S'identifier - S'inscrire - Ecrire un article - Contact

Annonce

NOUVEAU Bord à Bord - FLUVIAL Changement d'Administrateur
Objectif : Articles appronfondis et argumentés sur la Batellerie tels devoirs de mémoire (histoire) ou Actualités
Souhait : Complémentarité avec les bonnes informations, mais succintes sur les groupes batellerie de Facebook, et celles pointues des sites incontournables spécialisés.

Mon enfance sur le BONE

A la recherche de mes Ancêtres

Par T-Charly • Divers • Vendredi 18/01/2013 • 12 commentaires  • Lu 3222 fois • Version imprimable

  • Currently 5/5

Note : 5/5 (2 notes)

Je me présente ; fils de batelier né en 1947, j’ai passé mes premières années sur la péniche le « BONE » de la compagnie HPLM et dont mon Père était le Capitaine.

Il y avait d’autre bateau que nous croisions de temps en temps ; je me rappelle de son bruit de moteur caractéristique (un Bolinder), c’était le « Saint Raphaël ».

Mes Parents ont débarqué, milieu 1957 pour que je puisse aller à l’.

Nous avons navigué de Strasbourg à Lyon puis au Havre, puis Anvers en passant par l’, La et la . Je fus le plus jeune personne à barrer la péniche : à l’âge de 8 ans, bien sur avec la surveillance de mon Père.

Nous avons emprunté presque toutes les voies navigables du Nord et de l’Est de la France ainsi que celles de Belgique, nous sommes même passés par l’ des Frontinettes près de Arque (62).

Nous avons eu des problèmes liés à la navigation, tel que :

Prise par le froid dans le massif des Vosges, nous avions 15 à 20 cm de glace tout au tour de la péniche, il fallait la casser tous les jours afin ne brise la coque ; c’est ma Mère qui s’y attelait avec une cognée.

Lors d’une escale au d’Anvers une nuit de tempête, le vent et la marée étaient si fort que la péniche à taper sur le faisant un trou d’environ 60 cm de diamètre dans la salle des machine ; heureusement que nous venions de décharger la marchandise, car sinon nous aurions coulé.

Au croisement d’une autre péniche, dans un vers Auxerre nous avons racler sans le savoir le fond (la digue s’était effondrée), arrivé à l’ donnant sur la petite , mon père constata que nous prenions l’eau, là, branlebas de combat, Pompiers avec une armada de pompe, une grue hydrauliques (les premières « Poclain ») pour décharger une partir de cargaison (du blé !). Il y avait un trou de 40 x 50 au fond par lequel entrait environ 5 tonne eau à l’heure, ma Mère à sauté dans la cale avec une pelle pour déblayer ce trou. Un charcutier voisin nous a donné un morceau de couine de porc pour colmater la fuite.

Maintenant j’ai presque 66 ans, et j’aimerai retrouver mes Ancêtres, car d’après les dires de mon père, il était la 8ème génération de batelier, or je n’arrive pas à reconstitué son passé.

Si vous pouvez m’aider, je vous en serai gré.

D’avance MERCI


Commentaires

par mati le Vendredi 18/01/2013 à 17:33

Les souvenirs nous aimons ici!

Voici une carte postale du BONE, vous l'aviez certainement déjà vue?

                                         


Sur cette photo, je ne sais pas s'il était encore HPLM ce marocain de 1928,
construit à Choisy le Roi .

Quelqu'un nous dira peut etre ce qu'il est devenu, je ne sais pas!

Guy BaB IdF



Re: par T-Charly le Vendredi 18/01/2013 à 20:13

Je vous remercie de cette belle photo, mais je crois que ce si c'est bien le "BONE" il à bien changé.
Celui dont je parle était beaucoup plus entretenu et avais un tas de pièces qui n'apparaisent plus tel que ; des sautelles afin d'atteindre les rives sur les rivières, une barque avec sa grue en cas ou, l'ancre à l'avant et plein d'autres petits détails qui sont un peu flous aujourd'hui (c'est l'age).
La pénice était une Fressynet de 39,5 x 5 mètres pouvant tranporter à peut près de tout (vrac, sacs, colis ...) jusqu'à environs 380 tonnes.

Je suis quand même content que certaines personnes ont lu mes souvenirs.

Je suis à votre disposition si vous avez besoins de renseignements complémentaire.


Re: par BOA le Samedi 19/01/2013 à 09:00

BOA Bonjour "T-Charly" ,

Oooooh ! Bravo pour ce résumé d'une vie d'enfant de batelier. Et comme je vous comprends !!!

J'ai connu le même parcours que vous, exactement aux mêmes dates (1947 et 1957) . Mon père a débarqué pour la même raison que le vôtre (nous étions 3, 4 ensuite, à devoir aller à l'école). La seule différence c'est que notre bateau de bois ne permettait malheureusement pas les mêmes voyages.

Par contre, votre récit ne m'est pas étrangé non plus tant les autres membres de ma famille qui avaient des bateaux de fer ont raconté de semblables histoires autour de la table dans notre minuscule cabine.
Au lieu de tenir le macaron, j'essayé déjà l'amintot (barre de gouvernail) ou j'accompagnais mon papa qui halait le bateau à la "bricole" (à col d'homme) sur le chemin de halage de la Lys ...........
 
Peut-être avez-vous été pensionnaire à l'école Ernest Couteaux de Lille, ce qui ajouterait un élément de plus à ces coïncidences !

Enfin, comme moi, vous êtes en quête de ce passé dont vous n'avez rien oublié semble-t-il, malgré les années passées.....................
 
Cette vie-là peu ordinaire, ne vous quittera jamais, tant tous vos sens en sont imprégnés dès la naissance.

Je vous souhaite bonne chance dans vos recherches.
Bien cordialement.
BOA

P.s. Aujourd'hui il existe une abondante littérature bien illustrée, très souvent de grande qualité documentaire et bien sûr sur la H.P.L.M. également. Cela vous rapellera au moins l'ambiance de l'époque.
Si vous êtes nouveau sur ce site, vous apprécierez les articles et commentaires de la part de nombreux passionnés. 


Re: Même >> "cursus".......... par p boum le Samedi 19/01/2013 à 13:08

 45 ps/Bolinders

Pourla "musique" (web) javascript:void(0);/*1358888869930*/

Autre Modèle:  mais même ...   MUSIQUE

Reversible:  boule "chaude".  slts  p.  boum



Quel plaisir de partager ! par T-Charly le Samedi 19/01/2013 à 22:09

Bonsoir BOA,

Si je comprends bien vous devez être en retraite, mais qu'êtes-vous devenu après ce débarquement forcé.
Pour ma part, je n’ai commencé ma scolarité à 10 ans 1/2, le 3 octobre 1957 en CE1 (je savais a peine lire et en encore moins écrire), puis l'année suivante je suis passé en directement en CM1 puis après en FE, car je n’ai pas pu aller au lycée (motif : je n'avais pas assez d'école).
A cause de cela je n'ai pas pu faire se que j'aurai aimé faire : Architecte.

Lors du conseil d’orientation, j’étais souffrant, et des personnes soi-disant psychologues m’ont inscrit dans un Collège commercial option comptabilité. Je ne savais pas à cette époque que cela existait.

J’ai fait avec, même si mes 2 premiers jobs ont été : à 18 ans, Employé de banque (pour attente d’aller à l’armée), puis à 21 ans Employé au service approvisionnement de Jouef (aujourd’hui disparu).

Dans cette firme j’y ai rencontré une jeune fille qui est devenue mon épouse et qui y est toujours, alors pour essayer de m’en sortir, j’ai repris du service dans la Comptabilité.

Voilà, et vous ?

T-Charly

 


Re: par mati le Samedi 19/01/2013 à 09:43

 Oui le BONE en photo n'est plus du temps HPLM,

vOICI ses caractéristiques à sa sortie de Choisy le Roi en1928
-38,60m sur 5,06m
-318,45t à 2,26m      (peut etre 380t à l'enfoncement maximal,  en basse seine peut etre.)
-moteur BOLINDER de 45cv
-matricule P10470F

Guy BaB IdF


Re: par T-Charly le Samedi 19/01/2013 à 22:21

Je vous présente mais plus plates excuses dans les dimensions que j'ai annoncé.

Pour la longueur c’est bien 38,60 m et non 39,50 comme j’avais indiqué.

Pour la largeur, je savais que c’était 5 mètres et des bricoles mais les souvenirs s’estompent.

Quand au moteur – un Baudouin – il était de 60 cv, mais avait été bridé à 45 cv pour que la péniche ne soit pas réquisitionnée pendant la 2ème guerre mondiale.

De plus je me rappelle maintenant que le nom de la péniche s’écrit avec in accent circonflexe sur le « o » soit BÔNE (Ville d’Algérie).

T-Charly


Re: par gaetan le Mardi 22/01/2013 à 09:38

vraiment sympa ce petit résumé sur votre enfance a bord, a vous lire je me suis retrouvé moi aussi a réponse a cette époque d' une partie de ma vie que quoi que l'on fassent on ne peut oublier.
j'ai vécu un peu la même chose, scolarisé très tard puis la vie a terre qui pour nous n'est pas chose facile surtout quand nos parents nous on appris ce métier très jeune, je me souvient des nombreux voyage que je faisait aussi bien avec mes parents ou mes oncles, étant le premier garçon de ma génération tous voulais m'emmener temps d'un voyage mais le retour chez les parents ne ce ferais que lors de la prochaine rencontre des deux bateaux donc très aléatoire et indéfinie dans le temps, mais cela ne me déranger pas.
par contre je suis plus jeune que vous je suis de 58, je n'ai pratiquement connue que des automoteurs mise a part les chalands sur la seine qui eux étaient toujours tracter très souvent par des remorqueur ou d'autre bateaux, mon père a pratiqué le remorquage avec le carentan (ancienne péniche de débarquement appelé poisson chat) il mon a bien souvent parlé.
mon parrain avait le même bateau que le BÔNE, l'EGASEL un marocain l'ancien tombouctou, je me souvient que ce bateau avait ce que l'on appel une barre inversé (tourné le macaron a gauche pour allé a droite et vis versa) je me souvient que cela ma value quelques déboire lorsque j'étais au macaron, et un moteur bolinder qu'il a changer par la suite contre un volvo le progrès que d'apprécier le plus avec cette nouvelle motorisation c'était la commande de l'embrayage et de l'accélérateur, deux petite manette du genre de ceux qui équipe les bateaux de plaisance, sur le M.C.A nous avions encore cette grande barre de 1,20m pour l'embrayage qu'il fallait maintenire avec la fesse lors de la marche arrière sinon elle sauté a chaque fois.
les entrées d'écluse a vide avec M.C.A avec ses cuves rapportés visibilité néant ajouté un vent latéral, je dirais que du bonheur, a oui je ne vous est pas dit le M.C.A est un tamsa de 1931 qui appartenais a la famille Pibault avec le quel nous transportions des hydrocarbure pour union normande. 
j'ai fait la connaissance l'an dernier d'une famille de marinier lors d'une maintenance qu'il effectuait aux chantier de Mulhouse ci je dit LAKONIA beaucoup sur ce forum voit de qui je parle, il ma invité a son bord lorsque les travaux étaient terminé pour allé de Mulhouse a Ottmarsheim, bien sur Richard ma proposé le macaron, je crois que j'ai éprouvé les même joie qu'un enfants qui ouvre ces cadeaux de Noël.

P.S: EGASEL c'est l'envers de mon nom Lesage   


Re: par T-Charly le Mardi 22/01/2013 à 11:09

Merci Gaëtan,
Je vois que les souvenirs intéressent beaucoup de personnes.
Vous me parlez de l'ESAGEL, je ne sait pas pourquoi, mais ce nom m'interpelle !
Par contre connaissez vous des Duvinage, car mon père étaiait la 8ème génération de batelier, et ils ont dû croiser un nombre conséquent d'autres mariniers comme lui.

J'essaierai de retrouver quelques photos de l'époque pour les mettre en ligne.

Bien à vous.

T-Charly


Re: par gaetan le Mercredi 23/01/2013 à 08:59

bonjour,
non je ne me rappel pas avoir entendu ce nom mais comme je vous l'ai dit je suis plus jeune que vous, mes souvenir les plus ancien remonte je crois a l'hiver 62 nous étions pris des glaces a saverne pendant trois mois il y avait avec nous un autre bateaux un gros numéro l'EGYPTE dont je crois que mon oncle était propriétaire ( Houliez) et nous nous avions alors le GENYVO une flûte.

je vois encore mon paternel casser la glace autour du bateau tous les matin avant d'aller travaillé a terre, car étant artisan les traites continuer de tombé resté trois mois sans revenu n'était pas possible, il avait trouvé un job comme livreur de charbon, comme quoi la vie de batelier n'est pas toujours un grand fleuve tranquille. j'avais alors 4,ans et demi mais je mon souvient très bien. 

maintenant il ne me reste plus grand monde a qui je pourrais poser des questions beaucoup ne son plus là.
a ceux qui me lise je suis a la recherche d'info sur le bateau ODI le dernier bateau que mon grand père a eu Julien LESAGE en tant que contre maitre je crois, sur le quel il est décédé en 1960   


Re: par trinidad le Samedi 26/01/2013 à 09:57

bonjour:avez vous connu mon beau pere Marcel GADIOLET surnommé pere la pipe:je suis marié avec une de ses filles et il m'a beaucoup parlé de bolinder :ma femme a bien connu ça  et il etait sur le royan et avant sur le marne :quand a duvinage j'ai connu un Mario DUVINAGE que j'ai connu a l'armée en 65 a METZ 2eme genie:


Re: Réalités et Suites "réelles" pour la reléve .......... par p boum le Mardi 22/01/2013 à 17:40

Très bel "exposé" des évenements de cette époque: arrêts nombreux du métier et conséquences personnelles/professionnelles.

Il ya une similitude entre les "Paysans et les Bateliers"  très attachés a leurs valeurs et leurs "mérites" reconnus et appréciés par Tous.

A partir des années  50 des changements structurels sonr advenus: sortie "pénuries" (après-guerre) scolarisations (pensionnats) etc et de suite; 2/4 ans Service-militaire: 18 a 30 mois :  DONC un "vécu-réel" en dehors du cocon familial et "isolé" avec des "visions" élargies; Les Filles (S. M hors cause) ont été les premieres a rester "a-terre" (campagnardes: en Ville) avec et en accord avec le Souhait des Parents;  c'est a cette époque après le S M qu'une grande partie des Garçons a été dans le même cas:  en + le coté financier- présent>> s'établir ?? !! la décision d'être Salarié (dit contremaitre) pas dans les moeurs mentalité pas ouverte  >>  autant aller a-terre: je ne subirais plus (ni mes enfants-compagne) les contraintes que mes Parents ont vécu. NOTA: le monde Paysans: mêmes reflexions/décisions:    

Un "domaine-ferme"  / Un bateau: >>>  plusieurs Enfants >>>  gestion en la matiere::  sans réponses  d'autant que l'évolution technologique  supprimait ...disons la main-d'oeuvre "nécessaire". CAS aujourd'hui dans le monde-salarié/économique.......

Les B - A  ( Coopératives chez Paysans) n' ont pas "permis" une prise en main de la "valorisation" de l'activité qui  a de ce fait "produit" que des Excécutants :  TRèS estimés pour leur travail par les Affrèteurs et les Clients. ( mais pas de relations-directes avec les Décideurs).

Dans un monde de compétitions, une " reconstruction" s' avère "problématique surtout en comptant sur un "gestionnaire" dont ce n'est pas le rôle et de ses compétences .

Un exposé avec/dans sa version "ressentie" n'est pas peut'etre une relation que chacun admet: la discusion reste ouverte/souhaitée.

Comme "remarqué" a juste titre par un Ex-pro l'investissement pour un bateau >>doit etre remboursé:: longue période......pépins Santé/Techniques ?.

slts  p.  boum



Identification

Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Identifiez les nouveaux articles et commentaires, signez les, et plus !

S'inscrire

Achat/Vente


Dernières publications en images

15 OCTOBRE 2018 : INONDATIONS DANS L'AUDE (3 et fin)

Toujours l'écluse de Neuilly-sur-Marne

15 OCTOBRE 2018 : INONDATIONS DANS L'AUDE (2)

15 OCTOBRE 2018 : INONDATIONS DANS L'AUDE (1)

Sur la passerelle des écluses de JANVILLE

REPAS GUINGUETTE le DIMANCHE 18 NOVEMBRE 2018

BRIARE : Un berrichon prend la route pour Vierzon

RENTREE DES CLASSES

Les VENELLES de SAINT-MAMMES

Incident au chantier de Sète

Croisement à l'écluse de garde de FROMONVILLE

Mes 2 Dernières TOILES

LES 3 ECLUSES DE CASTETS-EN-DORTHE

Barrage de Champagne-sur-Seine

Recherche historique Ecluse n° 53 entre canal latéral et Garonne

LE LIBRON BLOQUE LE CANAL !


Sites Transports Fluviaux


CNBA
 

Recherche par tableau


Sites Incontournables

    
 






Rubrique courante