S'identifier - S'inscrire - Contact

Annonce


Cap à l'Amont n° 69

Par • Batellerie.org • Lundi 21/03/2011 • 10 commentaires  • Lu 2704 fois • Version imprimable

  • Currently 0/5

Note : 0/5 (0 note)

Mots-clés :

Bonjour,
 
Bonne lecture de ce N° 69 de Capalamont qui, j'en suis navré ne porte pas de chiffres et de statistiques enthousiasmantes.
 
Je suis navré de ne pas être aussi enthousiaste que VNF qui ne parle que de réussite quand nous allons tranquillement vers l'extinction.
 
Jacque Delhay

CAP A L'AMONT N° 69


Commentaires

44 bateliers qui se sont réappropriés leur métier. par nicola le Lundi 21/03/2011 à 16:24

nicola J'avais gardé ce texte pour un autre évènement, mais à la lecture de ce numéro j'ai trop envie de citer un autre batelier.
Il s'agit d'une chronique parue dans le "Au fil de l'Eau" de mars 2011 :

L’asbl Bord à Bord qui gère, entre autre, le site batellerie.org vient de publier des résultats éloquents pour l’an passé. Je vous laisse juge.


Pour le site www.batellerie.org les chiffres 2010 :

  • Visiteurs uniques par tranche de 24h : plus de 68.000

  • Nombre de pages lues : plus de 348.000

  • Plus de 13.500 lecteurs de nouvelles (flux rss)

  • La France est et reste la première utilisatrice du site avec 30% de fréquentation contre 16% pour la Belgique

  • Les 3 bateaux dont la fiche a été la plus consultée (plus de 2.000 fois) sont le Barquero, le Dymphna et le Jaguar

  • La recherche dynamique a été utilisée plus de 13.000 fois

  • La géolocalisation de la flotte a été vue plus de 7.000 fois

  • La recherche par liste a été consultée plus de 5.000 fois

Ceci démontre tout l’intérêt porté par les internautes à la batellerie et plus particulièrement aux bateliers inscrits sur le site !!! Qui sont ces internautes ? Des gens qui recherchent des infos sur la batellerie, des bateliers, mais aussi et surtout des clients et affréteurs !!! Depuis sa création, il y a déjà 5 ans, le site Internet a permis à ses bateliers de nouer de nombreux contacts commerciaux fructueux. C’est pour cette raison qu’il fut créé et il répond de façon très positive à cette attente.

Il suffit de tenir sa disponibilité à jour et de consulter les pages communautaires d’indice de fret, d’offre de fret ou de frets refusés, pour se faire une idée du marché. Malgré tous ces avantages, le site est systématiquement boudé par la batellerie. A ce jour, il regroupe seulement une soixantaine de bateaux !!! NO COMMENT !!! C’est ce que je réponds aux affréteurs et clients qui me disent : « il est bien votre site. Dommage qu’il n’y ait pas plus de bateaux inscrits » !!!??? Que voulez vous répondre ??? Il n’y a que les bateliers pour ne pas se rendre compte des atouts qu’ils ont dans les mains !!!

Dans le même temps, on entend toujours les mêmes plaintes récurrentes. Du genre : « on ne fait rien pour nous, on n’est pas défendu, on ne s’en sort plus, on se fait exploiter,… snif, snif… Détrompez-vous !!! Les chiffres ci-dessus le prouvent. Il y a des outils pour aider les bateliers. Mais la vérité c’est qu’ils ne veulent majoritairement pas les utiliser !!!

Et bien, au cas où vous ne seriez pas au courant, j’ai le plaisir de vous annoncer que le site www.batellerie.org est toujours là. Qu’il continue contre vent et marée grâce à la volonté de quelques personnes passionnées et bénévoles. Pour un montant dérisoire, il contribue chaque jour à faire fonctionner la solidarité entre bateliers et à promouvoir l’ensemble du secteur.

A bon entendeur,…

Denis Dagnelie


Précisons que depuis la parution de ce texte, les bateliers artisans ne sont plus que 44 à être inscrits dans cet annuaire public professionnel.
44 bateliers qui se sont réappropriés leur métier.
Soit +/- 2% de la flotte belge et française...
Avec un tel engouement commercial, que voulez vous faire ?

A ce jour, je n'ai reçu aucune, je dis bien aucune argumentation valable sur la non adhésion au projet batellerie.org ... politiquement, socialement, commercialement, économiquement valable. Aucune !

Que dois je en déduire ?
Bah oui, je comprends l'une des raison de l'extinction dont parle M. Delhay et peut être aussi pourquoi VNF et d'autres organismes sont "obligés" de positiver (peut-être) à outrance...

Et vous, qu'en pensez vous ?


Re: 44 bateliers qui se sont réappropriés leur métier. par Batelier18 le Mardi 22/03/2011 à 00:36

Je crois que vous avez tout simplement raison ....
il suffit de constater la casi inexistante participations des bateliers aux débat,commentaires discutions lié a cap a l'amont ou autre article dénonçant les probleme tandis que d'autres articles sont regulierement commenté ce qui prouve que les gens sont bien la sur le site ...

La conclusion et excusez moi la brutalité de mes mots , les gens en ont rien a foutre que la batellerie creve ...  mais beaucoup sont extremement doué pour ce plaindre a toute occasion possible dans leur coin . mais jamais ces personnes ne seraient capable de participer a des débats ou meme simplement commenter des articles "cap a l'amont"

j'ai participé a de nombreux débats et fort malheureusement je n'ai que pu constater avec colere que trop peu s'y interessent ...


un jour , il sera trop tard et nous n'aurons que des regrets et nous nous dirons " si seulement j'avais bouger mon cul en ce temps la pour empecher toute cette "merde" 

mais ce sera bien trop tard .


Re: 44 bateliers qui se sont réappropriés leur métier. par p boum le Vendredi 25/03/2011 à 08:36

Les termes sont faits pour etrent utilisés pour leurs significations/descriptions, il n'y a pas lieu de s'excuser pour decrire une situation existante et/ou ressentie: dans le cas en sujet il ne s'agit pas d'un salon-littéraire. (textes nets et précis).

La situation évoquée fait apparaitre un "manque" de participation de l'ensemble des "acteurs" a une organistion ayant comme objectis  de promouvoir l'  "offre-de-service" en transport par la mise a disposition des "cales" aupres des donneurs d'ordres (affreteurs et/ou clients).

Les "inscrits"  representent un pourcentage de l'ordre (lus + haut) QUE de 2 / 4 %. Cequi doit etre considéré comme non- représentatif et non attractif aupres des Partenaires/Utilisateurs.

Le présent SITE sur lequel les interventions sont interressantes: les contenus a teneur souvent "ad verba révolvorum".

Dans la pratique pour suivre un transport-fluvial: qui fait quoi........  commercial - logistique - information - gestion etc........ le bateau est qu'une étape de l'ensemble d'un transport de bout-en-bout:  souvent ou presque toujours lié a une "chaine" logistique et administrative  dont les Navigants n'ont que le role d'exécutants dont il assument avec "qualité" la partie du transport et apprécié du donneur d'ordre.

Sortir de l'excécutant vers une participation plus ample a la chaine logistique et a l'impacte du paysage du transport qui en dehors de l'image du bateau qui passe est inconnu par ceux qui le regarde ("monde" clos et fermé). Ceci est une explication au peu d' "entousiasme"  relevé dans les textes ci-avant.

L'indépendance (liberté) c'est agréable mais ça coute cher, il faut des moyens......un choix limité


Re: 44 bateliers qui se sont réappropriés leur métier. par nicola le Vendredi 25/03/2011 à 09:36

nicola Liberté... liberté... mouais, l'on peut très bien faire partie d'une coopérative et être "non libre" tout en participant à ce projet.

Ce qu'il faut avant tout comprendre, s'y inscrire c'est :

  • faire un geste commercial fort
  • participer à des banques de données collaboratives
  • activer la solidarité de l'information batelière
  • se donner une chance supplémentaire de gagner un voyage
  • activer et renforcer la concurrence entre les affréteurs/courtiers
Et après l'on s'étonne de lire des annonces de catastrophes...

Je ne vois toujours pas d'argument réaliste/sensé me permettant de comprendre pourquoi ce projet est boudé des bateliers.

Mais merci d'avoir donné un avis


Re: 44 bateliers qui se sont réappropriés leur métier. par p boum le Dimanche 27/03/2011 à 12:24

Liberté...liberté....._".mouais"_........coopérative >>>>>>  "non- libre"   =      organisation "contraignante".:::::  une partie de la réponse.

La suite est "constructive dans l'esprit, la transposition sur le "terrain"  (l'Eau) est la question.

la "démarche" des Artisans (tous corps de metiers) est conditionnée par le   concret.>>> une fois "établie".......

Question: forme de l'action commerciale ?  vers les Affréteurs/Courtiers ? c'est eux le commercial du donneur d'ordre.

Les Offres de transports ne pas "détenus/gérés" en direct par les Bateliers, ceci est pas du domaine commercial.

A part quelques liens directs: contrats ex: sablier etc tous les transports-fluviaux sont le fait d"intermédiaires"  inclus a l'époque des B. A.

Un argumentaire avec du concret:  le Panel des  44  ( = 2 % flotte)  Quels résultats par rapport aux "autres". Le  "boudage" évoqué est peut'etre dû a l'absence de concret.

Bonne démarche pour l'effort :: pour un voyage supplémentaire c'est d'avenir.

Existe 'il d'autres "organisations professionnelles, l'exemple  "eubo" chacun son avis.






Re: 44 bateliers qui se sont réappropriés leur métier. par nicola le Dimanche 27/03/2011 à 14:10

nicola Un artisan batelier est aujourd'hui avant tout un chef d'entreprise.
Comme toute pme, celle-ci a des collaborateurs et des clients.
A ce jour, le batelier contacte ses collaborateurs habituels et/ou les plus courants puis attend.
Il se positionne en tant que demandeur puis attend.
Durant ce temps, il entretien son entreprise tant administrativement que physiquement (peinture, maintenance, etc.)... bref dans la plus pure tradition... d'antan !

Tout le côté promotionnel, recherche de nouveaux contacts/collaborateurs/clients passent à la trappe. Le batelier préférant se laisse représenter par ses collaborateurs premiers (les courtiers/affréteurs).

Depuis la libéralisation, le batelier est bien plus responsable de son image.
Pourquoi croyez vous que certains affréteurs préférèrent travailler avec tel ou tel batelier ?
Oh bien sûr le côté prix du fret est la raison première, mais la relation avec son principal collaborateur est un poids à ne pas négliger... ce que tous les bateliers oublient... ou presque.

Lorsqu'une poignée de courtiers font la loi car les bateliers sont demandeurs et invisibles au reste du monde, n'est il pas "révolutionnaire" d'inverser cette tendance en devenant le "demandé" et en étant visible pour l'ensemble de courtiers au niveau international ?

Les courtiers 1, 2 et 3 se partagent le nord, savent exactement où se trouve la cale et gardent jalousement cette information. Il est dés lors très difficile pour les courtiers 4 et 5 de venir sur cette chasse gardée.

Grâce à batellerie.org et à la participation massive des bateliers à ce projet (hum hum), non seulement les courtiers 4 et 5 peuvent enfin faire concurrence à 1, 2 et 3... mais les affréteurs 6, 7, 8, 9, 10, etc. le peuvent aussi !

Le batelier a donc l'embarra du choix.
Grâce à cette concurrence, les frets ne pourront qu'être plus justement répartis.

Au lieu de cela, aujourd'hui, chaque bateau, chaque entreprise de transport fluviale, est isolée commercialement. Elle ne peut donc que faire faillite face à la concurrence. Cet état des choses est principalement causé par l'absence de communication entre les pme de transport.

Voici un commentaire d'un chef d'entreprise/artisan en transport fluvial, déposé sur l'article frère de batellerie.org :






Le problème serait il là : une mentalité commerciale passive ?
Comment le batelier se perçoit il ?
Comment pense t il que son commerce fonctionne ?
A t il les capacités/outils d'être indépendant/artisan ?
Devrait il se cantonner au "statut de salarié" ?
Réalise t il que son métier a évolué énormément vite ses dernières années ? et comment le vit il ?
Comment se fait il que des chefs d'entreprise refusent de promouvoir leur entreprise/ leur savoir-faire auprès de nouveaux partenaires commerciaux ?

Savez vous que grâce à batellerie.org, des bateliers ont inversé par moment la tendance en amenant des clients à des affréteurs !
Dés lors ce sont les bateliers qui ont donné et obtenu les conditions/tarifs... après négociation entre toutes les parties, évidement. Mais là le batelier à repris son métier en main, à repris son titre d'indépendant, s'est rapproprié son statut d'artisan, s'est octroyé une liberté encore jamais atteinte...

Batellerie.org ne garantie pas de donner du travail à juste prix, mais vous garantie d'avoir un maximum de cordes à votre arc afin de rendre votre entreprise plus rentable.

Quels sont donc les arguments contre cela ?


par merrimack le Mardi 29/03/2011 à 17:24

Manque de participation des bateliers à toute nouvelle initiative : EVIDENT !!!  Pour preuve, combien de commentaires de cet article sont le fait de navigants ?   Au max 2 !!!    ELOQUENT
Je ne vois pas d'autre raison que celle ci : Manque de compréhension du marché du transport.  Sentiment d'infériorité des bateliers vis à vis des autres partenaires de la chaine logistique!!!
Il faut toujours que le batelier fasse le "Calimero" !!!  Comme si il se sentait obligé de travailler en dessous du seuil de rentabilité!!!  Mais pour plaire à qui????    Les bateliers ne seraient ils plus indépendants ????    Cela expliquerait le manque de participation au site "www.batellerie.org"    et pourtant ...   Ces 2 derniers voyages, je les ai eu grâce à l'inscription de ma disponibilité sur le site !!!
Alors ?  A votre avis le prix de l'inscription est il trop cher ?  
Soyez certain d'une chose, si on fait de la pub pour ce site et qu'on essaie d 'expliquer tous ces avantages, c'est parce que nous aimons notre métier!!!  Nous voulons partager des infos importantes pour tous!!!   Libre à vous de continuer à ne pas les utiliser pour des raisons futiles!!!   Parce que des bonnes raisons à ne pas s'inscrire, jusqu'à présent je n'en ai pas entendu.  
Alors svp, un peu de courrage mesdames et messieurs les détracteurs...  expliquez nous ...  


Re: par p boum le Mercredi 30/03/2011 à 20:58

Cap a l'Amont n° 60 et +  etc pour "annoncer" que ll"association" a générer la réussite" de" transports" effectivement réalisésc'est une information majeure, toutefois a "prolonger" dans un suivi existant en préléminaire.

La "dureté" des termes ne doit "éluder" la réalite des "réalités" (pléonasme) d'un marché, le navigant vend ses prestatations dans le domaine des services: mais n'est pas un producteur de "richesses" mais de rentabilité   c.  a.  d. a lui de prouver sa "prestation" dans la chaine-logistique dont il n'est qu'un executant: dont les prestations de qualités "satisfictionnelles" sont et repondent positivement

Sentiment d'infériorite (sic)  hors de propos admissible : il est +/facile  quand est au fond du canal.apres les efforts pour regagner la surface:   de recouler   que de gagner la  rive:  permesso de le dire pour un EX-pro absolument non  "détracteur".

Les bateaux (  "visités") sur ce site; via internet/image; sont des matériels merveilleux en mesure de répondre aux demandes spécifiques du transpot-fluvial encore faut'il le "vendre".......savoir vendre c'est pas   mal / savoir faire  "acheter" c'est   mieux...

Les  cooperants/adhérents au nombre de 44 /  = env: 2 % il est vrai qu'il reste du "chemin" a faire donc  répétita : savoir faire "acheter" le concept.  

Les  Donneurs  d'ordres ne sont qu'interressés que par la rentabilité de leurs prestataires de services et ce en matieres de transports QUELQUES soit le mode de transport.:;    rentabilite =: qualité - finance- fiabilité - etc....



  


Re: par merrimack le Jeudi 31/03/2011 à 14:28

On se rend bien compte qu'il y a des raccourcis incroyables qui sont fait mal à propos, vis à vis de l'outil Internet qui existe pour aider chaque batelier à promouvoir son entreprise!!!  
Le site "www.batellerie.org" n'est nullement une association, encore moins une coopérative !!!   Il n'y a absolument aucune contrainte pour le batelier inscrit!!!  Comme il n'y a aucune garantie offerte aux annonceurs (affréteurs ou autres) !!!  
Je vous assure que c'est exténuant d'expliquer, d'expliquer et encore et toujours répeter les mêmes principes de bases d'une simplicité enfantine.  
Désolé de remettre une nouvelle fois l'ouvrage sur le métier, d'autant que j'ai vraiment l'impression d'être de plus en plus assimilé à une Cassandre.  Nul n'est prophète en son pays me direz vous.   D'accord!!!

Le batelier indépendant, permettez moi d'insistez sur ce qualificatif, vend un service!!!   A ce titre nous ne sommes pas tous égaux!!!  Simplement parce que nous de disposons pas tous du même matèriel, de la même formation; de la même ambition...  Certains types de bateaux, certains bateliers seront donc plus recherchés que d'autres.  C'est la loi du marché libre!!!
Pour trouver du fret; chaque batelier prend contact avec des affrèteurs.  Il peut en apeller 10, non seulement cela lui coutera bonbon, mais en plus il ne sera pas certain d'avoir su se faire une idée complète du marché à l'endroit où il sera disponible!!!  
En inscrivant son bateau sur le site "www.batellerie.org", il aura la possibilité de faire la pub de son entreprise, comme si il disposait de son site Internet personnel et de montrer à tous les affrèteurs et clients sa disponibilité!!!  Pour un prix modique (- de 0.80 centimes € par jour) il pourra à loisir montrer à l'Europe fluviale entière sa disponibilité, son savoir faire. 
Voici résumé le principe de base du site qui est à la disposition de tous.   C'est simple et efficace si on s'en sert correctement.  Bien remplir sa fiche technique, tenir sa disponibilité à jour et être prêt à réagir aux offres du marché.  
En plus de tout cela il y a pas mal de rubriques internes qui permettent aux bateliers de se tenir informés : niveaux des frets, offres de frets, frets refusés, des liens vers des pages utiles,...   On peut faire plein de choses avec ce site et si les org prof voulaient vraiment démontrer quelles sont là pour défendre les naviguants, elles devraient massivement soutenir l'initiative au lieu de l'ingnorer!!!

Personellement, je ne comprends pas pourquoi les bateliers ne veulent pas se servir d'Internet à des fins commerciales!!!   Combien disposent d'un site Internet propre ????    Combien font leur publicité sur le net ???    Par contre combien disposent d'une page sur un réseau social ????  

Sur le marché il n'existe rien de comparable au site élaboré et maintenu à notre disposition par l'asbl Bord à Bord.  


Re: par Anonyme le Jeudi 31/03/2011 à 15:39

BIEN VU,BIEN DIT!



Identification

Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Identifiez les nouveaux articles et commentaires, signez les, et plus !

S'inscrire

Achat/Vente


Dernières publications en images

IRENE S'EN EST ALLEE

CONVOI EXCEPTIONNEL POUR LE MIDI

GOUACHE D YVES DELFO

VIDANGE DU LAC DE SAINT FERREOL

MAINTENANCE DE L'ECLUSE DE VALLABREGUES

Péniche loft de luxe naviguant TBE A VENDRE

La Pénichette RONFLEUR est à VENDRE

jeudi 23 février 2017 à 20h : " PK 0, Les rendez-vous du Fleuve "

Décès du Père Gosselet

HENRIETTE

OCCITANIA

La Vie Batelière n° 193 est parue

Santa Maria


Annonceurs


Recherche par tableau


batellerie.org


Rubrique courante


Recherche

Recherche sur bordabord.org


Étendre votre recherche sur les Sites Fluviaux Incontournables

Élargissez votre investigation via le MEGAMOTEUR FLUVIAL de "Bord à Bord"


Articles aléatoires


Petites Annonces



www.batellerie.org

RETOUR À L'ACCUEIL