S'identifier - S'inscrire - Ecrire un article - Contact

Annonce

NOUVEAU Bord à Bord - FLUVIAL Changement d'Administrateur
Objectif : Articles appronfondis et argumentés sur la Batellerie tels devoirs de mémoire (histoire) ou Actualités
Souhait : Complémentarité avec les bonnes informations, mais succintes sur les groupes batellerie de Facebook, et celles pointues des sites incontournables spécialisés.

Cap à l'amont n° 28

Par Nico • Infos • Mardi 20/04/2010 • 11 commentaires  • Lu 5174 fois • Version imprimable

  • Currently 0/5

Note : 0/5 (0 note)

Mots-clés :


Définir le seuil de légalité du Fret Fluvial

La Glissoire propose une démarche innovante

 

A partir d’une étude réalisée par le cabinet néerlandais NEA sur le coût d’exploitation des bateaux de navigation intérieure, la Glissoire a défini les critères de calcul à prendre en compte pour définir le seuil en dessous duquel le syndicat demande au Ministre des transports de décider par arrêté Ministériel qu’il s’agira de travail à perte, sanctionné  par l’article 209  du code du domaine Public Fluvial.

Ce mode de calcul s’appuie sur la grille NEA actualisée sur la base de l’indice INSEE :


Cliquez pour agrandir

 

Nous proposons de retenir les critères d’application suivants :

1 - Temps de Navigation à charge : temps réel

2 - Retour à vide : forfait de 10 H par voyage (qui nous est apparu comme une moyenne très raisonnable)

3 - Heures d’attente générales : comme toute personne  qui vit de son travail, nous estimons que le batelier a droit à un repos comparable au repos hebdomadaire : ceci est NOUVEAU et n’a jamais été formulé.

Dans cas, après plusieurs jours de travail à 12 ou 14 h par jour, ces jours d’arrêt sont indispensables et permettent aussi d’assurer quelques opérations de maintenance à bord (le jardin dominical du batelier)

Ces temps d’attente ne doivent pas être négociables : nous proposons qu’ils soient fixés de la façon suivante :

-          pour un voyage jusqu’à  12 heures  de navigation à charge :                 6 heures pris en compte

-          pour un voyage jusqu’à  24 heures de navigation à charge : 12 heures prises en compte

-          pour un voyage jusqu’à 36 heures de navigation à charge :   18 heures prises en compte

-          pour un voyage de plus de 36 heures de navigation à charge : 24 heures prises en compte

4 - Mise à disposition du bateau pour Chargement et déchargement : NOUS PROPOSONS UNE FORMULE TOTALEMENT NOUVELLE QUI EFFACE TOUTES LES REGLES PRECEDENTES .

Dans le calcul du seuil de légalité, on estimera à priori que le est correctement équipé et géré rationnellement, ce qui lui permet de charger et vider le bateau en un temps très court. Dans l’annonce du prix de transport, on va estimer le temps nécessaire à 6h pour charger et 6 h pour vider. Si le retient le bateau plus longtemps, il paie tout simplement les heures en plus au tarif correspondant .

Le délai court à partir de l’heure contractuellement fixée pour la MISE à au chargement et à partir de l’HEURE d’ARRIVEE au de déchargement, sachant que le transporteur aurait l’obligation de s’annoncer 24h  avant pour permettre la programmation.

COMMENTAIRE :

 

Cette proposition permet au client correctement équipé ou travaillant avec un manutentionnaire efficace de réduire les temps d’immobilisation des bateaux dans les ports et donc de bénéficier d’un prix attractif pour son transport.

Pour le batelier il est source d’une meilleure rentabilité puis qu’il réduit ainsi les coûts d’attente dans les ports.

 

Le système permet surtout de laisser le choix au client (ou au )  d’opter pour retarder ou non le chargement ou le déchargement d’un bateau pour faire du train ou du camion : il devra alors payer le temps qu’il bloque le bateau et il lui appartiendra de calculer son avantage financier. Mais cela mettra un terme à des pratiques antérieures ,vieilles d’un siècle qui conduisait en fait à utiliser le bateau dans un comme silo de stockage gratuit pendant plusieurs jours sans la moindre indemnité pour le transporteur.

 

Avec l’évolution des matériels de manutention et une logistique correcte, ces règles de contre performances imposées à la batellerie doivent disparaître et le client performant doit tirer bénéfice de ses investissements. Par contre le client qui dépasse les délais supportera tout simplement les heures en supplément au taux correspondant au coût du bateau  tel que défini sur la grille.

 

Cette Proposition est le fruit d’une réflexion menée par de nombreux , mais elle peut encore être affinée : il appartient à chacun de vous de se mettre à la calculatrice et nous dire ce que vous en pensez.

 

Voici une petite grille qui permet facilement de calculer le coût pour un voyage classique.

Dans le cadre de contrats à voyages multiples, les critères peuvent être revisités pour tenir compte des temps réels à vide et dans les ports, quand ils sont connus

 

Calcul voyage de …  ………………….à……… ………

Gd Tonnage         =

 

 

 

 

Temps

Prix sur la grille

Montant

Navigation à charge

 

 

 

Navigation à vide

10 H

 

 

Attente Générale

 

 

 

Chargt/Déchargt

 

 

 

Montant Total                                                                             =

 

Ajouter Commission affrètement   %

 

Taxes VNF                                                                                  =

 

Coût du Voyage                                                                          =

 

Divisé par tonnage embarqué                                                     =

 

 

 

Prix /Tonne             =

 

           

 

 

Réaction d’un courtier

 

J’ai reçu un mot de contestation de la société Van Reeth : « Bonjour Monsieur Delhay, 

Pour ma part je conteste l’affirmation suivante que vous faites  dans votre texte que j’ai reçu par un collègue:  « Cette grille a été reconnue par les courtiers présents comme représentative des coûts réels d’exploitation et les critères retenus par la Glissoire n’ont pas fait l’objet de contestations ».

 Je n’ai fait que ça de contester ! Bien sûr libre à vous de ne pas m’entendre.

 Bien cordialement,Christian GRANIER. »

J’avoue bien humblement avoir mal compris : Monsieur Granier a clairement dit son désaccord sur l’idée que la profession définisse elle même le seuil légal et j’avais bien compris qu’il n’envisage l’avenir que s’il peut disposer d’une batellerie corvéable à merci, mais je n’ai pas entendu qu’il a contesté le contenu de la grille lorsque certains de ses confrères ont dit leur intérêt pour démarche.

 

Rencontre avec les syndicats Belges :

 

Mercredi 21 Avril à 13 h, La Glissoire rencontre à Brugges les représentants des syndicats « Bond van Eigenschippers » et « V.B.R. » : merci à Jonathan fay du Nomadis qui depuis le début de action a mis toute son énergie à essayer de rapprocher les belges et Français dans la démarche.


Il est 6h00 à l’heure où ces lignes sont écrites et le est barré à Dorignies pour toute la journée du Mardi 20 Avril 2010.
A 11h00 nous avons rendez vous avec la
Des confrères sous pavillon belge nous apportent leur soutien.


Commentaires

par nicola le Mardi 20/04/2010 à 10:11

nicola www.lobservateurdudouaisis.fr
Cliquez pour agrandir

SOURCE


par nicola le Mardi 20/04/2010 à 10:21

nicola www.lloyd.be
Cliquez pour agrandir

SOURCE


par nicola le Mercredi 21/04/2010 à 09:07

nicola

Les bateliers se sont réunis hier matin, dès 6 heures, pour bloquer la navigation à Dorignies. Un spectacle impressionnant avec plus d'une dizaine de péniches amarrées les unes aux autres afin d'empêcher un quelconque passage. Remontés, ils sont bien décidés à dire stop une bonne fois pour toutes à « l'exploitation forcenée du transport fluvial ».
Source et article complet ---> "Les bateliers ont bloqué la navigation hier à Dorignies, contre le « travail à perte »", paru sur www.lavoixdunord.fr, par MÉLANIE DÉMARES, le 21/04/10


Re: par cayor le Mercredi 21/04/2010 à 10:20

cayor Bonjour,

Je retiens cet aspect positif qui marque peut-être enfin une véritable coopération des Bateliers Européens dont les motivations sont les mêmes: Les prix de fret trop bas. En fait c'est tout le système du marché libre qui est en cause et qui met à genoux bon nombre d'activités indépendantes comme les producteurs de lait, les éléveurs de porc, les producteurs de fruits et légumes et d'autres dont certaines filières reçoivent des aides de Bruxelles pour compenser leurs pertes. Et pourquoi pas les mariniers alors????

J.Claude



bjr une explication par plaquet76780 le Mercredi 21/04/2010 à 18:17

oui  la battellerire é malade
comment expliquer au gouvernement l achat de toutes ses ces neew unitées en bassin de seine 
bateau hollandais
hallemand
blelge


Re: bjr une explication par plaquet76780 le Mercredi 21/04/2010 à 18:33

vous  avez  la memoire courte
 lors  du 1 er convoi  marchandise  general de sogestran 
vous avez mis  a sac se pouseur a conflans tout casser  é  maintenant  vous en salerier comme gerant
voir meme  afficher le drapeau  CFT sur votre bateau


memoire par plaquet76780 le Mercredi 21/04/2010 à 18:39

ex  udodée  de la shell   renomé  fougeux


par nicola le Jeudi 22/04/2010 à 08:12

nicola www.lavoixdunord.fr

SOURCE


par nicola le Jeudi 22/04/2010 à 12:19

nicola www.lobservateurdudouaisis.fr

SOURCE


par BaB le Jeudi 22/04/2010 à 20:07

BaB  
C'est 4 photos nous ont été très amicalement transmises par Patrick JOIN-LAMBERT du magazine FLUVIAL avec comme légende : "Voici quelques photos du premier barrage organisé par La Glissoire à Douai (ambiance bon enfant, mais de sacrés pros !)."
Merci



Identification

Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Identifiez les nouveaux articles et commentaires, signez les, et plus !

S'inscrire

Dernières publications en images

Un nouveau livre : Photos de Charles Fiquet dit "radar"

L'hiver 1929 a été froid (3e partie)

L'hiver 1929 a été froid (2e partie)

L'hiver 1929 a été froid (1re partie)

Barragiste sur la Petite-Saône, dans les années 30

RENOVATION DU PONT-CANAL DU CACOR

Mystère à bord

Un lundi de janvier 2019 à Varennes-sur-Seine

REPARATION DU PONT CANAL DE L'ORBIEL A TREBES

SEINE ET YONNE

MEMORIAL DES MARINIERS DU MIDI DE GARDOUCH (31)

LE CANAL DU MIDI ET L'AEROPOSTALE

LA BELLE DE CHAMPAGNE, nouvelle arrivée au port de Mareuil-sur-Ay

15 OCTOBRE 2018 : INONDATIONS DANS L'AUDE (3 et fin)

Toujours l'écluse de Neuilly-sur-Marne

15 OCTOBRE 2018 : INONDATIONS DANS L'AUDE (2)


Sites Transports Fluviaux


CNBA
 

Rubrique courante


Recherche