs et ferrmeture des écoutilles sur le BAYCHIMO (Bateau du grand gabarit)
                                            

"Enfin, le fluviomaritime peut se prévaloir du transport pratiquement exclusif à l’exportation de bois depuis les ports de la vallée de la , de Portes-Lès-Valence, Arles vers l’Afrique du Nord. Cette exclusivité tient au fait qu’une rupture de charge (si l’on faisait appel aux fluviaux…) serait trop onéreuse, vu le faible coût de la marchandise transportée. Il en va de même pour le marché de la ferraille depuis Salaise et Lyon-Herriot vers l’Italie et l’Espagne qui s’est considérablement développé."

                                             
               ARTEMIS, un autre fluviomaritime transporte, lui aussi, les déchets de ferailles de l'usine GDE depuis Salaise (ici en amont de l' de Gervans)

En conclusion de ce chapitre, Lionel tient à préciser "qu'il souhaite, personnellement et sans prétention, que la concurrence entre le fluviomaritime et le transport fluvial classique reste « saine » dès lors que le transport fluvial en général se développe et prenne des marchés aux autres types de transport. Le fluviomaritime n’est pas le futur à lui tout seul, il y participe simplement."

Pour compléter les propos de Lionel, je rajouterai quelques éléments extraits d'un rapport du Conseil Économique et Social de la Région -Alpes intitulé "Développement du frêt fluvial en -Alpes". Ce rapport publié en Avril 2007 met en avant quelques points concernant le fluviomaritime:
           * Un trafic de 1,156 millions de tonnes en 2006 pour le fluviomaritime, ce qui représente 17% des trafics manutentionnés par voie d'eau avec une forte croissance pour les ferrailles et les produits métallurgiques.
           * Cette croissance du trafic de ferrailles et de produits métallurgiques s'explique par la forte demande chinoise qui a dopé les prix. On apprend, dans ce rapport, que la société GDE à Salaise (dont il a été beaucoup questions dans ces articles) a investi dans un et un outillage fluvial en 2003, puis qu'elle a financé, en , deux navires fluviomaritimes pour assurer la disponibilité de cale nécessaire à ses exportations.
           * Les contraintes et insuffisances relevées pour la navigation sur le et la (trop faibles tirants d'eau et tirants d'air , en particulier) sont particulièrement lourdes pour le fluviomaritime: "50 centimètres de tirant d'eau représente 500 tonnes de charge supplémentaire qui permettraient de mieux assurer l'équilibre d'exploitation du voyage de cargos aujourd'hui limités à un chargement aux trois quarts .... la mise en place de 1100 tonnes de lest pour réduire de 10 cm. le tirant d'air sous les ponts coûte très cher."

 ......... A Suivre .......


                        Jean Louis VEY (BaB Vallée du ) avec la complicité active Lionel VANDEVILLE
          



Identification

Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Identifiez les nouveaux articles et commentaires, signez les, et plus !

S'inscrire

Dernières publications en images

En 1966 - SURSIS pour les BATARDS et BERRICHONS

Ordre de couler L'EMPEREUR DE LA MEUSE

GENS DE L'EAU A SAINT FERREOL

INONDATIONS DE VILLENEUVE-LES-BEZIERS LE 23-10-2019

Remorqueur et Chalands

MISE AU SEC DE LA MARIE-THERESE

BEN D'OR à Béthune

HOMMAGE A MONSIEUR MICHEL SERRES

L'histoire du bâtard ASTER

Un nouveau livre : Photos de Charles Fiquet dit "radar"

L'hiver 1929 a été froid (3e partie)

L'hiver 1929 a été froid (2e partie)

L'hiver 1929 a été froid (1re partie)

Barragiste sur la Petite-Saône, dans les années 30

RENOVATION DU PONT-CANAL DU CACOR

Mystère à bord


Sites Incontournables

    
 






Rubrique courante


Recherche