S'identifier - S'inscrire - Contact

Annonce


10 AVRIL 1814, LE CANAL DU MIDI MEURTRI

Bicentenaire de la Bataille de Toulouse

Par Lougabier • BaB 2 mers • Vendredi 10/04/2015 • 1 commentaire  • Lu 2418 fois • Version imprimable

  • Currently 5/5

Note : 5/5 (2 notes)

 
Toulouse fut le théâtre de la dernière bataille napoléonienne pendant la première abdication de Bonaparte.
D'un côté, les Coalisés (Anglais, Portugais, Espagnols et Hanovriens) et de l'autre, une partie de l'armée française commandée par le Maréchal Jean-de-Dieu SOULT.
Face à un combat inégal, SOULT avait pour mission, de se replier depuis l'Espagne (côté Pays Basque), en essayant de "limiter la casse", sous le harcèlement de l'Anglais Wellington.

Étant natif de Saint-Amans (81) [8 km de Mazamet et 90 km de Toulouse], il se replia vers sa région. Saint Amans étant à quelques dizaines de km du barrage de St Férréol,  source du du , SOULT connaissait bien ce des 2 mers et Toulouse.

Il y a donc 2 siècles, le dimanche de Pâques du 10 Avril 1814, 35 000 (ou 42000 selon les sources) affrontaient 45 000 (ou 52 000) coalisés à Toulouse.

SOULT utilise le comme défense et essaie de préserver son armée. en se repliant sur la rive gauche (côté centre-ville).

Les lieux d'affrontements en lien direct avec le sont mentionnés par un "X". (Extrait d'un lutrin commémoratif).

1. Les Ponts-Jumeaux ou de l'Embouchure :

En 1814, le Latéral à la Garonne n'est pas construit. Les 2 ponts sont celui du de Brienne et celui du du , d'où l'appellation  de "Ponts-Jumeaux". SOULT construit une redoute (ouvrage de fortification fermée).

 


2. du Béarnais :

A cette époque, il n'y avait pas de , SOULT aménage "un camp de retranchement".
La maison éclusière était de l'autre côté (rive droite), côté Anglais. On peut imaginer l'angoisse du personnel du et des qui se trouvaient dans les parages...
Ci dessous, l' en question, photo prise lors d'un .


3. Les Minimes :

Le est sur la route de Paris. En 1814, ce n'était plus déjà, le d'origine, il avait été refait vers 1760. Les colonnes sont de 1838. Depuis 1969, un nouveau le remplace. SOULT y établi une redoute.
  

4. et de Matabiau :
Le est sur la route d'Albi, SOULT y construit une redoute.
Ci dessous un plan de 1850 environ.

5. Autour du Saint Etienne :

Ce comporte en amont, le Saint-Sauveur (aujourd'hui Montaudran) et en aval le "Guilleméri" (Guilheméry) que l'on retrouve dans une série d'assiettes des années 1830-1840. L'art de la table rejoint ainsi l'histoire !!
 

6. Au des Demoiselles :

C'est le dernier de la ville de Toulouse en direction de la Méditerranée. Au début, il s'appelait Montaudran.
Des ont dû être réquisitionnés pour le transport des blessés et peut-être de l'intendance...
 


Le des Demoiselles a été refait vers 1970.

7. La retraite :

Dans la nuit du 11 au 12 avril 1814, SOULT se replie à l'Est, par la route de Narbonne, future RN 113.
Cette route est pratiquement parallèle  au du , mais un peu sur les hauteurs, à cause des marécages.
 Ci dessous, un extrait de la Carte de Cassini.

Wellington est sur la Rive droite du Royal, le long de la vallée de la rivière HERS - mort.
Pour protéger sa fuite, SOULT fait sauter les ponts jusqu'à Montgiscard (25/30 km de Toulouse).


Exemple, le de Deyme :
 
    

Il est à remarquer que quelques 130 ans plus tard, une importante colonne Allemande a emprunté ce chemin après la Libération de Toulouse les 19 et 20 août 1944...

Cette bataille a fait près de 1000 morts et 6500 blessés, dans la proportion de 35% pour les Français et 65 % pour les coalisés et pour rien ! Napoléon 1er avait abdiqué le 6 avril 1814 ! Le Maréchal  SOULT n'avait pas été informé car le pays était défait. 
Wellington aurait été au courant , mais avec son état-major, aurait décidé d'en découdre pour gagner de la reconnaissance et quelques galons... mais vrai ou faux ?...

Côté Anglais, la bataille de Toulouse a été considérée comme une victoire car ils sont rentrés dans Toulouse (désarmée). Côté Maréchal SOULT, c'était plutôt une victoire car il a eu moins de perte que l'ennemi et il a pu sauver une bonne part de son armée.

Ce qui reste aujourd'hui est un obélisque, appelé à Toulouse "la colonne du 10 avril", visible du Riquet et de sa statue.


Cette colonne a été élevée en 1835 en briques toulousaines. Sa particularité est qu'elle est creuse à l'intérieur et 2 ouvertures de part et d'autres du haut de l'édifice permettent de voir "le champ de bataille".

 

FIN !










Les personnes qui aiment cet article aiment aussi :


Commentaires

par Colin le Dimanche 26/04/2015 à 15:26

Et depuis, les anglais reviennent faire du tourisme tous les ans dans le sud-ouest de la France, et gouter aux plaisirs de nos tables ! P’t’être qu’à cette époque ils venaient déjà pour essayer de nous piquer le cassoulet pour changer du poisson à la gelée de menthe, et que Napoléon n’a pas voulu ? (qu’est-ce qu’on mange mal en Angleterre faut dire !)

En tous cas, quel beau reportage historique !



Identification

Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Identifiez les nouveaux articles et commentaires, signez les, et plus !

S'inscrire

Achat/Vente


Dernières publications en images

GOUACHE D YVES DELFO

VIDANGE DU LAC DE SAINT FERREOL

MAINTENANCE DE L'ECLUSE DE VALLABREGUES

Péniche loft de luxe naviguant TBE A VENDRE

La Pénichette RONFLEUR est à VENDRE

jeudi 23 février 2017 à 20h : " PK 0, Les rendez-vous du Fleuve "

Décès du Père Gosselet

HENRIETTE

OCCITANIA

La Vie Batelière n° 193 est parue

Santa Maria

Les ARDENNAIS de WARCQ

Les ARDENNAIS de CHARLEVILLE-MEZIERES


Annonceurs


Recherche par tableau


batellerie.org


Rubrique courante


Recherche

Recherche sur bordabord.org


Étendre votre recherche sur les Sites Fluviaux Incontournables

Élargissez votre investigation via le MEGAMOTEUR FLUVIAL de "Bord à Bord"


Articles aléatoires


Petites Annonces



www.batellerie.org

RETOUR À L'ACCUEIL