S'identifier - S'inscrire - Ecrire un article - Contact

Annonce

NOUVEAU Bord à Bord - FLUVIAL Changement d'Administrateur
Objectif : Articles appronfondis et argumentés sur la Batellerie tels devoirs de mémoire (histoire) ou Actualités
Souhait : Complémentarité avec les bonnes informations, mais succintes sur les groupes batellerie de Facebook, et celles pointues des sites incontournables spécialisés.

Le bonjour de Marcel à Arsène.

A propos d’une carte postale de Douai de 1906.

Par BaB • Les archives • Samedi 06/12/2008 • 2 commentaires  • Lu 13598 fois • Version imprimable

  • Currently 5/5

Note : 5/5 (1 note)

Cet article est propose par M. Michel Dhenin

A ma mère qui aime tant son



C’est une carte postale de Douai (Nord) fort banale, que j’ai achetée sur le si riche site de ventes aux enchères Delcampe. Elle a été éditée par un des plus importants éditeurs de de France, la maison Lévy Fils & Cie, qui signe ses produits innombrables des lettres LL. Georges Lévy et ses fils Ernest et Lucien étaient installés à Paris, 25 rue Louis le Grand. Cette carte porte un numéro : 42 et la légende « DOUAI.- L’Entrée des Eaux. » La vue, reproduite en phototypie, en noir et blanc, présente cependant un certain intérêt pour l’histoire de la batellerie : elle montre la Scarpe, que l’on appelait souvent le , vue de l’Entrée des Eaux, avec la passerelle métallique qui l’enjambe. Derrière celle-ci, on voit le du Petit-Bail, rive gauche, et le du Commerce (qui deviendra en 1935 le Maréchal Foch), rive droite, avec une péniche amarrée. Plus loin encore, on aperçoit la structure métallique du -levis de l’ des Augustins. Tout au fond se dressent le massif clocher de la collégiale Saint-Pierre, et tout à droite le svelte beffroi de la cité de Gayant. Les remparts ont été démantelés en 1893 et la dérivation de la Scarpe contournant Douai est exploitée depuis 1895. Seul le trafic concernant Douai même passe encore par l’Entrée des Eaux. Il y a bien sûr de nombreuses de Douai, de toutes époques, concernant la batellerie : montrant la Scarpe depuis l’Entrée des Eaux, jusqu’à la Sortie des Eaux, les écluses, les ponts, les quais, les entrepôts, des péniches, parfois en cours de , et même une drague ; d’autres représentent le de dérivation, jusqu’à Dorignies, avec ses écluses, ses ponts, ses gares d’eau… On en trouvera une sélection dans le chapitre consacré à la Scarpe de l’ouvrage de Geneviève et Albert Ravet Mémoire en images, Douai, Joué-lès-Tours, 1997, p. 47-54.

 



Cette carte postale porte au recto [au verso disait-on à l’époque] un timbre à 10 centimes du type « semeuse à fond ligné », rose, apparu en 1903 et imprimé jusqu’en 1906, fort banal lui aussi. Par contre l’oblitération est moins courante : c’est un timbre (cachet) « ondulé » de convoyeur ligne, du type créé en 1877. Ces timbres étaient utilisés dans les trains pour oblitérer le courrier reçu aux gares intermédiaires situées sur une même ligne de chemin de fer : le cachet est le même quelle que soit la gare où a été chargé le courrier. Celui-ci est malheureusement mal frappé pour la partie gauche : on lit : L[…]ETHUNE. On n’hésitera guère cependant à restituer : LILLE A BETHUNE. Au centre, on lit la date en trois lignes : 2°| 2 // MAI / [..] ; le millésime est illisible. 



C’est le cachet d’arrivée, apposé au verso qui permet de compléter l’information ; c’est un grand cachet rond qui porte : CAMBRAI NORD et au centre : 8 40 / 3 –5 / 06. Cette carte postale a donc voyagé au tout début du mois de mai 1906.



Ce verso est caractéristique des cartes éditées après le 1er mai 1904. Le fond vert-amande est divisé horizontalement et verticalement en trois parties, portant les mentions suivantes : en haut en trois lignes : CARTE POSTALE / Tous les Pays étrangers n’acceptent pas la correspondance au recto / (Se renseigner à la Poste) / et plus bas : à gauche : CORRESPONDANCE, et à droite : ADRESSE. Cette disposition est presque parfaitement respectée par l’expéditeur qui a cependant ajouté quelques mots dans la partie supérieure, donc en dehors de la zone réservée à la « correspondance ».

Mais plus que l’image, le timbre ou le cachet de la poste, ce sont l’adresse et la correspondance qui font l’intérêt de ce modeste document. En voici la transcription et… disons l’interprétation, rendue nécessaire par l’orthographe… un peu particulière de l’expéditeur. Fils d’instituteurs et donc sensible au bon usage de langue, je tiens à dire que j’ai du respect pour les efforts de celui qui a écrit ces quelques lignes : il n’a sans doute pas longtemps fréquenté l’ mais il écrit et se fait comprendre, et c’est bien là l’essentiel. A cette époque comment communiquer autrement… D’ailleurs les SMS de temps ne sont souvent pas d’une plus grande correction !
 

Transcription :

Interprétation :

Chere camarade,

Cher camarade,

je ré pan a ta carte

je réponds à ta carte

pour te dire quisi

Pour te dire qu’ici

sé toujour la mème

c’est toujours la même

situ à sion an ne sé

situation ; on ne sait

on core rien de nouvau

encore rien de nouveau.

tu me fera sa voire ton

Tu me feras savoir ton

dé par de cambrai. bien

départ de Cambrai. Bien

le bon jour a odile in

le bonjour à Odile ain-

si quaté paron. je termine

si qu’à tes parents. Je termine

on a ton don de te revoire

en attendant de te revoir

ton copin Marcel

Ton copain Marcel

 

Dans la zone supérieure :

 

Bien le bon jour

Bien le bonjour

de touts

de tous

 

Adresse :

 

Adresse :

Monsieur

Monsieur

lé clusier De

l’éclusier de

continpre, [Par (rayé d’une croix avec mention : Nule)] à

Cantimpré, [Par (rayé d’une croix avec mention : Nul)] à

cambrai (Nord)

Cambrai (Nord)

Pour re maitré à arsène

Pour remettre à Arsène

Roussel, batau

Roussel, bateau

Arsene

Arsène

 

 



Cette carte est donc adressée à l’éclusier de l’ de Cantimpré à Cambrai ; il existe plusieurs de cette époque montrant cette  ; on les trouvera sur internet à ces adresses :
biendansmaville.hautetfort.com/album/hier/cantimpre.html
projetbabel.org/fluvial/rica_escaut-riviere.htm




Mais l’éclusier ne joue qu’un rôle de « boîte aux lettres », de « poste restante » : il doit remettre cette carte à son véritable destinataire : un dénommé Arsène Roussel, naviguant sur un bateau appelé comme lui « Arsène ». Ce service rendu de tous temps par les éclusiers et très apprécié des est bien mis en évidence par cette carte. Probablement d’ailleurs l’éclusier n’aura pas à attendre le passage de l’« Arsène » : ce bateau doit être au de Cantimpré, puisque l’expéditeur Marcel (qui n’a hélas pas mis son nom de famille sur cette carte) demande à son camarade et copain Arsène Roussel de l’avertir de son départ de Cambrai. Il y a aussi des du de Cantimpré (voir les sites cités plus haut).  



Manifestement Arsène Roussel navigue avec Odile (sa sœur plus probablement que son épouse) et ses parents, qui ont donné le nom de leur fils au bateau familial (le contraire serait plus surprenant) : Marcel leur « passe le bonjour » à tous. Quant à Marcel, lui aussi doit être avec ses parents : c’est ce que montrent les quelques mots ajoutés hors de la zone de correspondance : « Bien le bonjour de tous » ; les deux familles se connaissent bien. Sans doute Marcel et Arsène sont tous deux jeunes (l’emploi des mots « camarade » et « copain » suffit à le montrer), et tous deux fils de mariniers : et quand Marcel écrit qu’il est toujours dans « la même situation », sans « rien de nouveau », il faut probablement comprendre : sans affrètement.

On peut même situer avec une grande vraisemblance l’endroit d’où Marcel envoie cette carte postale à son ami Arsène. C’est une carte de Douai, probablement achetée à Douai, bien sûr ; mais elle n’a pas été expédiée de Douai : cette carte a été oblitérée dans le train Lille-Béthune, et Béthune est à l’opposé de Cambrai par rapport à Douai ! Cette carte a été chargée dans le train Lille-Béthune à une des gares de cette ligne ; la voie ferrée n’est jamais très éloignée de la voie d’eau : de la Haute- ou d’ à La Bassée. Et l’importance de la toute récente gare d’eau de La Bassée, ouverte en 1902, la désigne comme le lieu idéal pour attendre un affrètement. On connaît également des de cette époque montrant la gare d’eau et le à La Bassée ainsi que l’ de Cuinchy : voir les sites
projetbabel.org/fluvial/rica_aire-canal et
http://www.la-bassee59.fr/



Certaines de ces montrent que le nombre des bateaux dans la gare d’eau de La Bassée pouvait être très considérable.




Marcel a donc posté en mai 1906 à La Bassée une carte achetée à Douai, choisie avec soin pour son sujet qui concerne sa vie de jeune batelier, pour donner des nouvelles à son ami Arsène à Cambrai et lui en demander.

Que sont devenus Marcel et Arsène ? Le nom de famille de Marcel nous est inconnu : aucun espoir de découvrir quoi que ce soit. Le nom de Roussel est commun, le prénom Arsène est plutôt rare maintenant, mais il était courant à l’époque : en 1904 un certain Maurice Leblanc met au monde (je sais, c’est rare qu’un homme…) un Arsène qui deviendra le plus célèbre de tous. Arsène Roussel ne fut pas le seul à porter ces nom et prénom. On peut retrouver grâce à internet 23 Arsène Roussel sur généalogie.orange.fr. Un de ses homonymes était  propriétaire à Grand-Bourg de Marie-Galante en 1822, et un autre, architecte à Troyes en 1871. Arsène ne peut évidemment être ni  l’un ni l’autre.
Nous sommes en 1906… huit ans avant la Grande Guerre : une triste recherche s’impose : huit Arsène Roussel sont morts à la guerre de 1914-1918, en comptant un Charles Arsène Marius et un Gaston Arsène (voir le site memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr).
Un autre Arsène Roussel, combattant de 14-18, plus chanceux, fut prisonnier au camp de Quedlimburg. J’ai espéré un moment que ce soit lui. Mais cet Arsène là était né à Hauville dans l’Eure (renseignement aimablement communiqué par Mlle Davye Cesbron ; voir le site consacré à l’histoire de ce camp : camp-dequedlinburg.fr). Et la batellerie à l’époque était quand même très régionale.
Enfin un Arsène Roussel, capitaine (de marine, sans doute) a fait des dons au de Dieppe, dont une monnaie du Canada de 1903 (voir le site musees-haute-normandie.fr). Pour des raisons toutes personnelles au numismate que je fus, j’eus aimé que le camarade de Marcel fût ce capitaine (au long-cours ?) numismate. Ce n’est malheureusement pas le cas.

Hélas, le copain de Marcel est bien un des Arsène Roussel morts au champ d’honneur. Deux d’entre eux étaient nés dans le Nord : Gaston Arsène, à Comines et Arsène Charles, à Annoeullin. Gaston Arsène Roussel était plus certainement un Gaston Roussel qu’un Arsène Roussel. Restait donc Arsène Charles Roussel.



Le site « mémoire des hommes » indiquait une date de naissance : 1883, manifestement erronée : la fiche originale du ministère de la défense permettait déjà de corriger : il y est indiqué qu’Arsène Charles était de la classe 1905 ; c’est donc bien  en 1885, le 18 mars, qu’il est né à Annoeullin, … qui n’est qu’à quelques kilomètres de La Bassée. Nous avons demandé de faire procéder à cette correction qui fut effective dans les heures qui suivirent ! Félicitations au responsable du site.

Arsène Charles Roussel, soldat de 2e classe au 358e régiment d’Infanterie, a été « tué à l’ennemi » le 22 mars 1915 « à la ferme de Chamois près Pexonne (Meurthe-et-Moselle) ». Il existe des de Pexonne dont certaines montrent les dommages causés par la guerre.



Il se trouve qu’Annoeullin a bénéficié d’un remarquable travail de généalogiste mis en ligne sur le site : nicole.deker.free.fr. Une  fiche concerne Roussel Arsène Charles, né à Annoeullin le 18 mars 1885. Son père est Charles Roussel (~ décembre 1855->1885), et sa mère Amélie Rosalie Castre (~ mai 1860- ?), mariés vers 1882. Les témoins de la déclaration de naissance d’Arsène Charles sont Auguste Hondriz et François Coquelle. La fiche porte la oh combien précieuse précision  qu’Arsène Charles est né « sur le bateau en station sur la Haute  ». C’est donc sur l’actuelle commune de Don, créée en 1948, qu’est né Arsène Charles Roussel : on connaît des montrant le  à Don-Sainghin (voir les sites metiers.free.fr, notrefamille.com) ; sur l’une d’elles, de 1906, l’oblitération est d’ailleurs celle du convoyeur ligne de Lille à Béthune !



La fiche généalogique de son père, qui a donc transmis à Arsène son propre prénom Charles comme second prénom, et qui a baptisé son bateau du prénom de son fils, précise qu’il était « batelier de Guines ». La fiche d’Auguste Hondriz le dit batelier de Bergues et celle de François Coquelle dit qu’il était batelier de Béthune. Ces détails nous permettent d’être assuré que c’est bien là le futur camarade de Marcel. modeste carte postale permet de compléter les fiches généalogiques des parents d’Arsène, qui étaient donc toujours en vie en 1906, et très probablement d’ajouter une Odile à la famille. A cette époque-là dans la batellerie, les enfants naissaient tous au même endroit … mais rarement sur la même commune : sur le bateau.
Et cette fiche généalogique nous apprend aussi qu’Arsène Charles Roussel se mariera à Dunkerque le 17 juin 1911 avec Léa Marie Fichaux, née vers 1885. Si Marcel était témoin du mariage de son copain, on pourrait peut-être retrouver son nom de famille sur le registre des mariages de Dunkerque.

Malheureusement la Grande Guerre et la mort viendront trop vite bouleverser ces existences… On aura une idée des souffrances endurées par Arsène Charles Roussel lors de ses derniers jours en lisant sur le site chtimiste.com/carnets/pistre le journal de guerre d’Alfred Pistre, soldat puis caporal au 121e Territorial, 252e puis 358e régiment d’Infanterie, donc tout proche compagnon d’armes et de misères d’Arsène Charles Roussel. Ce journal est malheureusement lacunaire du couvrant justement la période du 11 au 28 mars 1915, mais on sait qu’il y a eu une attaque française le 22 mars et Alfred Pistre écrit le 29 mars : « Vers 3 heures ½ du soir quelques hommes s’avancent pour tâcher de rapporter quelques corps des nôtres restés là quelques jours avant. Ils sont reçus par une grêle de balles et doivent abandonner leur mission ».

Mme Derumaux, la personne qui m’a vendu cette carte, la tenait de famille : un lien avec Arsène Roussel pourrait éventuellement être retrouvé par les noms Vandenboosche, Adriaens, ou Ballet. Je la remercie ainsi que tous ceux qui m’ont aidé dans cette enquête : M. J.-F. , Mlle Davye Cesbron, Mme Nicole Deker, Mme Françoise Depoorter, présidente du C.E.G.D., ainsi que M. Nicolas Stubbé pour m’avoir accepté « à bord ».

    Michel Dhénin , né à Douai, près du d’Ocre et du

Articles qui contiennent des mots-clés similaires


Commentaires

par kikicmr le Samedi 20/12/2008 à 22:06

kikicmr Bravo pour cet article à M. Michel Dhenin.

C'est très intéressant de suivre le cheminement, de découvrir (presque) tout d'une personne à partir d'un prénom et d'une oblitération sur une carte de plus de cent ans d'âge... Le mystère d'une vieille carte et la magie d'Internet...


Anienne gare d'eau par obbe le Lundi 29/12/2008 à 20:51

Aujourd'hui, il ne reste plus de trace de la gare d'eau de La Bassee. Tout a ete remblaye, peut etre lors du creusement du contournement du grand gabarit. C'est devenu un peu la jungle servant malheureusement de campement de refuge pour les largues de notre societe.


On peut voir ce bassin reste d'un ancien chantier ou sas d'une ancienne ecluse?

Photos prises le 29/12/2008.

Obbe.



Identification

Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Identifiez les nouveaux articles et commentaires, signez les, et plus !

S'inscrire

Dernières publications en images

Un nouveau livre : Photos de Charles Fiquet dit "radar"

L'hiver 1929 a été froid (3e partie)

L'hiver 1929 a été froid (2e partie)

L'hiver 1929 a été froid (1re partie)

Barragiste sur la Petite-Saône, dans les années 30

RENOVATION DU PONT-CANAL DU CACOR

Mystère à bord

Un lundi de janvier 2019 à Varennes-sur-Seine

REPARATION DU PONT CANAL DE L'ORBIEL A TREBES

SEINE ET YONNE

MEMORIAL DES MARINIERS DU MIDI DE GARDOUCH (31)

LE CANAL DU MIDI ET L'AEROPOSTALE

LA BELLE DE CHAMPAGNE, nouvelle arrivée au port de Mareuil-sur-Ay

15 OCTOBRE 2018 : INONDATIONS DANS L'AUDE (3 et fin)

Toujours l'écluse de Neuilly-sur-Marne

15 OCTOBRE 2018 : INONDATIONS DANS L'AUDE (2)


Sites Transports Fluviaux


CNBA
 

Rubrique courante


Recherche