S'identifier - S'inscrire - Ecrire un article - Contact

Annonce

NOUVEAU Bord à Bord - FLUVIAL Changement d'Administrateur
Objectif : Articles appronfondis et argumentés sur la Batellerie tels devoirs de mémoire (histoire) ou Actualités
Souhait : Complémentarité avec les bonnes informations, mais succintes sur les groupes batellerie de Facebook, et celles pointues des sites incontournables spécialisés.

Hivernage

Ou la période d'hibernation pour les plaisanciers

Par alaro11 • Premiers pas sur l'eau • Mardi 01/12/2009 • 1 commentaire  • Lu 4648 fois • Version imprimable

  • Currently 4/5

Note : 4/5 (1 note)

Bonjour,

Lorsque je dis que les plaisanciers hibernent, ce n'est pas une généralité, mais une fois les bateaux tirés à sec pour les uns ou bâchés pour d'autres ou encore revenus à leur emplacement d'hiver pour les logements, il faut bien reconnaître que peu d'entre-nous posent encore les mains sur la barre ou le macaron. Ceux qui ont leur bateau tiré au sec et à l'abri, vont en profiter pour gratter, poncer et préparer la saison prochaine, les autres, et bien ils vont mettre à profit cette période de transit pour lire, se documenter, rêver en courant les salons nautiques ou simplement ne rien faire, ce qui est aussi une activité.
Moi, je mets à profit cette période, et c'est la raison pour laquelle, je l'avoue, je n'ai rien écrit depuis quelques temps, je met à profit cette période disais-je pour préparer mon examen SRC à l'IBPT, soit, l'examen du "Short Range Certificate" qui aura lieu demain après- au siège de l'IBPT à Bruxelles.
Pour la navigation fluviale, il ne sert à rien de passer ce brevet, puisque le brevet VHF simple est amplement suffisant pour utiliser une VHF à bord. 
Mais pour ceux qui, comme moi, ont un bateau "mer/rivière, il est indispensable de passer ce brevet, afin de pouvoir utiliser une radio VHF-SRC.
A quoi ça sert? 
Comme je l'ai dit, en fluvial, avec ce brevet vous pourrez utiliser la VHF, normal puisque c'est un brevet supérieur au brevet VHF simple.

Mais la grande différence entre une VHF simple et une VHF-DSC, c'est que la seconde est conçue pour envoyer des messages d'alerte préformatés, genre de "SMS" que la radio va envoyer sur le 70 (qui je le rappelle est interdit d'utilisation en eaux intérieures, ainsi que les "Dual Watch") à la station côtière la plus proche qui va vous rappeler et organiser les secours. 
Autre avantage, c'est que toutes les stations de bateau qui ont capté ce message vont se placer automatiquement sur le 16. 
Le brevet vous autorise également à utiliser un "SART" (pour Search And Rescue radar Transponder), ce qui veut dire en bon français, Transpondeur radar de recherche et de sauvetage.
Qu'est-ce que c'est que ce machin? Me direz-vous?
Cet appareil est un émetteur récepteur automatique qui réagit lorsqu'il est "éclairé" par le signal radar émis par un bateau ou un aéronef participant à votre recherche, il doit évidement se trouver avec vous dans l'embarcation de survie, enfin sur l'embarcation, le plus haut possible, il sert à vous localiser avec exactitude, enfin avec beaucoup d'exactitude, à l'aide d'un radar. 
Sur l'écran radar, il apparaît comme un trait d'un mile nautique de long,  de la base duquel partent des cercles concentriques qui deviennent cercles complets au fur et à mesure que le bateau ou l'aéronef de recherche s'en approche.
Donc, pas un équipement utile pour faire le de , mais indispensable si vous comptez vous rendre en Corse après avoir descendu le .
Avec le brevet SRC, vous aurez aussi le droit d'utiliser et d'acheter un "EPIRB" 'pour (Emission Position Indicating Radio Beacon) ou Bouée radio d'émission de position. 
Cet appareil sert à donner votre position également, mais la différence est qu'il émet seul, une fois activé, en direction de satellites de deux types. 
Les premiers sont en orbite basse, ils "voyagent" donc autour de la terre et calculent votre position par sondages doppler avec une précision de +- 20 miles nautiques, soit +- 37 km. 
Les seconds sont géostationnaire, ce qui veux dire qu'ils tournent à la même vitesse que bonne vieille planète et donc, sont "immobiles".
Ceux-là vont aussi recevoir le signal émis par votre EPIRB sur 406,025 MHz, signal qui contiendra le nom de votre bateau, mais aussi, si votre appareil est équipé d'un GPS, votre position avec une précision de quelques mètres, ce qui est vraiment plus intéressant. 
Les satellites vont retransmettre ces renseignements à un "LUT" pour (Local User Terminal), qui se trouve à Toulouse et qui va lui envoyer ces données à une chaîne de sauvetage composée d'un MCC (Mission Coordination Center) et d'un RCC (Rescue Coordination Center). 
C'est cette chaîne qui va mettre en place les moyens de secours adaptés à votre position, à votre situation ainsi qu'à votre type de bateau. Si vous avez un porte-avion, rien ne sert de vous envoyer une vedette de la SNSM...

Il ne faut pas hésiter à s'équiper avec ce genre d'appareils si vous faites du "mixte" et que vous aimez aussi tremper votre coque dans les eaux salées, même en navigation côtière, lorsque vous êtes à 12 km de la côte, vous serez heureux d'avoir la vie sauve en cas de problème grave grâce à ces équipements. 
Un bateau cela se remplace, c'est pour cela que nous payons des assurances, votre vie ou celle de vos proche, elle est irremplaçable.
Alors, je sais, tout ça à l'air d'être compliqué, mais rassurez-vous, il faut suivre une formation, payante, d'une journée dans un centre agréé avant d'avoir l'autorisation de passer l'examen et cette formation, qui englobe beaucoup de pratique, est très agréable.
Vous trouverez tous les renseignements pour passer ce brevet sur le site de l'IBPT www.ibpt.be .
Lorsque la formation est terminée et que vous vous sentez prêts, il ne vous reste plus qu'à contacter l'IBPT par téléphone, le matin uniquement, pour vous inscrire à l'examen et recevoir votre convocation les personnes qui vous répondent sont vraiment sympathiques et aimables, pas du style répondeur électronique.
Une fois votre brevet en poche, car je suis certain que vous réussirez l'examen, vous recevrez un numéro d'identification qui vous permettra d'acheter une radio et les autres appareils, chez un revendeur agréé et aussi de demander, par écrit, votre licence d'exploitation qui devra toujours se trouver à bord de votre bateau.
Attention, que les embouchures de certains fleuves, l' par exemple, sont considérées comme zone maritimes et donc soumises aux règles de navigation maritime, donc pour la radio aussi.

Voilà donc pourquoi je me suis fait rare dans cette rubrique, mais vous avez aujourd'hui la preuve que je n'étais pas retiré dans ma grotte pour hiberner.
Après l'examen, je vous raconterai comment je prépare activement le retour de mon bateau pour le printemps prochain et comment je me débat pour obtenir des renseignements fiables afin d'immatriculer ma jolie suédoise!

A bientôt donc.
Alain


Commentaires

par sansrouge le Mardi 01/12/2009 à 11:21

sansrouge

je met à profit cette période disais-je pour préparer mon examen SRC à l'IBPT, soit, l'examen du "Short Range Certificate" qui aura lieu demain après- au siège de l'IBPT à Bruxelles
Bonne merde ^^



Identification

Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Identifiez les nouveaux articles et commentaires, signez les, et plus !

S'inscrire

Dernières publications en images

L'histoire du bâtard ASTER

Un nouveau livre : Photos de Charles Fiquet dit "radar"

L'hiver 1929 a été froid (3e partie)

L'hiver 1929 a été froid (2e partie)

L'hiver 1929 a été froid (1re partie)

Barragiste sur la Petite-Saône, dans les années 30

RENOVATION DU PONT-CANAL DU CACOR

Mystère à bord

Un lundi de janvier 2019 à Varennes-sur-Seine

REPARATION DU PONT CANAL DE L'ORBIEL A TREBES

SEINE ET YONNE

MEMORIAL DES MARINIERS DU MIDI DE GARDOUCH (31)

LE CANAL DU MIDI ET L'AEROPOSTALE

LA BELLE DE CHAMPAGNE, nouvelle arrivée au port de Mareuil-sur-Ay

15 OCTOBRE 2018 : INONDATIONS DANS L'AUDE (3 et fin)

Toujours l'écluse de Neuilly-sur-Marne


Sites Transports Fluviaux


CNBA
 

Rubrique courante


Recherche