S'identifier - S'inscrire - Ecrire un article - Contact

Annonce

NOUVEAU Bord à Bord - FLUVIAL Changement d'Administrateur
Objectif : Articles appronfondis et argumentés sur la Batellerie tels devoirs de mémoire (histoire) ou Actualités
Souhait : Complémentarité avec les bonnes informations, mais succintes sur les groupes batellerie de Facebook, et celles pointues des sites incontournables spécialisés.

nous remettre en cause

comment revaloriser notre métier

Par fluviatilus • Divers • Mardi 30/12/2008 • 15 commentaires  • Lu 4480 fois • Version imprimable

  • Currently 4.5/5

Note : 4.5/5 (2 notes)

 Nous remarquons que de plus en plus métier devient sollicité, nous nous en plaindrons pas. Le problème est que depuis de longue années ce métier a été décrié par la politique, par nos élus, ou par nous même d'ailleur. Résultat, plus assez de personnel qualifié au moment de la relance et là comme ailleur le papy boum va passer.
Que constatons nous, les autorités , services navigation en tête, a donné les permis à qui les voulait sans grande difficulté, à des personnes qui ne le mérité pas toujours. Il y a eu bien entendu des déchets, cela est normal, mais aussi des gens qui eux sont restés car imposible de faire autre chose. Alors nous sommes obligés de constater que le résultat est franchement pas à la hauteur du but qui est à atteindre. Les salires pratiqués sont dans l'ensemble correct, mais souvent on entends dire que nous sommes bien trop payé par rapport à nos diplomes..?? Peut d'entre nous, il est vrai, avons des bacs ou autres licences de lettres..?? Donc nous sommes trop payés pour certain, parmi ceux-là nos armateurs bien entendus, mais aussi nos services d'état , qui admettent mal être sous payé, dans certain cas, par rapport à nous, bien entendu dans ces cas là ils oublient de regarder le nombre d'heures que nous faisons.
Il est temps de redresser cela, en commençant par faire accepter nos diplomes de capitaine en tant que qualification professionnelles et correspondance à des niveau d'étude professionnelles courante. Il est en effet inadmissible que nos années de formation ne soient pas sanctionnées par un
bac professionnel.
Si je dis cela, c'est que nous ne pourrons jamais arriver à nous faire valoir si nous n'obtenons pas ces équivalances. Dans la foulée, demander à ce que nos diplômes soient plus sérieux, surtout en ce qui concerne la formation à la sécurité et à la responsabilité. De plus , en particulier les transport de passagers, les prétendants au grade de Capitaine ou Commandant, doivent doivent être formés aux langues et à l'abstinance alcoolique, ce dernier point demanderait à être développé, car il y a certain capitaine qui n'ont rien à faire sur certain de ces bateaux.
Pour prétendre au grade et au salaire qui va avec, nous devons montrer que en sommes digne, mais certain en sont très loin,  ils font du tort aux autres.
Si dès maintenant, nous devrions suivre une voie pour franchement valoriser métier , c'est celle-ci que nous devons entamer.
Comme il n'y a rien, et bien les armateurs prennent n'importe qui du moment qu'il a un permis équivalant si facilement obtenu, nous observons que la plupart du temps sur le il y a des personnels européens qui ne parlent pas le français, avec des capitaines qui eux même ne parle pas l'Anglais, l'Allemans ou autre Roumain, Slovaque...Le règlement dit que dans ce cas il faut un interprète..?? je vous laisse deviner ce que cela doit donner lors des maneuvres et en cas de danger graves avec un interprète, qui n'éxiste pas bien entendu..certain des ces bateaux sont simplement dangereux.
Mais cela, nos responsables de la navigation le savent, mais ne font rien, il ne faut pas alarmer plus que nécessaire, pas de vague car il manque de personnel. Je me demande ce que font les soit disant représenatant syndicaux en la matière.
Voilà contre quoi nos enfants doivent se battre si ils veulent avoir un vrai et beau métier, dans ce monde en perpétuel mouvement.
fluviatilus

Articles qui contiennent des mots-clés similaires


Commentaires

Nos valeurs par touzelet le Mardi 30/12/2008 à 10:14

Tout a fait d'accord avec toi
cela me rappelle une époque ou j'étais capitaine sur un bateau passagers , ce jour là on m'a précisé que je ne pouvais pas avoir un salaire équivalent à la secrétaire de notre bureau puisque je n'avais que le certificat d'études et elle le bac plus quelques choses , bien entendu je n'étais pas capable de faire son travail mais elle s'avait-elle conduire le bateau ? donc je dis
CHACUN SES VALEURS ! et respects de toute personne même ces femmes qui entretiennent les toilettes car sans elles ? à méditer ????


Re: Nos valeurs par trinidad le Mardi 30/12/2008 à 17:42

ce pourrait ,etre un depart et en fin de compte une bonne resolution pour cette nouvelle annee qui commence meilleurs voeux a tous et champagne pour tout le monde des mariniers.on nait marinier,on en garde l esprit,et on meurre avec.  signé Robert Blanchemin


Re: Nos valeurs par blanchemin le Mercredi 08/04/2009 à 22:11

il est evident  que s il y a des choses de bien ecrites il n en demeure pas moins vrai que sous couvert des valeurs se cachent des personnes qui abusent de leur position dominante pour ecraser des mariniers plutot faibles intelectuellement mais qui n enleve rien a leurs capacités professionnelles et tant que des mariniers illetrés(ca a  existé)gagnaient plus que les employés de bureau,forcement ca enerve,mais c est d abord aux mariniers de lutter pour se faire respecter a tous les niveaux,et pour ce faire d abord faudra t il etre respectueux de tout ce qui nous entoure et etre irreprochable dans notre facon de nous comporter que ce soit dans le travail ou son environnement.ca passe par la formation et des etudes qu on le veuille ou non,si a une epoque on pouvait embarquer des douze ans et meme avant pour les plus vieux d entre nous sans aucune formation et etudes,force est de constater que ce temps doit etre revolu pour le bien des jeunes qui vont arriver dans le metier mais surtout pour le metier lui meme.et dans ce contexte qui peut mieux que quiconque former des jeunes si les vieux ne transmettent pas leur savoir acquit sur le tas par la pratique car c est bien la que s apprend la conduite,il n y a pas de meilleure ecole.c est mon point de vue et ca n engage que moi.si auparavent on pouvait se permettre d envoyer au casse pipe des jeunes a peine formé parce qu on avait grand besoin de main d oeuvre et qu on hesitait pas a les bombarder d un pseudo grade ronflant, quitte a les humilier en les cassant a la premiere incartade ca se doit de cesser pour le bien de tous.et si ca a pour consequence  d extirper les deboires de certains comme vu tout recemment dans  les derniers commentaires,qu il soit salarié ou artisan personne n a interet a ce qu un des deux disparaisse.en quarante sept ans j ai ete temoin de plein de choses bonnes et mauvaises mais force est de constater que ca a plutot evolué dans le bon sens et ce qu on peut regretter aujourd hui c est qu il ne reste plus beaucoup de monde pour profiter des changements intervenus pendant toutes ces années et c est bien dommage mais peut etre que la voie d eau se re peuplera en se develloppant a nouveau!!!!et pourquoi pas.


Re: Nos valeurs par fluviatilus le Vendredi 10/04/2009 à 17:19

fluviatilus salut à tous,
Je ne souhaitais pas dire que nous avons mal agit par le passé, non, mais nous avons eu une époque facile, dans laquelle nous pouvions vivre de notre métier sans avoir à ce faire de gros soucis. Tu parles de gens qui ont tendance à monter sur la tête des autres, mais cela existe dans toutes les coorporations..Ce que je souhaitais faire comprendre c'est que notre beau metier a évolué, nous n'avons plus des "baquet d'bo" mais des chalands à moteur ultra moderne, bourrés de technique, nous n'avons pu des revenus de misère, mais, lorsque le travail va bien nous gagnons très bien notre vie, et, les salaires sont devenus excellents par rapport à terre. Qui gagne 3000 à 3500€ à terre? Pour ces raisons , nous devons aussi montrer à ceux qui nous critiques, ou qui nous opposent le fait que la pluspart d'entre nous n'avons pas fait d'études, que nous pouvons nous améliorer, leur prouver la valeur ajoutée de ce savoir faire. Nous devons faire admettre aux entreprises que lorsqu'ils embauchent un capitaine, ils embauchent une personne de valeur et non un "pénichier"...  Ce mot restant dans leur tête sinonyme de romano de l'eau...
Nous convenons tous, que notre savoir faire, qu'il soit transmis par l'ancien, ou par un autre capitaine, est une formation de grande qualité et une valeur ajouté pour l'avenir. A nous de prouver que nous en sommes digne, en nous remettant en cause, en nous formant( cela n'a jamais tué quelqu'un), en devenant de vrai chef d'entreprise ou cadre . Ensuite, nous arriverons à faire admettre le bien fondé de nos salaires ou revenus. Nous arriverons à nous faire respecter par les autorités, si nous les poussons à nous reconnaître et à reconnaître notre métier. C'est là-dessus que nous devons travailler dans les années à venir, pour notre métier et pour nos enfants. De plus n'oublier pas que nous sommes en Europe, donc que l'espace de jeu s'agrandit...
bonne navigation à tous
fluviatilus


Re: Nos valeurs par marc debeer le Vendredi 10/04/2009 à 17:45

Fluvialius ...Bravo et bien écrit....résumé parfait...
et pour ceux qui souhaite en savoir plus sur les filières de formations et avoir des infos
utiles sur les différents aspect d'un métier qui est plus diversifié que l'on croit une très bonne
adresse (pour la France) ENTREPRENDRE POUR LE FLUVIAL
http://www.entreprendre-fluvial.com/entreprendre-fluvial-missions.html 

N'hésitez pas à demander des infos, l'équipe feras le maximum pour vous informer


Re: Nos valeurs par fluviatilus le Vendredi 10/04/2009 à 18:02

fluviatilus bonsoir,
merci de tes commentaires, je viens d'aller voir ce site et il est très intéressant..C'est dans ce sens qu'il faut aller.
Jusqu'à maintenant il n'existait pas grand chose pour se former, ou de remettre à niveau, j'espère que c'est dans ce sens que cette association se développe, si c'est le cas alors bravo...
Je garde cette adresse...
amicalement
fluviatilus


Re: Nos valeurs par marc debeer le Vendredi 10/04/2009 à 18:32

Merci de ta réponse.
En effet EPF qui est dirigé de main de maîtresse par Madame Danièle Rouganne
voir l'article http://bab.viabloga.com/news/5-questions-a-madame-danielle-rouganne
à pris les écluses par les portes  et au bout de 2 ans de travail acharné les résultats commencent à se voir.

De mon coté, quand j'ai commencé à publier sur BAB (août 2005) j'ignorais ce qu'était la batellerie, depuis je me suis totalement engagé car pour moi le transport par voie d'eau est devenu l'une des meilleurs clés de la logistique.
A travers nos articles c'est plus qu'un hommage et un simple intérêt historique que l'on rend aux mariniers, c'est aussi de faire en sorte que ces métiers soient connus du plus grand nombre et ainsi d'attirer les jeunes vers cette filière pleine d'avenir.
Rien n'est facile mais tout est possible....
reste à faire connaître BAB au plus de monde possible, car c'est plus qu'une simple porte d'entrée, c'est 
le meilleur moyen d'assurer la promotion du monde fluvial...

mon association MAISON FLUVIAL qui du reste travaille avec EPF va lancer pour la rentré scolaire 2009 / 2010 un vaste programme d'initiation auprès des écoles à Lille dans un premier temps et ensuite ailleurs.

Marc debeer

  


Re: Nos valeurs par blanchemin le Vendredi 10/04/2009 à 18:45

effectivement ca me semble interressant pour la profession,mais auront ils les moyens d oeuvrer efficacement puisqu aujour hui tout est une question d argent???mais pourquoi pas!!!il faut aller de l avant et c est une possibilité qui s offre au metier et aux hommes en particulier.dans mon commentaire precedent quand je parlais des salopards bon c est peut etre un peu fort  mais il y a longtemps un patron nous voyait avec une bande de caisse enregistreuse qui defilait,a un autre niveau les cols blancs nous enviaient nos salaires et ca c est la verité,d autres avec une fonction de chef de marine embauchait n importe qui pour boucher un trou au detriment de la qualite,dans les annees 60 j ai vu des gamins embauches qui foutaient le camp apres huit jours de dur travail ils avaient assez gagné pour se payer une mobilette,dans d autres services ce sont des employés qui avaient une activité contraire a l étique de l entreprise avec des margoulins qui eux aussi travaillaient a la voie d eau et venaient dans les bureaux avec des enveloppes bourrées de billets,je l ai vu de mes propres yeux et il a fallut la colere des salariés  pour se defaire de ces pratiques condamnables.ils parvenaient a creer des micros societes concurentes en rachetant tout ce qui pouvait flotter,les reglements permettaient beaucoup de choses a cette epoque.moins aujour hui et c est heureux.les pauvres gars qui travaillaient pour eux n avait rien de social sinon la porte pour seule fin.et oui tout change et c est bon pour le metier,c est surtout bon pour le materiel qui a bien evolué,ca en avait plus que besoin,l infrastructure aussi a suivi meme s il y a encore des choses a dire et a faire,mais comme tu le dis gardons a l esprit que nous sommes dans l europe et il ne faudrait pas que demain ca tourne au vinaigre avec des nations a plus faible revenus et contrat social absent,le tout couronné d une legislation en deca de ce qu il faudrait pour vivre en parfaite harmonie.


Re: Nos valeurs par marc debeer le Vendredi 10/04/2009 à 19:37

Blanchemin
J'ai connus ça aussi....et c'est aussi pour cela qu'il faut garder un niveau supérieur sur le plan des formations et de l'accès à la profession, il faut être vigilant sur l'arrivée sur le marché d'une batellerie Low coast venue des pays émergent ex pays de l'est voir plus si l'europe s'agrandit.
Des pays comme la Hollande, l'Allemagne, la Belgique et la France (et j'en oublie) ont une tradition batelière forte et une culture fluviale bien ancré, c'est cette tradition au sens du passage et du transfert du savoir qu'il faut préservé et valorisée auprès des jeunes..

Du reste j'en profite car cet article est un vecteur d'idées, de lancer un appel aux profs (région de Lille)
pour constituer une équipe de réflexion sur une action en milieu scolaire.


Quand au reste des intervenant ici, continuer à vous exprimer, il y à des choses fortes intéressantes dans vos écrits.

cordialement
marc  


Re: Nos valeurs par fluviatilus le Samedi 11/04/2009 à 00:09

fluviatilus tu as raison et tes commentaires ne sont pas trop fort, j'ai connu les même, qui embauchaient des mahgrebins, des turcs, ou des Croates , je te parle là des années 60..! Pourquoi? des salaires misérables et il fallait rester toute l'année à bord..!!alors oui dans les compagnies, on bouché les trous. La différence c'est qu'à cette époque les capitaines formaient les matelots capables et arrivaient à créer une relève, une suite pour continuer le metier. De nos jour cela à bien changé , les capitaines estiment que ce n'est plus leur boulot de former, l'excuse c'est "nous ne sommes pas payés pour cela"?? Dans le temps non plus , mais cela faisait parti de nos traditions,, moi j'ai été formé par mon père, comme beaucoup d'entre nous.
Résultat du laissé aller de ces dernières années, la relève n'est plus là, enfin je parle bien entendu de personnel capable , et non pas de capitaines d'opérette, formés dans des copagnies low cost en salaire, qui aiment avant tout leur galons et leur chemise blanche, pensant que c'est cela qui les rends plus grand. Non je parle d'hommes capables et responsables. De plus, là dessus, est venu se coller le baby boom, cette période pendant laquelle nos anciens ont fait les fous...!!! et maintenant leurs enfants prennent la retraite tous en même temps, quel manque de tacte..!! Mais qui avait prévu cela? les compagnies ..ho non ils avaient autre chose à penser...nos ingénieurs de la navigation..? bien trop occupés ils étaient..!! nos capitaines, ils n'étaient pas payés pour cela..! alors et bien comme tu dis, nous sommes confronté maintenant à ce qui se passe dans d'autre corporation , on embauche dans d'autre pays de l'Europe et c'est légal. Le premier capitaine Hongrois est arrivé sur la Rhône et même si le règlement dit qu'il doit parler français ou avoir un interprète, il est là et bien là...avec un permis Rhénan, sans que nous nous puissions faire l'inverse..?? Tout le monde à une responsabilité en vers la situation dans laquelle nous nous trouvons et maintenant il est temps de redresser la barre , si non, nos enfants vont terriblement souffrir. L'excuse de ceux qui embauchent ces hommes , nous ne trouvons plus de capitaine français..???Oui l'heure est grave et nous devons montrer que nous souhaitons prendre notre destin en main et non pas laisser cette tache à des bureaucrates ou technocrates, qui ne connaissent rien à ce beau métier. Il existe plein de lobbies à Bruxelle qui court de bureau en bureau pour faire entendre leur voies, nous devrions en faire de même...car c'est là que tout se joue..!!!
amicalement
fluviatilus


Re: Nos valeurs par trinidad le Jeudi 09/04/2009 à 21:14

il est un message signé blanchemin du 30 12 08 ce n'est pas une invention de trinidad mais je ne tiens pas laver le linge sal sur bord a bord :blanchemin fait du recul:mea culpa mais bordabord affiche ce qu'ils veulent et retire ce qu'il veulent car celui de blanchemin du 08 04 09 est resté c'est une preuve :je ne vie pas de ça:je pars voir de vrais amis qui ne veulent meme pas aller a bordabord car ce n'est pas de la democratie et salut :j'ai pas besoin de bab


Re: Nos valeurs par BaB le Vendredi 10/04/2009 à 05:35

BaB Ecoute Trinidad, si tu n'es pas d'accord avec ton propre message j'en perds tout sens de la logique.
Tu cite une personne qui te répond posément et puis tu l'insulte (cf. messages censurés).
Merci de règler vos différents en privé !

La démocratie cela se respecte et elle a ses propres règles de dignité : l'on peut dire tout mais pas n'importe comment...


Re: Nos valeurs par fluviatilus le Mercredi 04/03/2009 à 18:24

fluviatilus bonsoir,
je viens de recevoir des nouvelles , concernant la mise en valeur des permis de navigation, cela est à l'ordre du jour au niveau européen, et dans les mois qui viennent cela devrait prendre corp, espérons le..!!!
fluviatilus


Re: Nos valeurs par andré le Jeudi 11/06/2009 à 01:00

andré D'accord avec vous le ou les métiers s'apprennent en suivant une formation le plus prés possible de l'outil
de travail que l'on doit pratiquer. Nous sommes devenus des mariniers mais pas sur le banc d'une école, c'est 
avec les parents en numéros un et second il fallait travailler pour avoir de l'argent. Actuellement et je vois cela
à l'école de mariniers d'ELBEUF sur 30 participants il n'y en aura peut-être 5 qui seront un jour capitaine de bateau,
les autres finiront grattes papiers dans un bureau à genévriers ou au havre et peut- être dans un pays de l' Europe.
Je connais quelques uns de ces jeunes, certains depuis un an et demi n'ont jamais franchis une écluse et ils ne sont
qu'au stade de rechercher un stage pou faire 100 jours comme apprenti sur un pousseur, frecynet ou autres.
Mais aucun marinier ne veut s'engager car les malheureux étudiants qui ne viennent pas du milieu fluvial, ne savent 
pas amarrer un bateau ou encore moins se servir d'une corde. Personne ne leurs apprends, question théorie il sont
au top, bac ....cap....brevet la chose qu'ils ont acquits cette année c'est le certificat ANFR....... 
Le bateau pousseur le CYGNE n'est qu'un leur, de la poudre aux yeux pour démontrer qu'il y a des débouchés sur le
la navigation, c'est vrai qu'il faut des jeunes pour la relève mais des personnes qui connaissent le métier.
Moi lorsque j'ai embarqué à 14 ans je ne savais pas faire cuire un oeuf ni recoudre un bouton et j'étais le plus jeune
d'une équipe de 8 hommes, sur un ravitailleur dans le port du havre .....mon emploi matelot, cuisinier et faire les courses
et pour finir on travaillé jour et nuit, je comptais les heures ou je dormais. Pour conclure aprés passage sur les pousseurs
sans diplôme à 18 je passais le permis pro et conduisais un pousseur de 176 mètres.
Conclusion je souhaite bien du courage à nos apprentis mariniers, peut-être un jour il faudra dire agent comme les
personnes qui ont fait leur vie proffessionnelle à terre.
André.


Re: futurs mariniers par andré le Vendredi 10/07/2009 à 04:38

andré bonjours, je ne me suis pas trompé malheureusement l'année vient de se terminer au centre de formation d'elbeuf et le résultat, les jeunes qui ne sont pas mariniers n'ont pas de stage. Pas de rénumération et pour d'autres après un entretien avec les employeur du fleuve SEINE et ils ne sont pas si nombrreux, ils n'ont pas le profil . 
Les psi du centre ne pouvaient-ils pas en début d'année les avertir que l'on ne devient pas marinier à 20 ans si l'on n'a pas vécu une jeunesse avec des parents sur un bateau. Cela est valable pour tous les corps de métiers, lorsque certain de nos dirigeants parlent d'industruies c'est très bien mais ils oublient que dans notre pays on ne forme plus de tourneurs, fraiseurs et rectifieurs je serai curieux de savoir si dans les  lycés il y a un jeune qui sait se servir d'une mortaiseuse ou si il sait au moins à qu'elle usage sert cette machine.
Nous n'avons plus d'entreprises de dépannage les ouvriers sont devenus des changeurs d'organes( pièces ) et comme on ne sait plus faire, les pièces sont retouchées ou refaites à l'étranger. En allemagne ou en pologne ils ent compris, l'industries et les petites entreprises ne connaissent pas la crise excepté le secteur auto, mais restons sur l'eau. Il y a trop à dire mais c'est regretable de voir notre savoir faire disparaitre..........
André.......



Identification

Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Identifiez les nouveaux articles et commentaires, signez les, et plus !

S'inscrire

Dernières publications en images

Ordre de couler L'EMPEREUR DE LA MEUSE

GENS DE L'EAU A SAINT FERREOL

INONDATIONS DE VILLENEUVE-LES-BEZIERS LE 23-10-2019

Remorqueur et Chalands

MISE AU SEC DE LA MARIE-THERESE

BEN D'OR à Béthune

HOMMAGE A MONSIEUR MICHEL SERRES

L'histoire du bâtard ASTER

Un nouveau livre : Photos de Charles Fiquet dit "radar"

L'hiver 1929 a été froid (3e partie)

L'hiver 1929 a été froid (2e partie)

L'hiver 1929 a été froid (1re partie)

Barragiste sur la Petite-Saône, dans les années 30

RENOVATION DU PONT-CANAL DU CACOR

Mystère à bord

Un lundi de janvier 2019 à Varennes-sur-Seine


Sites Incontournables

    
 






Rubrique courante


Recherche