S'identifier - S'inscrire - Ecrire un article - Contact

Annonce

NOUVEAU Bord à Bord - FLUVIAL Changement d'Administrateur
Objectif : Articles appronfondis et argumentés sur la Batellerie tels devoirs de mémoire (histoire) ou Actualités
Souhait : Complémentarité avec les bonnes informations, mais succintes sur les groupes batellerie de Facebook, et celles pointues des sites incontournables spécialisés.

L'hiver 1929 a été froid (1re partie)

les canaux du nord-est pris des glaces

Par kikicmr • BaB NordEst.fr • Samedi 16/03/2019 • 4 commentaires  • Lu 844 fois • Version imprimable

  • Currently 5/5

Note : 5/5 (1 note)

     La semaine prochaine, c'est le printemps. L'hiver 2019 restera dans les annales pour son mois de février très chaud, mais 90 ans plus tôt, ce n'était pas du tout la même histoire ; en effet, en ce qui concerne la navigation fluviale, les trois mois d'arrêt de navigation de l'hiver 1963 sont encore bien ancrées dans les mémoires, et les plus anciens parlent encore de l'hiver 1956, qui dura moins longtemps mais avec des températures minimales encore plus basses. Par contre, ceux qui ont connu l'hiver 1929 ne sont maintenant plus là pour en témoigner...

     Voici, pour se faire une idée, ce qu'écrit Guillaume Séchet sur le site
meteo-paris.com au sujet de cet hiver-là :
 
Du 24 janvier au 21 février 1929, la France (et une grande partie de l’Europe) connaît sa plus grande vague de froid depuis 1879 (notamment dans le Nord-est où le déficit moyen de température atteint 9°). 
Le froid s’intensifie progressivement dans l’Est du pays du 24 janvier au 10 février, puis il déferle partout, jusqu’au 21 février. (...)
De nombreuses rivières Françaises sont entièrement prises par les glaces, la couche atteignant parfois 0,80 à 1m d’épaisseur ! La Somme est par exemple entièrement gelée à Amiens, la Meuse est entièrement figée ainsi que l’Aisne à Rethel, l’Yonne et la Seine en amont de Montereau, la Loire et le canal à Roanne, une bonne partie du Rhône (entre Lyon et Genève) ainsi que la Saône. Si à Paris, la Seine se borne seulement à charrier des glaçons, sans complètement être prise comme elle le fut en 1879, c’est que des mesures très sérieuses sont arrêtées pour empêcher l’embâcle. On baisse les barrages et le fleuve atteint un niveau tellement bas qu’un peu partout on peut apercevoir le fond de son lit !

     Et un article paru dans L'Est Républicain, en date du vendredi 15 février 1929, sur la situation de la navigation fluviale, arrêtée depuis plus d'un mois (kiosque-lorrain.fr) :
LE FROID et la navigation fluviale

Ça continue. 

Le froid ne veut pas désarmer. Simple changement de décor dans la journée de jeudi.

Pas de bise glacée; pas de soleil non plus; mais une neige fine, abondante... et triste !

L'espoir qui, un instant, nous avait réchauffé le cœur, a cédé la place à une nouvelle inquiétude.

Que faire ?

Nous résigner.

Nous avons parlé hier des nombreuses et graves perturbations apportées par l'abaissement de la température dans la circulation des trains.

Là ne s'arrêtent pas les difficultés.

Les voies fluviales, complément indispensable des voies ferrées, subissent, elles aussi, et d'une façon plus rapide, plus brutale, les atteintes du froid.

Et la situation créée par ce dernier dans ce domaine essentiel de l’activité économique, pour n'être pas désespérée, n'en demeure pas moins très sérieuse.

On en pourra juger par les renseignements que nous avons pu recueillir, grâce à l'amabilité de la direction des services de la Compagnie générale de navigation Le Havre-Paris-Lyon-Marseille, quai Saint-Georges (à Nancy).

Un premier arrêt de la navigation s'est produit, du 21 au 27 décembre 1928, sur tout le canal de l'Est branche sud, et dans la région de Réchicourt, canal de la Marne-au-Rhin.

Il coïncidait avec les premières morsures du froid. Mais on pensait qu'il s'agissait là d'une alerte, sans plus.

Il n'en fut rien, hélas !

Aujourd'hui, depuis le 4 janvier, pour préciser, les glaces ont amené un arrêt complet du trafic maritime.

Celui-ci est paralysé sur : 

- Le Canal de l'Est, branche sud, de Toul à Corre (Haute-Saône) ; 
- Le canal de la Marne-au-Rhin, de Vitry à Strasbourg ; 
- Le canal latéral de la Marne, de Vitry à Dizy ; 
- Le canal de l'Aisne à la Marne, de Condé-sur-Marne à Berry-au-Bac ;
- Le canal latéral de l'Aisne et le canal des Ardennes : 
- Le canal des Houillères et la Sarre;
- Le canal du Rhône au Rhin ;
- Le canal de la Marne à la Saône ;
- Le canal de l'Est, branche nord, et Meuse canalisée.

On le voit, c'est toute une région qui souffre dans son essor. Depuis le 7 janvier, aucun bateau, chaland ou péniche, n'a plus circulé sur les voies précitées.

L'épaisseur de la glace qui recouvre le canal varie de 30 à 50 centimètres, suivant l'exposition des biefs.

Le 9 février, la Saône a été prise sur toute sa largeur par 10 centimètres de glace ; et elle conserve sa rigidité.

De son côté, la Marne commence à suivre le mouvement et charrie des glaçons.

Bref, c'est une paralysie générale, et qui menace de s'accentuer si la température ne s'améliore pas.

Les houilles de la Sarre, les charbons de la Ruhr, en provenance de Strasbourg, les charbons belges, ceux des mines du Nord n'arrivent plus.

Le blé, la farine et toutes les marchandises qui nous étaient apportées par bateau sont en panne.

Les soudières Solvay, Saint-Gobain et Marcheville-Daguin ne peuvent plus alimenter leurs usines en calcaire, par les voies d'eau gelées.

Qu'adviendra-t-il demain ? Telle est la question angoissante que se posent les milieux compétents.

Un bateau, portant 280 tonnes de marchandises, c'est-à-dire ce que portent eux-mêmes les 28 wagons de 10 tonnes d'un train, comment ferait-on si, par malheur, le trafic ferroviaire venait à être complètement suspendu ?

Actuellement, on compte sur lui pour suppléer à la carence maritime.

Nous avons montré dans quelle mesure et avec quelle infatigable énergie nos cheminots assurent leur service. Mais les machines disposent-elles de ce levier tout puissant, qu'est la bonne volonté ?

Les heures à venir sont chargées de mystère.

C'est pourquoi, malgré la situation présente, malgré les surprises agréables ou fâcheuses que peuvent nous réserver les jours prochains, il ne convient pas de s'hypnotiser, mais au contraire de réagir, chacun dans sa sphère, contre les rigueurs du temps.

Attendons !... 

...Sur le canal gelé où tombe une 
clarté polaire, les chalands, longs et 
noirs, dorment, appesantis... 

Raoul DÉCELLAS.

     Le journaliste cite trois soudières : Solvay à Dombasle, Saint-Gobain à Varangéville et Marcheville-Daguin à La Madeleine (Laneuveville-devant-Nancy) ; toutes se situent sur le canal de la Marne au Rhin, à l'est de Nancy. Elles possèdent toutes les trois leurs propres flottes privées, dont les bateaux s'appellent bien logiquement SOLVAY ou SAINT-GOBAIN ou MD, suivi d'un numéro. Et elles s'alimentent toutes les trois en calcaire à partir de carrières situées à l'ouest de Nancy, à Aingeray ou Villey-Saint-Etienne sur le canal de la Marne au Rhin, ou encore à Bicqueley, près de Toul, sur la Moselle (canal de l'Est, branche sud).


     Il parle également de la Sarre qui est bloquée, et du charbon de cette région qui n'arrive plus ; les archives municipales de la ville de Sarrebruck, en Allemagne, conservent ces trois photos de la rivière et des bateaux qui y sont bloqués, prises le 14 février 1929, la veille de la publication de l'article retranscrit ci-dessus (à retrouver ici : saarbruecken.de) :

- des marcheurs, des patineurs et une péniche, au niveau du Luisenbrücke :
 


- le même Luisenbrücke en arrière-plan ; le premier des trois bateaux, celui à quai devant le photographe, est du type bricole sarroise :


- et là, des chargés devant un quai, je pense que c'est au port de Malstatt-Burbach ; le bateau à gauche est le MOSELLA, il est fort possible que ce soit le sarrois qui existe encore aujourd'hui, amarré à Sarrebruck, même si le nez a été refait ; le bateau à droite s'appelle de VINCI, avec le marinier qui casse la glace autour, et derrière, c'est une péniche de la flotte Solvay (les premiers, en bois) :




Dans une deuxième partie, nous verrons comment la navigation a pu reprendre... À retrouver en suivant ce lien : bab.viabloga.com/news/l-hiver-1929-a-ete-froid-2e-partie.




Commentaires

Vague de froid dans l'Est en 1929 par lougabier le Lundi 18/03/2019 à 00:29


Impressionnant cette glace.

A Toulouse, il faisait moins froid même si c'est descendu en dessous de 0°.
Ci joint extraits de l'Express du Midi :



Le Canal du Midi n'a pas dû geler.


Re: Vague de froid dans l'Est en 1929 par kikicmr le Lundi 18/03/2019 à 20:34

kikicmr  mais s'il gelait, les Ponts-et-Chaussées avaient des brise-glace dans votre région ?


Re: Vague de froid dans l'Est en 1929 par lougabier le Jeudi 21/03/2019 à 01:35

Bonjour kikicmr,

A part l'hiver "56", il n'y avait qu'une semaine, voire 2, environ par an de glace capable de nous arrêter.
Une fois (56 ??), les P&C avaient équipé un pétrolier de la Shell (Véga) de grosses plaques placées à l'avant, à partir de l'étrave. Ils tiraient du chemin de halage avec un tracteur, mais à part de "péter le bout", rès ! (rien)
Normal, le bateau (proche du luxomotor) poussait la glace mais ne la cassait.

Miette avait fait un article : bab.viabloga.com/news/hiver-hivers

Pour les bateaux en bois, même cassée, la glace est dangereuse. Elle peut faire comme un rasoir qui découpent les joints (d'étoupe) des bordages.
Il y avait quelques bateaux qui avaient des longues plaques d'acier, de 50cm de l'arge environ et d'autres qui les confectionnaient avec 2 madriers solidement reliés sur le chant. Voir photo ci-dessous avec commentaires :




N'hésite pas à poser d'autres questions.

 
 


Re: Vague de froid dans l'Est en 1929 par kikicmr le Samedi 23/03/2019 à 20:27

kikicmr  ah oui, intéressant ! c'est vrai qu'un parc complet de brises-glaces n'aurait pas été justifié...



Identification

Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Identifiez les nouveaux articles et commentaires, signez les, et plus !

S'inscrire

Dernières publications en images

L'histoire du bâtard ASTER

Un nouveau livre : Photos de Charles Fiquet dit "radar"

L'hiver 1929 a été froid (3e partie)

L'hiver 1929 a été froid (2e partie)

L'hiver 1929 a été froid (1re partie)

Barragiste sur la Petite-Saône, dans les années 30

RENOVATION DU PONT-CANAL DU CACOR

Mystère à bord

Un lundi de janvier 2019 à Varennes-sur-Seine

REPARATION DU PONT CANAL DE L'ORBIEL A TREBES

SEINE ET YONNE

MEMORIAL DES MARINIERS DU MIDI DE GARDOUCH (31)

LE CANAL DU MIDI ET L'AEROPOSTALE

LA BELLE DE CHAMPAGNE, nouvelle arrivée au port de Mareuil-sur-Ay

15 OCTOBRE 2018 : INONDATIONS DANS L'AUDE (3 et fin)

Toujours l'écluse de Neuilly-sur-Marne


Sites Transports Fluviaux


CNBA
 

Rubrique courante


Recherche