S'identifier - S'inscrire - Ecrire un article - Contact

Annonce

NOUVEAU Bord à Bord - FLUVIAL Changement d'Administrateur
Objectif : Articles appronfondis et argumentés sur la Batellerie tels devoirs de mémoire (histoire) ou Actualités
Souhait : Complémentarité avec les bonnes informations, mais succintes sur les groupes batellerie de Facebook, et celles pointues des sites incontournables spécialisés.

Bateaux rhôdaniens

Lyon, La mouche

Par BOA • BaB Val.Rhône • Samedi 27/03/2010 • 36 commentaires  • Lu 14281 fois • Version imprimable

  • Currently 0/5

Note : 0/5 (0 note)

Bonjour,

J'ai découvert récemment sur internet un beau bateau qui mérite vraiment que l'on s'y intéresse. C'est mon !
Il est (ou était) à vendre. Construit au de  La Mouche en 1913.
Il semble être amarré vers Créteil.

Question: Où se trouve-t-il exactement ?
                 Est-il un ancien HPLM ?
Je serai à Paris ce week-end et si je peux (conditionnel) j'essayerais d'aller le voir et d'en ramener des pour " Bord à bord " s'il n'est pas trop loin bien sûr. 
Voilà, merci d'avance aux spécialistes.

BOA

P.s. petit message amical à Guy (mati) : encore 6 argentiques à faire ce w.e. et je vous envoie, comme promis,  les du PICARDIE. Savez-vous si le MIEP est tjrs à l'Arsenal ? 


Commentaires

par Jean Claude Pluquin le Samedi 27/03/2010 à 08:28

Jean Claude Pluquin

 


Re: par ledoux le Samedi 27/03/2010 à 10:44

Ce bateau dans les Années 60 s'appelait L'ARLESIEN et transportait des Salins du Midi 100T de Sel
a Lyon  Il etait le seul 38m a l'epoque a pouvoir remonté le Rhone <<chargé >>sans etre remorqué ,avec un moteur G M 160 cv
mais il n'etait pas a L'H P L M (artisan)


a non pas le seul par marite le Dimanche 27/10/2013 à 06:44



l arlesien pas le seul a remonter le rhône sans être remorquè
j ai bien connue l arlesien et bèbert fouquet ami de papa
ces deux bateaux avaient un contrat  ( strasbourg marseille , de la bière,
du vin d alsace pour les èmirats)
le ste thèrèse de lisieux 180cv  
 et je peu vous garantir même amis ils ne se faisaient pas de cadeau
parfois les moteurs fumès

l arlesien et le ste thèrèse  transportaient entre 200 et 220t de fret
je parle du ste thèrèse avant qu il ne soit rallongè



arlesien par marite le Dimanche 27/10/2013 à 08:08


arlesien   sur le rhône
photo monnerat


Re: par mati le Samedi 27/03/2010 à 11:02

Pour Jean-Claude :
- tu peux corriger directement fautes ou autres avec la fonction "modifier"...

- C'est bien l'ARLESIEN, il y en a une photo sur le bouquin Mariniers, Vie & Quotidien de L.Roblin,

                                

et il est sur la Marne avant Bonneuil

Guy BaB IdF


Re: par Jean Claude Pluquin le Samedi 27/03/2010 à 15:10

Jean Claude Pluquin Merci pour vos informations.
Une precision s il vous plait !
Ce bateau n est-il pas Quai du port de Creteil rive droite en aval du barrage-ecluse de l Ile Brise Pain. Vu sur Google Maps.
S il est bien la, j irais peut-etre lundi matin. Merci de me renseigner car j ecris (sur un clavier anglais, d ou les fautes) de chez ma fille qui habite la  banlieu Ouest de Paris et ca fait pas mal de km.
Bien cordialement.
J-C Pluquin


Re: par Jean Claude Pluquin le Mardi 30/03/2010 à 08:14

Jean Claude Pluquin
Je confirme: il est vraiment très beau pour ses 97 ans et intelligemment adapté en logement ! 
J-C P.


Re: par Jean Claude Pluquin le Samedi 03/04/2010 à 11:51

Jean Claude Pluquin

Les bateaux- mouches sont lyonnais ! ( trouvé sur: fleuverhône .com)
Les bateaux mouches que l’on rencontre sur la Seine à Paris ont une origine lyonnaise. En effet, à la fin du XIXème siècle, Michel Félizat installe son chantier de construction navale au sud de Lyon, dans le quartier de la Mouche à Gerland. Ses premiers bateaux à coques métalliques, à hélices et à vapeur équipent la Compagnie des Bateaux Omnibus de Lyon qui assure la ligne La Mulatière-Vaise avec de nombreux arrêts à des pontons le long du fleuve. Ils sont baptisés “ Mouche 1 ”, “ Mouche 2 ” etc… en référence au quartier où ils sont construits. 

L' ARLESIEN a sans doute été construit dans le même chantier que les bateaux-mouches; à moins qu'il y ait
eu plusieurs chantiers.
Merci à LEDOUX s'il a d'autres infos à propos de cet automoteur. Par exemple: quand a-t-il arrêté de travailler ? Etait-il motorisé lors de son lancement ? Etc...


 . 

Pour information: l'EXPRESS, le dernier bateau-mouche , construit en 1884 est....................... en Allemagne. Sur le site de l'ascenseur à bateaux d'Henrichenburg. J'avais lu, dans la revue FLUVIAL il y a plusieurs années, que la ville de Paris n'avait pas voulu l'acquérir lorsqu'il a été vendu par son ancien propriétaire.
J-C P


Re: CANULAR par mati le Samedi 03/04/2010 à 13:26

Oui, 

c'est bien l'origine de la dénomination Mouche car fait au chantier de Lyon-Mouche, Mouche un quartier de Lyon, comme plusieurs séries de 38M pour l'HPLM, et d'autres.


cela me rappelle qu'il y eut un jour un canular organisé par un groupe d'humoriste (Alphonse Allais -à vérifier???) qui  ont organisés à Paris une petite fete pour l'inauguration de la statue de Monsieur Mouche , inventeur des bateaux-Mouche..

à l'époque je crois que la presse y a cru, car l'origine n'était pas connue comme maintenant..

Guy BaB IdF


Re: Le CANULAR, c'était ROMI par mati le Dimanche 04/04/2010 à 09:25

j'ai retrouvé, l'auteur de la supercherie était l'humoriste ROMI, qui a prénommé MOUCHE Jean-Sébastien...


voir http://www.ville-brunoy.fr/brunoy.asp?idpage=4180&id=3488

ROMI est plutot oublié maintenant, on trouve sa bio dans wikipedia: 
http://fr.wikipedia.org/wiki/Romi_(%C3%A9crivain)

A ecrit des bouquins sur  l'insoliste , les faits divers et les maisons closes!

Guy BaB IdF




bzzzzzzzzzzzzzzzzzz..... par Arrow le Dimanche 04/04/2010 à 11:07

Arrow Mais non mais non chers amis , l'origine du bateau mouche est clairement expliquee dans un paragraphe sur l'Yser , le Bateau Mouche remonte au temps des Vikings et s'appelait Bateau a mouches suite a l'arome qui s'en degageait , helas peu de livres d'histoire en font part . http://bab.viabloga.com/news/yser#comment_33http://bab.viabloga.com/news/yser#comment_33   pour plus de details .... ( qu'en penses tu Francois L ? )  


Vive l'eau et les mouches ....

Patrick L .


Re: bzzzzzzzzzzzzzzzzzz..... par Jean Claude Pluquin le Dimanche 04/04/2010 à 20:36

Jean Claude Pluquin

Merci Guy pour cette "page culturelle". Il y est fait mention dans l'extrait Wikipedia ci-après.

Je ne sais pas si vous êtes "sérieux" mais votre explication est plausible ARROW (Patrick L). J'ai vu récemment un documentaire sur les bateaux vikings où il était expliqué que ces célèbres marins faisaient leurs besoins à même les bancs de nage ( pas de place, ni de temps disponibles à d'autres tâches que manoeuvrer l'embarcation en toutes circonstances) . Alors, c'est sûr que tout devait en être imprégné....................... ! .Evidemment ce n'étaient pas des embarcations de tourisme avec toilettes comme nous les connaissons aujourd'hui. Et puis ces envahisseurs ont remonté la Seine comme la plupart des cours d'eau d'Europe en laissant pour longtemps des traces en tous genres dans la mémoire des générations de personnes qui suivirent.

Les chantiers de La Mouche de Gerland  est  une autre explication plus récente...................

Mais bon...., seuls les historiens pourraient peut-être se prononcer! Ne l'étant pas personnellement , je me contente de dupliquer ci-dessous un article WIKIPEDIA :
Origine du nom et concept

Bateau faisant demi-tour près du Pont d'Austerlitz

Le terme bateau-mouche (au pluriel bateaux-mouches) existait au XIXe siècle pour désigner des embarcations qui n’avaient qu’un but utilitaire, et ne servaient qu’au transport de marchandises et éventuellement de passagers d’un lieu vers un autre sur divers fleuves et canaux.

Ces embarcations n’avaient jamais été utilisées dans un cadre touristique, ni pour des promenades partant d’un site pour y revenir.

Après la guerre, alors que le transport fluvial de voyageurs disparaissait au profit des transports terrestres (voies sur berges) ou souterrains (Métropolitains), Jean Bruel, fondateur de la Compagnie des Bateaux Mouches, a acquis un des derniers bateaux ayant été construits pour l’exposition universelle de Paris, afin de proposer des promenades touristiques sur la Seine.

C'est en effet à l'occasion de l'exposition universelle de 1867 que les premiers bateaux-mouches firent leur entrée dans la capitale. À la suite d'un concours lancé par les organisateurs de l'exposition, le constructeur naval lyonnais Michel Félizat (associé à d'autres lyonnais) remporta le prix et achemina par la Saône, le canal de Bourgogne, l'Yonne et la Seine, une trentaine d'exemplaires de ses bateaux à passagers construits dans ses ateliers implantés dans le quartier de la Mouche (d'où leur nom), au sud de Lyon (du côté de Gerland).

De ce nouveau concept, Jean Bruel a créé une nouvelle activité, et déposa la marque-dénomination Bateaux Mouches dès 1950.

Afin de conférer une notoriété et une publicité suffisantes à sa nouvelle activité touristique sur la Seine, Jean Bruel inventa le personnage mythique de Jean-Sébastien Mouche, qu’il présenta comme le concepteur des Bateaux Mouches.

Il organisa, le 1er avril 1953, une cérémonie d’inauguration de son nouveau bateau en présentant un buste de Jean-Sébastien Mouche en présence du Ministre des transports, du Préfet de Paris, et du Tout-Paris culturel et artistique de l’époque. Toute la presse évoqua cet événement insolite, acte fondateur d’une nouvelle activité touristique sur la Seine qui attira depuis des millions de visiteurs.

Voir également : http://projetbabel.org/fluvial/bateau_mouche.htm 

J-C P.
 

 


Ils sont partis , elle sont restees par Arrow le Dimanche 04/04/2010 à 23:44

Arrow

Et oui en effet .... tout se sait tot ou tard , maintenant les Vikings sont partis mais les mouches sont restees , les bateaux mouches aussi , de la plusieurs interpretations ... bref , une fois de plus ; a vous les images :


Mouche ordinaire Musca vulgaris , connue dans
tous les milieux succeptibles , remarquez le
champ de vision "Grand angle" comme dans la
Timonerie d'un bateau mouche actuel .


  
et beaucoup plus specialisee : la mouche Akaka
modele de luxe , finition soignee et disponible
en vert metalise ou bleu petrole ...
Akaka est le nom de son village d'origine tres loin d'ici ,
ne pas confondre avec Alaska ! .               

Voila pour les mouches aujourd'hui .

Vive l'eau et les belles couleurs .  

Patrick L .


Re: Ils sont partis , elle sont restees par Tianex le Samedi 02/11/2013 à 16:46

Bonjour,
Je déterre ce vieux post pour vous demander quelque chose d'encore plus vieux... au sujet de l'Arlesien.
J'ai vu qu'il y était traité ici plus haut avec plusieurs photos des années cinquante.
Je possède une CPA du début du siècle ou on y voit un arlésien mais à roue à Aube sur le Lez (à coté de Montpellier).
Pensez vous qu'il puisse s'agir du même?

Et un zoom sur la roue ca aise à y voir " L'Arlésien"

Je suis surpris de la pressance d'un tel bateau à Montpellier car les écluses (les mm que celle du canal du midi) limitent le gabaris à 30m...


Re: Ils sont partis , elle sont restees par marite le Samedi 02/11/2013 à 21:28

bonsoir 
très belle photo cela doit être sur le lez
maintenant pour dire si c est le même bateau , le nez très ressemblant 
peut être un ancien porteur , nous attendons l avis des connaisseurs????
merci pour cette jolie photo
ps je ne rappel plus si c est bèbert qui a donnè cette devise a ce bateau 
peut être son neveu pourrait en dire plus!!!


Re: Ils sont partis , elle sont restees par mati le Dimanche 03/11/2013 à 20:15

 Pour compléter,

l' ARLESIEN est né en 1913, et contrairement à ce qui est dit sur un post précédent, il appartenait bien à HPLM au moins de 30 à 39.

Comme on le voit sur la CP de Montpellier, il est de la CGN, donc ancetre de HPLM..

Mais on ne peut rien en deduire de sur!

Sinon il existait aussi L'ARLESIEN avec L'.  Un porteur à godets, LY900, (bateau transformé en drague??)

de 27x4,65m chantier Ginoux d'Arles, c'était possible, mais indiqué construit en 1923, donc un peu tard...

Guy BaB IdF


Re: Ils sont partis , elle sont restees par Tianex le Lundi 04/11/2013 à 08:18

Merci déjà pour ces éléments de réponses interessants.
Peut être quelqu'un déterrera ce post dans quelques mois ou années pour y apporter sa pierre.
Bonne continution à vous et à BaB ;)


Re: 2ème Génie de Montpellier par Lougabier le Mercredi 06/11/2013 à 09:26

La carte présente une manoeuvre du 2ième Génie de Montpellier situé à la Citadelle, ça ne veut pas dire que ce soit sur le Lez. Le Lez à Montpellier était à peu près de la largeur du canal du Midi.

Beaucoup de Barquiers du Midi après 1900, ont servi dans ce régiment (voir Cahier N° 69 Barquiers du Midi).
Ils faisaient des manoeuvres sur le Lez et sur le Rhône. Dans ce dernier cas, c'était du côté d'Avignon, d'après les anciens aujourd'hui disparus.
Sur un grand site de cartes postales, il y a la même carte sur laquelle il est précisé que c'est une manoeuvre sur le Rhône pour le passage d'un remorqueur. Il y a aussi des manoeuvres sur le Lez où l'on voit bien la différence de largeur entre Rhône et Lez.


Re: 2ème Génie de Montpellier par Tianex le Mercredi 06/11/2013 à 09:50


cpa-Avignon-7eme génie-manoeuvre éxécutée sur le Rhone-ouverture de portière pour laisser passer un remorqueur

Bonjour,
En effet je viens de la trouver (sur Delcampe), c'est vrai que ca y ressemble énormement! même "timonerie". Seule la cheminée ne semble pas exactement au même endroit, peut être un effet d'angle ou bien un autre bateau ressemblant à l'Arlésien. Et puis l'Arlésien (de Arles) sur le Rhône c'est plus crédible.
Je n'avais pas l'explication d'un tel bateau sur le Lez (écluses limitant la longeur à 30m) maintenant je l'ai, et pas besoin de photoshop à l'époque!
Merci Lougabier.
PS: je collectionne les CPA sur le Lez, ses écluses et le port Juvénal à Montpellier si certains en ont des rares, à me présenter déjà ;)
(j'ai déjà celles présentes sur Delcampe...)


par p boum le Lundi 04/11/2013 à 11:13





un petit coucou a boa par marite le Lundi 04/11/2013 à 12:05

un coucou a boa qui es l auteur de cette article 
et qui nous manque
a quand le retour????


Re: Leader > Transport - Fluvial par Citerna 12 le Mardi 05/11/2013 à 12:07

 L'ELAN, de l'HPLM, est un "toulonnais", lancé en 1948. 70,15 x 6,61 m, équipé des classiques deux Sulzer pour 540 cv au total. C'est (était) un pétrolier à citernes indépendantes. Mais, ce qui m'étonne, c'est qu'il n'est donné que pour 350 tonnes, comme son sister-ship, le CERF de 1949. Du même type et du même chantier, on trouvait en citernes, le STRASBOURG (1950) pour 600t de Rhodania, et en diverses, le DAIM et la GAZELLE de 1948 pour 650 t.


cerf mon coup de coeur par marite le Mardi 05/11/2013 à 14:11

surment des erreurs de frappe tous ces bateaux le même tonnage
avant  d acheter l aurochs , comme franck le propriètaire avez eu un accident sur la route d arles 
et trouvè la mort
le temps que tous les papiers soit en règle , la compagnie le rhône nous avez prètèe le cerf 
que nous avons exploitès pendant 18mois , moi très amoureuse de ce bateau et j aurais bien aimèe 
l acheter , hèlas notre premiere mise en câle a chalon sur saône une catastrophe  du papier machè 
le vèritas  a interdit  ce bateau a la navigation , cela se passait en 1975 et il es parti a la ferraille
avec vraiment pour moi un gros mal au coeur c etait l èpoque ou michel sardou chantait le france et bien moi je chantait ne m appelez 
plus jamais "" cerf""
j ai quelques photos ou cartes postales de ces bateaux 


Re: cerf mon coup de coeur par marite le Jeudi 07/11/2013 à 10:22



merci jb de cette très belle photo de cerf, que de souvenirs pour moi
je me rappel avoir décapée tous les cuivres, nous avions  peint  la cabine 
en couleur terre sienne avec les cuivres  magnifique
deux sulzer , les trois quarts du temps nous mettions 500/550t
pour monter quand les eaux le permettaient
et pour dèscendre deux transbords quand nous l avont exploitès plus de cuves 
en divers
 et question logement , salle de bain, trois chambres  dont une grande a l arriere 
avec un grand lit au milieu
une jolie salle a manger avec banquette 
et une cuisine indèpendante   du loutre au cerf  pas photo le rêve


Re: cerf mon coup de coeur par mati le Jeudi 07/11/2013 à 11:13

En fait Marité, leCERF vu ici est sur un extrait de carte postale que j'avais partagé sur vagus-vagrant.

j'en profite pour la mettre en entier :

                                            

et cela fait le lien avec un autre type de bateau rhodanien :
celui en premier plan me semble une barque en fer (je ne sais si c'est un terme employé sur le Rhone), de 66,8m sur 6,907,90m,
devise ADOUR, construite à Port de Bouc en 1923 (retrouvé grace au matricule LY679) à la LYONNAISE puis à CLNR d'apres la carte.

Guy BaB IdF


Re: cerf mon coup de coeur par marite le Jeudi 07/11/2013 à 12:09

merci
je n avez jamais vue cette carte postale
cela date vue les barques
et cette carte est prise en arles , mais cotè trinquetaille
le cerf pas lourd 400tle rhône assez bas vue la photo
connue cette barque


Re: Barque du Rhône par Lougabier le Vendredi 08/11/2013 à 02:25

Les barquiers du Midi appelaient ce type de barque, "les barquasses".

La particularité était dans le macaron horizontal de commande du gouvernail. On les croisait dans le canal du Rhône à Sète tirées par un petit remorqueur quand on allait charger au Ciment Français de Beaucaire. Il y avait 2 ou 3 hommes qui tournaient rapidement le macaron, non cerclé comme on peut voir sur la photo. Aie ! Aie ! les doigts !!! Il me semble qu'elles demandaient un certain savoir faire pour les mener, notamment dans les croisements de bateaux car les risques de rentrer dans le bateau croisé ou de faire un "cap-à-terre" étaient importants.

Je pense qu'elles ont été utilisées jusqu'à un peu avant la fin des années 1950. En fin de vie, elles ont été employées comme magasin-dépôt. Je pense que nos amis Rhodaniens en savent beaucoup plus sur leur vie.

A ne pas confondre avec les "Bonnardels", ni avec celle placée ci-dessous !!!
 



Barge antique trouvée en Arles dans le Rhône. Elle a 2000 ans environ, 31m de long et 3m de large. La charge est évaluée à 27 tonnes.
Elle est exposée au Musée Bleu de cette localité depuis peu.


Re: cerf mon coup de coeur par Citerna 12 le Vendredi 08/11/2013 à 10:03

 L'ADOUR, construite effectivement à Port-de Bouc en 1913, avait 22 soeurs à la CLNR (Compagnie Lyonnaise de Navigation et de Remorquage), dans les diverses : AIN, AISNE, ALBARINE, ARIEGE, AUDE, AZERGUES, CHARENTE, DROME, FURAN, GIER, HERAULT, LOIRE, LOT, MEURTHE, MOSELLE, OISE, RHONE, SAONE, SEILLE, SEINE, VALSERINE et YONNE (bonne révision des fleuves et rivières).
Vingt, lancées entre 1912 et 1917, à Port-de-Bouc ou à Arles, de 66,85 x 7,90 m (6,90 pour mati ?), creux de 2,50 m pour 630 t.
Les trois exceptions sont : l'ALBARINE (Arles, 1929, 69,85 m), la VALSERINE (idem) et l'AZERGUES (La Mouche, 1930, 63,10 pour 570 t).
  Et trois citernes, ARVE, SAMBRE et GARD (1913/1915, 67 x 7,90 m pour 600 t d'emport), avec pompe de 75 ou 90 cv pour les deux dernières.
 A l'occasion, on recensera, les remorqueurs associés et les barques des autres compagnies.
 Barquasse est un augmentatif provençal de barque : "j'ai dragué une grandasse".


Re: cerf mon coup de coeur par mati le Vendredi 08/11/2013 à 13:45

 exact, c'est bien 7,90m DE LARGEUR pour l'ADOUR..rt merci pour la liste

Guy


Re: cerf mon coup de coeur par Citerna 12 le Mardi 19/11/2013 à 10:12

 Poursuivons par les barques de l'HPLM (recensement de 1955).
Neufs "barquasses" diverses, toutes à 2,70 m de creux, et 7,90 m de large, à quelques centimètres près.
MONTFAUCON et MONDRAGON, construites à La Seyne en 1923, 70 m, pour 630 tonnes.
TAIN-L'HERMITAGE, mêmes mensurations, mais sortie de La Mouche en 1928.
L'ARAMON, identique mais réalisée en 1929 à Arles-Barriol.
Et à La Mouche, de 1929 à 1931, MARTIGUES, MOQUEUSE, OUESSANT, RIEUSE et GRACIEUSE, 63 à 67 m, pour 575 t.
 Pour les citernes, je n'ai pas les chantiers.
 En sus de l'ARVE, SAMBRE et GARD, déjà citées de la CLNR, on trouvait 
 Pour la Société Générale de Matériel Flottant :
  Général MANGIN, Général WEYGAND et Maréchal FOCH, en 1920 et 1921, 75 x 7,82 x 2,60 pour 690 tonnes.
  Et en 1933, la LAVERA, 74 x 7,80 x 2,60
Pour la Société Française des Combustibles Liquides
  une vieille, l'AUTO-GAZO, de 1914, 67 x 7,90 x 2,50 pour 650 tonnes
  et la Maréchal FAYOLLE, de 1922, 75 x 7,90 x 2,60 pour 700 tonnes
Pour la Société des pétroles Shell-Berre
  BAMBOU et BELLONE, 1931, 74 x 7,90 x 2,00 (?), pour 740 tonnes
Et pour finir les Citerna
21, 22, 23, 24, 25 et 26, de 1927 à 1932,  70 x 7,90 x 2,20 à 2,40 pour 700 à 800 tonnes.
Au prochain numéro, les remorqueurs.



Re: cerf mon coup de coeur par ledoux le Mardi 19/11/2013 à 18:09








La Barque Foch et devenu le Duguay Trouin et la Lavéra le Forbin.. Ledoux F..


Re: cerf mon coup de coeur par Citerna 12 le Dimanche 24/11/2013 à 11:09

  Le recensement des barques (en 1955) construites entre 1912 et 1933, nous amènent à citer leurs anciens remorqueurs, et toueurs.
 (Source : la Grande Batellerie de Le Sueur, et, Le Rhône autrefois de Dürrenmatt).
a) Les remorqueurs à aubes, les "une cheminée" de l'HPLM (750 CV) :
   dans le secteur sud, en aval de Pont-Saint-Esprit 
   CANIGOU (1994), VENTOUX (1894), GALIBIER (1898) et SIMPLON (1909)
   dans le secteur nord, en amont de Glun
   PILAT (1895, PELVOUX (1895), TAILLEFER (1898) et MONT-BLANC (1909)
b) Les neufs toueurs, dans les huit secteurs médians (1896, 250 CV, 53 x 7,8 m)
   AIGUES, ARDECHE, DURANCE, GARDON, DOUBS, ISERE, DROME, EYRIEUX et OUVEZE.
c) Les remorqueurs à aubes, les deux cheminées de la CLNR (1000 CV, et jusqu'à 2000 exceptionnellement)
   le FRANCE, (1913), puis le PROVENCE et le LORRAINE , tous trois à pistons, et enfin le RHONE (1932) de 1800 CV à turbines à    vapeur.
   Il semblerait que les trois premiers aient été équipés de moteur dièsel en 1934. 
d) Citons l'éphémère bateau de passagers, le VILLE DE LYON (1914-1923), coulé dans le pont du Teil et, le MONT-CENIS, remorqueur        imaginaire du roman d'Albert Dinot : Tambour du Rhône.
e) Les remorqueurs à hélices
    le FREDERIC MISTRAL de la CNR (1947, chantier Penhoët Rouen, 70 x 8,80 m, moteurs SGCM 4 x 600 CV)
    le MASSILIA de Citerna (1948, chantier J. Boël, 49 x 7,40 m , SULZER 2 x 700 CV).
f) Notons aussi que les automoteurs assuraient souvent du remorquage en remonte, et de la descente en double, voire en triple.
 Merci d'illustrer ces propos, si vous avez des photos ou d'autres informations.


Re: cerf mon coup de coeur par marite le Dimanche 24/11/2013 à 14:17

                               quelques cartes inèdites

coll marite






Re:Barquasse et mots occitans par Lougabier le Mardi 19/11/2013 à 01:42

Oui bien vu Citerna 12 ! 
Le mot barquasse vient du principe de "déclinaison" de l'Occitan et/ou Provençal.

Ainsi par exemple, le terme "mas" (maison/ferme) peut se décliner en "maset" (idée de petit), en "masétou" (idée de très petit et coquet) ou en "masas", (grand mas ou parfois avec une idée de peu d'esthétique...). ça en fait une langue très riche en nuances. 

Jusqu'au début du XXème siècle, les barquiers du Midi parlaient "la lenga nostre" et quand ils sont passés au français, le principe a été conservé. 
Ainsi, par exemple en Français :
- La sapine (bateau) donne : la sapinette (même forme mais plus petite pour naviguer dans la rivière la Baïse, attention ce n'est pas un arbuste !!! ), et le sapinou (le canot), 
- la barque donne la barquasse (du Rhône, avec une idée d'encombrement et de laideur), le barcot (autre nom du canot), le barquet (autre nom du canot) et la barquette (bateau de pêche appelé aussi "pointu").




Deux sapinous ou deux barquets ou deux barcots dans le port de Marseille après1945 ... 

(Ne pas chercher dans le Petit Larousse ou un texte officiel !!!)


Re: Re:Barquasse et mots occitan par mati le Mardi 19/11/2013 à 18:19

Belles infos!

A droite Bx 65 c'est la barque BONNE MERE MARIE ou SAINT FRANçOIS....?

Guy


Re: Sapinous de 2 Bateaux du Midi par Lougabier le Mardi 19/11/2013 à 20:55

Non Guy,
Le sapinou de droite est du celui du Ferdinand-César, c'est BX 656 et non 65, on ne le voit pas bien car c'est flou, mais après le "65", il y a un "6".
C'est donc un coutrillon qui appartenait à la Compagnie Fluviale du Midi (CFM) filiale de la CGN-HPLM. A cette époque, il était mené par Raphaël. 
Quant au sapinou de gauche, c'est celui des Deux Frères, qui appartenait à Emile.
C'était au temps où les bateaux du Midi faisaient des transports Marseille-Bordeaux.

Remarque : ces "barcots" étaient fabriqués à Bordeaux et n'avaient aucune ressemblance avec les bateaux du Midi. Tiens ça serait marrant de faire un article sur les sapinous du midi !!!



Identification

Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Identifiez les nouveaux articles et commentaires, signez les, et plus !

S'inscrire

Dernières publications en images

Un nouveau livre : Photos de Charles Fiquet dit "radar"

L'hiver 1929 a été froid (3e partie)

L'hiver 1929 a été froid (2e partie)

L'hiver 1929 a été froid (1re partie)

Barragiste sur la Petite-Saône, dans les années 30

RENOVATION DU PONT-CANAL DU CACOR

Mystère à bord

Un lundi de janvier 2019 à Varennes-sur-Seine

REPARATION DU PONT CANAL DE L'ORBIEL A TREBES

SEINE ET YONNE

MEMORIAL DES MARINIERS DU MIDI DE GARDOUCH (31)

LE CANAL DU MIDI ET L'AEROPOSTALE

LA BELLE DE CHAMPAGNE, nouvelle arrivée au port de Mareuil-sur-Ay

15 OCTOBRE 2018 : INONDATIONS DANS L'AUDE (3 et fin)

Toujours l'écluse de Neuilly-sur-Marne

15 OCTOBRE 2018 : INONDATIONS DANS L'AUDE (2)


Sites Transports Fluviaux


CNBA
 

Rubrique courante


Recherche