S'identifier - S'inscrire - Ecrire un article - Contact

Annonce

NOUVEAU Bord à Bord - FLUVIAL Changement d'Administrateur
Objectif : Articles appronfondis et argumentés sur la Batellerie tels devoirs de mémoire (histoire) ou Actualités
Souhait : Complémentarité avec les bonnes informations, mais succintes sur les groupes batellerie de Facebook, et celles pointues des sites incontournables spécialisés.

Histoire d'eau

ou digression au lit...

Par Jimidi • Divers • Mercredi 03/09/2008 • 3 commentaires  • Lu 3359 fois • Version imprimable

  • Currently 0/5

Note : 0/5 (0 note)

Nous sommes sûrement nombreux ici à considérer la vue d'une péniche naviguant comme émouvante. Cette odeur âcre du , ce "poutpout" du diesel, ce bateau disparaissant à l'horizon vers on ne sait où et ces mystérieuses gens de l'eau entraperçues, pour peu qu'il y ait quelques brumes : ce décor éveille en nous toute une histoire, de l'émotion, voire du phantasme…

 

Mais se pose-t-on la question :

- "Comment tout cela a-t-il commencé ?"

Et oui ! Quel a bien pu être la première expérience de navigation fluviale ?

C'est en relisant le superbe de Bernard Le Sueur : Batelleries et de France, préfacé par François Baudouin aux éditions Horvath que me vint cette question. Plus précisément, je me mis à méditer (divaguer ?) sur ces premiers hommes, il y a fort longtemps, qui entreprirent de construire des engins flottants sur nos rivières afin de commercer. Les historiens "pros" le déclarent volontiers, lorsqu'il s'agit de proposer une théorie sur de tels événements, remontant au néolithique par exemple : la quasi-absence de documents d'époque (et pour cause) oblige à un exercice d'imagination poussé…

 

Alors allons-y ! Et je proposerais ici très modestement ceci :

 

- Observant un tronc d'arbre descendant la rivière, la fascination et "l'Euréka" ébranlent les neurones d'un homme de la préhistoire :

- "C'est lourd pourtant ça flotte !"

Archimède était encore loin de naître. Comprendre le pourquoi du comment, on n'en était pas à la veille… Mieux, le même homme a pu tomber à l'eau et, ne sachant nager, devoir sa survie grâce à la providence d'un tel tronc dérivant :

- "C'est lourd, sa flotte et même ça me porte !!"

On l'imagine fort bien, dans un premier temps,  se servant désormais de la rivière pour acheminer des troncs de ce bois si utile, déjà. Puis, très vite, hardi, debout sur un assemblage de ces mêmes troncs liés par des lianes : le radeau naissait. Tandis que l'audacieux buvait quelques tasses et saluait des poissons probablement surpris d'une telle incongruité…

Par la suite, homme (ou sa femme) se trouvant au bord de l'eau faisant choire une calebasse remplie de légumes ou racines à laver :

- "Quand c'est creux, ça flotte encore mieux et ça transporte !!!"

Alors apparaissaient les ancêtres des charrons creusant des troncs et, partant, les "barques" monoxyles transportant désormais marchandises, hommes et bêtes…

Mais, c'est bien connu, l'homme n'en a jamais assez et se "blase" très vite. Il faut plus grand, plus gros (plus puissant) et son cerveau bouillonne.

Les créations sont rarement l'œuvre d'un seul, soit il y a co-évolution parallèle (comme disent les savants), soit l'on se copie et on improvise sa version (même bien avant l'apparition des "Nikon's" et des "touristes" allant avec).

Ainsi, profitant des expériences accumulées avec les troncs assemblés et la pirogue monoxyle, on peut penser que ses premiers génies ont tenté divers assemblage de planches, plus ou moins grossières, sur des "squelettes" de bois s'inspirant maintenant (pour ce qui allait devenir quille, membrures et bordé) des carcasses animales débitées. On se représente volontiers les premiers déboires d'étanchéité et les solutions plus ou moins hasardeuses pour y remédier : enveloppes de peau cousues et bouchage (calfeutrage, ah ! Il y a feutre dans le mot !) avec de la graisse, des herbes, de la laine tassée pour finalement découvrir l'étoupe et, bien plus tard, les vertus du goudron.

 

Voilà, maintenant je peux poser le , éteindre la lumière et m'endormir en me laissant bercer par les flots dans un du Nord en bois sur la d'autrefois !

- "Dors m'in tiot quinquin, min tiot pouchin, min gros rojain…"

Articles qui contiennent des mots-clés similaires


Commentaires

quel feuilleton !! par Lutecia le Jeudi 04/09/2008 à 00:11

j'my croayis presque... 
en tou cas bien chouettement, et plutôt sérieusement, imaginé...
c'est sympa juste avant de s'endormir y'a plus qu'à imaginer la BD ...


simple par marc debeer le Jeudi 04/09/2008 à 08:17

Jolie histoire, belle écriture ton clavier à dû avoir une sacrée part de songe d'une nuit d'été....
j'en redemande....


par peinture fluvial le Samedi 28/08/2010 à 16:29

jimidi pas mal moi  j ai eu plaisir a le lire cas ma ramener en arrière en 1964 quand il fa lait s occuper de la bord aille je parle des odeurs de goudron et aussi l eau ;ont était toujours a Cornéen 62 avec l usine Béguin l eau sentait le sucre et elle était chaude  merci de nous ra peler des bons souvenirs



Identification

Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Identifiez les nouveaux articles et commentaires, signez les, et plus !

S'inscrire

Dernières publications en images

Un nouveau livre : Photos de Charles Fiquet dit "radar"

L'hiver 1929 a été froid (3e partie)

L'hiver 1929 a été froid (2e partie)

L'hiver 1929 a été froid (1re partie)

Barragiste sur la Petite-Saône, dans les années 30

RENOVATION DU PONT-CANAL DU CACOR

Mystère à bord

Un lundi de janvier 2019 à Varennes-sur-Seine

REPARATION DU PONT CANAL DE L'ORBIEL A TREBES

SEINE ET YONNE

MEMORIAL DES MARINIERS DU MIDI DE GARDOUCH (31)

LE CANAL DU MIDI ET L'AEROPOSTALE

LA BELLE DE CHAMPAGNE, nouvelle arrivée au port de Mareuil-sur-Ay

15 OCTOBRE 2018 : INONDATIONS DANS L'AUDE (3 et fin)

Toujours l'écluse de Neuilly-sur-Marne

15 OCTOBRE 2018 : INONDATIONS DANS L'AUDE (2)


Sites Transports Fluviaux


CNBA
 

Rubrique courante


Recherche