S'identifier - S'inscrire - Ecrire un article - Contact

Annonce

NOUVEAU Bord à Bord - FLUVIAL Changement d'Administrateur
Objectif : Articles appronfondis et argumentés sur la Batellerie tels devoirs de mémoire (histoire) ou Actualités
Souhait : Complémentarité avec les bonnes informations, mais succintes sur les groupes batellerie de Facebook, et celles pointues des sites incontournables spécialisés.

RENTREE DES CLASSES

La Géographie

Par lougabier • BaB 2 mers • Lundi 03/09/2018 • 4 commentaires  • Lu 2593 fois • Version imprimable

  • Currently 5/5

Note : 5/5 (1 note)


Aujourd'hui c'est la rentrée des classes....
Pour les fils de mariniers, c'est la double épreuve dont la principale est la séparation avec les parents... mais ça a été déjà évoqué sur BaB.

Lors de la rentrée des classes en primaire, il y avait la distribution des livres et parmi eux, un qui nous intéressait plus particulièrement, le livre de "Géo" !
Exemple celui du CE1 de 1957.


Pourquoi ce livre avait notre faveur ?
Qu'y aura-t-il dedans ? Est-ce que l'on y sera ? Parlera-t-on de nous ? Y aura-t-il des "pèques" (erreurs) ? Y aura-t-il des bateaux ? des navires  que l'on connaît ? Etc.

Pour nous, la géographie était d'actualité.
Exemple la 5ème leçon : l'orientation.



Le nord, le sud, l'est et l'ouest, et leur association nord-est, nord-ouest, etc. étaient des mots que nous entendions régulièrement depuis la naissance, plus que les écoliers "d'à terre"...
Les soirs d'été, en rase campagne, loin de tout éclairage, nous "prenions le frais" sur "la tille" (pont) et regardions les étoiles ; Grande et Petite Ourse, nous étaient montrées avec aussi d'autres appellations ; chariots, casseroles, etc.


Autre leçon intéressante : La rivière et  le fleuve

Côté "Latéral" (canal de Garonne), on "prenait" la Garonne à Castets,  après avoir dédaigné le Tarn, le Lot et la Baïse contrairement à nos aïeux. Dans le "Midi", on passait sur le Fresquel, et on traversait l'Aude ou l'Hérault. Plus loin dans le Midi, sur le canal du Rhône à Sète, c'était le Lez et le Vidourle que l'on croisait avant d'atteindre l'impétueux Rhône.

La Mer, les marées,... nous intéressaient tout autant.


A Bordeaux, notre vie était rythmée au régime des marées."Tu iras à terre, avant ou après la marée (ou la pleine mer)". L'expression "Marée au pont" (de Pierre) lors des forts coefficients nous était familière, de même que l'inversion du courant au ponton.
A La Nouvelle (Port-la-Nouvelle), c'était le ressac qui faisait "péter les mailles" (amarres)... mais notre intérêt c'était plutôt la mer...
Pour atteindre Sète, les vagues de l'étang de Thau, on connaissait de même que leurs "moutons" par forte Tramontane... on ne confondait pas avec les quadrupèdes, ni même le loup (bar) pêché tard dans la nuit par des mariniers excellents pêcheurs !!!

Les pages les plus recherchées, étaient celles du Transport fluvial.

  

Dans le Midi, la génération d'après guerre, on n'avait pas connu "les chevaux" (pour le halage), même si encore quelques charretiers, agriculteurs, éboueurs,... les utilisaient encore. De même on avait du mal à imaginer "cette histoire" de tracteurs sur rails pour tirer un bateau... A part le Lotus de la "Fluviale" (filiale HPLM), point de remorqueur. Ce remorqueur basé au ponton de la Cie à  Bordeaux était utilisé pour remonter les bateaux à Castets et assister les "fluviales" (type Atlas) à Bassens lors de forts coefficients de marée.

Autres pages recherchées, les Ports et le transport maritime.
Y aura-t-il Bordeaux, Sète, La Nouvelle, nos 3 ports les plus fréquentés ? "Tu ne vois pas qu'il y est un navire avec lequel on a travaillé ?"


Bien-sûr, La Nouvelle, St Louis (Port-St-Louis du Rhône), Port de Bouc, Martigues,... sont oubliés...
"Au navire" on y chargeait de la pâte et des rouleaux, (Pâte à papier), de l'arsenic, pyrites, soude, planches,.. et on y déchargeait des céréales, des planches, arsenic, etc.

Enfin dans les révisions de fin d'année, on avait l'espoir de trouver encore quelques bateaux et ports fluviaux et maritimes.

  
 



Entre frères et soeurs, copains "du bord", il y eut beaucoup de discussion autour de ces pages à la fin des années 1950 où beaucoup de terriens n'avaient jamais vu la mer !

Bonne rentrée à tous les enfants de mariniers  et bon courage !!




Commentaires

par Cannois le Jeudi 31/01/2019 à 11:58

 Bonjour Lougabier ; Merci pour ces beaux souvenirs de géographie scolaire, cordialement Cannois 


par Citerna 12 le Dimanche 03/02/2019 à 09:37

 Oui. Souvenirs, souvenirs !..
Un de ces livres annonçait que le Rhône n'était pas navigable. Le scandale !..
Et la honte, quand je n'ai pas su reconnaître sur une photo, l'écluse de La Mulatière (La Mule pour les initiés) à la demande insistante de mon "maitre", M. Césaré, en cours préparatoire au C.E.P. au Pouzin.
Pour mémoire,  l'écluse de La Mulatière,  située sur la Saône à la confluence avec le Rhône, assurait la navigabilité dans la traversée de Lyon jusqu'à l'écluse suivante de l'Île Barbe.
Elle était infranchissable par les remorqueurs à aubes
Cette écluse est devenue inutile après la mise en service de l'aménagement de Pierre-Bénite en 1966.


Livre de Géographie de CM1 et CM2 par lougabier le Mardi 05/02/2019 à 00:30


Là c'est un livre de 1953...


Page 27 : La plaine, ça tombe bien pour le Midi, c'est le seuil de Naurouze, là où est situé le bief de partage du canal du Midi.


Ensuite, dans l'étude des fleuves, la Garonne est abordée. On la voit à Toulouse :
- aux Ponts-Jumeaux à l'ancienne écluse de descente en Garonne,
- au Port St Pierre, au débouché du canal de Brienne, puis au pont St Pierre, Pont-Neuf, Pont St Michel, etc, On passait par là jusqu'au début des années 1950 pour charger à l'ONIA ( après AZF)
Le Canal Latéral se jette dans la Garonne à Castets-en-Dorthe, on rejoint alors Bordeaux et l'estuaire de la Gironde. Les marées, les pontons, les crues qui rendent la remontée difficile, on connaît...

 

Le transport fluvial occupait à cette époque une bonne place...


Petite erreur dans les dimensions des écluses : longueur : 35m.


A l'époque, j'avais signalé l'erreur : 38m50 au lieu des 35m... "Tu en sais plus que la maîtresse ? "me raillaient "les copains d'école".
Je pensais : "Pas grave, de toute façon, à terre ils ne comprennent rien"...


A Marseille, on y allait par le tunnel du Rove. C'étaient souvent "des bons voyages" (de bon rapport !), leurs provenances ou destinations étaient BX.
A l'Estaque, ça allait encore, mais à la Joliette, les jours où il n'y avait pas de houle, étaient rares...


Le transport maritime nous intéressait aussi car on fréquentait les navires dans les ports de : Bordeaux, La Nouvelle, Sète, St Louis du Rhône, Port de Bouc et Marseille. Leurs cheminées indiquaient les Compagnies :
- à BX, Delmas-Vieljeux, Prom, Maurel, etc.
- côté Méditerranée : Schiaffino, Le Borgne, etc.
- des 2 côtés, cétaient les Chargeurs (Chargeurs Réunis) et la Transat, (Cie Générale Transatlantique).
On avait fait une collection des cartes postales des navires...


Comparaison des différents modes de transport :


D'autres photos, des canaux dans les industries : céréales, cimenterie, etc. Là on ne connaissait pas !


Voilà, fin d'un petit rappel de Géo vu "du bord"...

Remarque :

Ce n'est pas mon livre !  Celui-là a subi des mauvais traitements... Les nôtres étaient couverts avec du papier des sacs des Ciments Lafarge (Balaruc-Sète ou Fos) ou des Ciments Français (Beaucaire). En effet quand on chargeait, les usines donnaient quelques sacs vides afin de remplacer un sac crevé. Ce papier était très résistant. C'est ainsi, que j'ai eu un livre que mon frère avait couvert 2 ans auparavant !!



Livre de Géo du CM de 1957 par lougabier le Dimanche 01/09/2019 à 00:46

 Bientôt la rentrée 2019...
Parcourons un livre de géographie du cours moyen de 1957.

 

L'étude voies navigables et des canaux est abordée :

Bien lire la conclusion :

 

Petits zooms sur les photos :
 

Le tunnel du Rove :
On l'empruntait pour rejoindre Marseille via l'étang de Berre. A l'entrée du tunnel, on voyait la sortie de la taille d'une lentille !

Les ports sont abordés dans cet ouvrage. Seuls les principaux y sont mentionnés : pas de Port-de-Bouc, ni de Port-La-Nouvelle.
 

Le commerce est étudié avec les exportations et les importations, ça correspondait à ce que nous transportions vers ces ports maritimes.
La France importait encore des céréales. Quelques années après, la tendance sera inversée, nous expédierons à BX, Sète et La Nouvelle des quantités de céréales et ça deviendra l'activité fluviale la plus importante dans le Midi.
 

Quelques autres photos tirées du livre :
A cette époque, les ports étaient des ruches où des centaines de dockers s'activaient. Pas de charriot-élévateur ! 
A Sète et à La Nouvelle, les wagons étaient manipulés par des tracteurs agricoles munis d'un bouclier qui s'appuyait sur un tampon du wagon...

Une photo du Canal de Rhône à Sète :
 On voit que le milieu est désertique... Il fallait faire le plein d'eau potable avant de partir...
Quelques pêcheurs avaient des filets qui barraient le canal. Quand on y passait au-dessus, il fallait interrompre la rotation de l'hélice pour ne pas se prendre le filet dans l'hélice...

Dans l'étude du climat, on y retrouve cette photo du Rhône de 1929, en Arles.
Nous avons connu l'hiver 1956, chaque marinier se souvient où il était... Nous étions à Agde, je ne sais pas comment était le Rhône en Arles en 1956...

Autre photo : la Saône à Macon,
Nous ne montions pas si haut, sauf au début des années 1950 où "la Fluviale" (Filiale de l'HPLM) avait envoyé 2 Atlas faire le sable quelques temps car le midi était en manque de transports de marchandises générales.



 
Dernière photo, le port de Strasbourg : là on ne connaissait pas. La multitude de bateaux de taille différente nous impressionnait...


Bonne rentrée aux écoliers, en espérant que les enfants de mariniers de 3 à 6 ans auront des dispenses...





Identification

Nom d'utilisateur
Mot de passe

Mot de passe oublié ?

Identifiez les nouveaux articles et commentaires, signez les, et plus !

S'inscrire

Dernières publications en images

Ordre de couler L'EMPEREUR DE LA MEUSE

GENS DE L'EAU A SAINT FERREOL

INONDATIONS DE VILLENEUVE-LES-BEZIERS LE 23-10-2019

Remorqueur et Chalands

MISE AU SEC DE LA MARIE-THERESE

BEN D'OR à Béthune

HOMMAGE A MONSIEUR MICHEL SERRES

L'histoire du bâtard ASTER

Un nouveau livre : Photos de Charles Fiquet dit "radar"

L'hiver 1929 a été froid (3e partie)

L'hiver 1929 a été froid (2e partie)

L'hiver 1929 a été froid (1re partie)

Barragiste sur la Petite-Saône, dans les années 30

RENOVATION DU PONT-CANAL DU CACOR

Mystère à bord

Un lundi de janvier 2019 à Varennes-sur-Seine


Sites Incontournables

    
 






Rubrique courante


Recherche